Emmanuel Macron aux prises avec la pièce montée de la « Convention citoyenne pour le climat »

macron_pi__ce_mont__e

Sans surprise, la « Convention citoyenne pour le climat » initiée par Emmanuel Macron a tourné à la réunion de copropriétaires. Un empilement de « y a qu'à, faut qu'on », une pièce montée de 149 propositions allant du 110 km/h sur autoroute à de simples suggestions de bon sens. Le Président ayant promis que toutes les idées, ou presque (ces trois « jokers » !), seraient reprises telles quelles, les participants se sont lâchés. Le résultat est copieux.

Alors que l'heure de la confrontation avec les membres de ladite Convention a sonné, l'initiateur de ce chef-d’œuvre pâtissier va devoir expliquer qu'il ne pourra pas tout manger. La situation est délicate. L'exercice dans lequel se lance Emmanuel Macron face aux auteurs du pensum va donc consister à ne fâcher personne. Tout sera repris, oui. Ou peut-être... Enfin... Quelques trucs ici et là, mais pas comme ça. L'artiste a plus d'un tour dans sons sac. La tourterelle était là. Elle n'y est plus. La routine. Partant d'un point A, l'orateur doit amener son auditoire à un point B tout en lui faisant croire qu'il est toujours sur A. Du travail de virtuose.

Le numéro d'équilibriste commence par un rappel de l'engagement : « Lorsque nous nous étions vus ici même en janvier 2020, j'avais pris l'engagement que vos propositions seraient transmises sans filtre. » Partis d'une pâtisserie, les voilà dans un bar-tabac. Le détournement est astucieux. « Ça veut dire simplement n'oublier aucune des propositions faites, bien en mesurer l'impact, les soumettre ensuite au vote et j'irai au bout de ce contrat moral. » 149 votes. Le lanceur de convention se prend à regretter de ne pas avoir fixé un cadre qui aurait évité cette litanie de propositions. Trop tard. « Mais dans quel guêpier me suis-je fourré ? » se dit l'orateur qui aborde maintenant la partie la plus périlleuse de sa prestation consistant à expliquer que les choux à la crème de la pièce montée doivent être goûtés un à un par une ribambelle de législateurs. Qu'en restera-t-il après cette série de dégustations ? Dieu seul le sait.

Dans sa longue estocade finale, sinueuse et alambiquée, Emmanuel Macron tente le tout pour le tout : le « sans filtre » dont il voulait parler comportait un filtre.  J'ai parfois eu le sentiment que […] l'idée de discuter des propositions, d'y travailler […] était une remise en cause du sans filtre. Je veux plaider le contraire. » Le processus du « sans filtre qui en comporte un » est simple : il s'agit d'un processus « qui ne veut pas dire qu'elles [les propositions] seront telles quelles à la fin en application ». Et nous voilà arrivés sans encombre au point B. Le voyage fut un peu fatigant, les chemins chaotiques, mais ne chipotons pas. Nous y sommes.

Au fil du discours, il apparaît qu'Emmanuel Macron avait promis ce qu'il ne pouvait tenir d'un point vue constitutionnel. Tenancier d'un open bar-tabac où rien n'est open. La séduction des écolos passait par ces contorsions oratoires. Les participants à la Convention se sont crus élevés au rang de copropriétaires de la planète ; ils n'étaient que des marionnettes agitées pour plaire à un électorat. La pièce est démontée.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois