Emmanuel Macron ou le « livre rose du communisme »

PC communisme

Le vent a tourné. Cette semaine, il souffle de l’Est : notre girouette nationale est dans sa phase d’ostalgie [néologisme désignant la nostalgie de l'ancienne Allemagne de l'Est, terme étendu aux autres pays de l'Est ; nostagie du système communiste, NDLR]. De l’interview au quotidien L’Humanité à l’invitation des Soulèvements de la Terre au Salon de l’agriculture en passant par l’éloge de « l’idéal communiste », Emmanuel Macron roule pour la gauche extrême, parti de l’amour et de la tendresse.

L’homme Macron n’aime rient tant que s’écouter parler. Trois hommages nationaux en quinze jours et le voilà aux anges. Se laisser aller à son style ampoulé, se vautrer dans le lyrisme, se fabriquer un visage grave, lever les yeux au ciel, prendre un ton inspiré… c’est tout ce qu’il aime. Alors, mercredi soir, recevant dans la crypte du Panthéon le couple Manouchian et les mânes de leurs amis morts en résistance à l’occupant nazi, il a vanté « l’idéal communiste » qui les animait.

« Après 1789, après 1793, il rêve l'émancipation universelle pour les damnés de la Terre », dit le Président, qui ajoute, parlant de Manouchian et de ses camarades fusillés : « Parce qu'ils sont communistes, ils ne connaissent rien d'autre que la fraternité humaine, enfants de la Révolution française, guetteurs de la révolution universelle. »

Ah… le communisme, les purges, les famines, le goulag, le KGB et la Stasi, les assassinats politiques, le camarade Staline, le pacte germano-soviétique… Finalement, tout ça, c’était le bon temps, inspiré d’une Révolution française dont Macron oublie sans doute qu’elle sombra dans « le Grand Soir » de la Terreur.

L'outrage aux victimes

Les réactions d’une droite indignée face à ce révisionnisme amoureux n’ont pas manqué, toutes rappelant le chiffre, aujourd’hui incontesté, de 100 millions de morts dus à cette idéologie si généreuse. Parmi celles-ci, la sénatrice LR Valérie Boyer a d’ailleurs rappelé la proposition de loi déposée au Sénat en avril 2023 pour instituer une « Journée nationale d’hommage aux victimes du communisme ».

S’il est une autorité pour remettre l’Histoire à sa place, c’est bien Stéphane Courtois, qui a dirigé le fameux Livre noir du communisme paru en 1997 (Éd. Robert Laffont). Dans un long entretien au Figaro, où il retrace précisément le parcours d’Issak Manouchian, il souligne ainsi que « cette célébration repose sur une héroïsation résistantialiste construite par le Parti communiste dès l’après-guerre ». Et « si sa mort précoce face à l’ennemi ne peut qu’émouvoir et susciter l’admiration, en réalité, Missak Manouchian fut un modeste résistant ». Pour lui-même et son épouse Mélinée, « comme pour tout cadre communiste de cette époque, dit Stéphane Courtois, la vraie patrie était l’URSS ». Et de rappeler d’ailleurs que Mélinée Manouchian, partie en 1945, « devenue apparatchik à Erevan, n’a quitté l’Arménie soviétique qu’en 1963, tout en restant sous le contrôle d’agents soviétiques et en nourrissant le mythe du grand résistant Manouchian ».

Si Emmanuel Macron s’intéresse à l’Histoire, c’est toujours pour la tordre à son profit. Du moins l’espère-t-il. Dans sa guerre obsessionnelle contre le Rassemblement national, sans cesse ramené aux « heures sombres de notre Histoire », tout est bon, y compris réécrire le livre rose du communisme.

Marie Delarue
Marie Delarue
Journaliste à BV, artiste

Vos commentaires

60 commentaires

  1. Résumons avec la définition du communiste selon Lénine: un bon communiste est un bon tchékiste. (Histoire mondiale du communisme de Thierry Wolton)
    Pour être coco, il fallait avoir un bel estomac pour avaler et une bonne colonne vertébrale pour résister aux coups de trique des chefs..
    Le pire est que la bête semble morte pas son venin.

  2. D’arc en arbalètes et autres catapultes, pour paraphraser Gaspard Proust, notre cher Président ne fait rien d’autre que d’aller chercher sa légitimité chez le maréchal Staline !

  3. Je me suis toujours indignée de ce qu’on accole à la figure de ce président de pacotille, le nom de Jupiter. Pour moi, ça toujours été et ça le restera à jamais, Janus. Ce dieu aux deux visages qui n’a fait qu’imposer son « en même temps » à tous ses conseillers, les élus, les médias. Je n’ai que mépris pour celui qui a dit : « dans le hall d’une gare vous voyez des gens qui ne sont rien et des gens qui ont réussi ». Et c’est bien dans la première catégorie que je le place.

  4. Merci Madame pour votre chronique. Je pense.qu’avec tant d’autres j’eusse aimé que le petit acteur du faubourg St Honoré ait prononcé cette phrase :  » rentrez ici Honoré d’Estienne d’Orves… » nous aurions été fiers de voir rentrer sous le porche de l’ancienne église les cendres d’un vrai français d’un authentique résistant qui lui se battait pour la France et pas pour l’idéal communiste d’une autre puissance,dirigée par le plus sanguinaire dictateur du siècle dernier.

  5. Discours théâtral et pompeux sur ses potes communistes, (en oubliant que le régime stalinien a fait des millions de morts). Donc, la France est dirigée par un intermittent du spectacle. Une France où 50 % de la population se « fout » complètement de son destin au point de ne même pas faire les cent mètres qui la conduiraient jusqu’au bureau de vote le plus proche.
    Il est vrai que ce jeune premier est un acteur qui possède totalement son rôle. Il récite magnifiquement les textes qu’on lui écrit nettement moins à l’aise dans les rares questions improvisées qu’on lui propose. Mais souvent son discours foire aussi, comme cette déclaration frisant l’absurdité : « Les crimes contre l’humanité » commis par la colonisation française en Algérie.
    Cependant, certains Français pourront apprécier sans aucun doute la performance de l’acteur après 2027 : il aura le premier rôle (Falstaff) dans la nouvelle comédie dramatique shakespearienne, comme président d’une Union européenne dont l’objectif majeur et principal sera la réalisation d’une Europe progressiste, la fin des nations souveraines et l’ouverture des frontières à l’immigration légale et illégale. Macron serait-il l’avenir de l’homme du chaos ?

  6. J ai eu l’honneur d’être gardé républicain, d’assurer la sécurité du chef de l’état, et quand je vois mes camarades transformés en employés des pompes funèbres je suis triste. On rends les « honneurs » à tout et n’importe quoi, à n’importe qui. J’adorais Belomondo, mais devait on avoir cet épisode dans la cour des invalides? Pas sur… Macron se rêvait en Jupiter, je me pense pas que Jupiter passait son temps en hommages divers et variés. Il restera dans la postérité comme le président des « hommages »

  7. Manouchian était loin d’être prioritaire pour intégrer le Panthéon ;pour tout dire il n’y avait pas sa place. Il a Été certes fusillé ;mais comme des milliers d’autres.
    Les 6 femmes Compagnons de la Libération, dont certaines martyres, elles sont où… Et Marc Bloch, eentre aautres ? De plus, la Résistance communiste est loin d’être une référence.

  8. vous allez voir, c’est nos agriculteurs qui vont faire tomber Macron !
    il va soit démissionner soit faire comme Louis XVI

      • Attention! Le roseau plie mais le chêne est déraciné. La tempête est là. Le cyclone est en vue! Il faut sortir de l’UE et retrouver nos libertés et notre souveraineté. Sortir de cet enfer dont macron attise le feu. Démission ou destitution.

  9. Macron voit qu’il perd pied, qu’il perd la maîtrise. Et comme toute personne qui ne sait pas nager et qui sent qu’elle va se noyer il se met à s’agiter en tous sens, n’importe comment, vers la noyade. Il ne sait plus ou il est. Il tance madame Borne qui a attaqué le RN mais, 2 mois après, déclare que ce parti n’est pas dans l’arc républicain. Il nomme Attal premier ministre parce que les premiers pas de ce dernier à l’Éducation Nationale ont été applaudis, mais lui met dans les pattes une Nicole Beloubet, émule de Pap Ndiaye. Il veut faire un débat pour tenter d’amadouer les agriculteurs mais y invitent ceux quindetruisent leurs recoltes… Il a une peur panique d’être l’homme qui aura permis l’arrivée de MLP à l’Élysée et, dans son affolement, il tourne en rond comme un canard sans tête, accélérant la montée du RN… Ses seules heures de gloire, il les trouve en se régalant de prononcer des éloges posthumes dans la cour des Invalides ou au Panthéon. Petit Malraux à 3 sous, lisant des discours écris par d’autres… Mais y met le ton. Sa prof de théâtre doit être aux anges.

    • Le RN a même été diabolisé aujourd’hui même par macron, au salon de l’agriculture!… Bientôt, nous l’espérons, les rats vont quitter le navire Titanic. Restera t’il une bouée pour sauver le capitaine macron???

    • En arrivant à l’Elysée Macron s’est vanté de dire : je serai le Président qui fera reculer le RN Or, à ce jour il risque de remettre les clés de l’Elysée à Marine Le PEN ….. MDR ! je voudrais voir sa tête ! et pourtant !

  10. « Se laisser aller à son style ampoulé, se vautrer dans le lyrisme, se fabriquer un visage grave, lever les yeux au ciel, prendre un ton inspiré… » Je n’étais donc pas le seul à le constater. Ouf ! J’ajouterais, pour compléter « une attitude de chattemite ». Son costume est complet. On lui pardonnerait s’il était efficace, productif, s’il redressait la France. Mais non, il consacre toute sa potentialité, faible au demeurant, à cet exercice théâtral. Ce n’est pas un chef, c’est un bavard enflé de suffisance. Le plus grave, c’est qu’il est adoré par une certaine caste dite « élite ». C’est dire toute la puissance de jugement de ce petit monde de « serfs », nantis cependant.

  11. Quand on sait ce qu’a fait le Parti Communiste, Staline… et les autres Lénine et Trotski…?
    Quand on sait ce que tout ça est devenu !!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois