Les dégâts ne sont pas encore chiffrés avec précision, mais les « révoltes » de la « juste colère » qui ont suivi la mort de Nahel vont, à coup sûr, coûter des centaines de millions (et probablement dépasser le milliard) d'euros. Il va falloir rebâtir les collèges dans lesquels on n'apprend rien, les médiathèques dans lesquelles on ne lit plus, les terrains de basket qui servent à vendre du shit et les maisons de quartier qui crament tous les cinq ans. La question est « seulement » de savoir qui va payer.

De la NUPES aux Républicains, tout le monde est d'accord pour acheter la paix sociale : on demandera aux braves gens de payer, une fois de plus, pour tous leurs compatriotes qui détestent la France. Tout le monde est d'accord ? Non ! Quelque part, à l'extrême droite de l'assemblée politique, un groupe de parlementaires lutte encore et toujours contre l'envahisseur. Parmi les voix du RN, Grégoire de Fournas. Le député de Gironde a été rendu célèbre par les mensonges de LFI et du député Bilongo, qui ont vainement essayé, lors de l'épisode « Qu'ils retournent en Afrique! », de le faire passer pour un raciste. Rien n'y manquait, pas même les larmes de crocodile d'Alexis Corbière. Seulement, ça ne prend plus. Il a également vu sa permanence attaquée par les racailles, lors des nuits de chaos.

Alors, quand on lui pose la question, Grégoire de Fournas n'est pas d'accord avec le consensus lâche de tous les « partis de gouvernement ». La position du RN, résumée par Marine Le Pen à la radio (« Au besoin, qu'ils paient toute leur vie »), a le mérite de la justice. Le député a brillamment défendu à l'Assemblée ce qui n'est, en vérité, que du simple bon sens : pas question que des Français honnêtes, qui ne cassent rien, qui n'ont rien fait de mal et qui respectent les lois, se fassent ponctionner leur argent pour l'investir à fonds perdus dans les favelas de la République. « Nous ne voulons plus utiliser l'argent des Français pour camoufler les saccages provoqués par des ennemis de la France », résume le député.

Pris à partie par l'élégante Raquel Garrido, qui a utilisé, comme d'habitude, l'excuse de la misère, Fournas ne s'est pas démonté : comme des millions de Français, il en a marre de ces salades. Des pauvres, des déshérités, il y en a plein le pays et ils ne brûlent rien. Quelque chose est en train de changer, dans l'opinion : le camp de la décence commune a arrêté de baisser la tête. Les « ploucs », les « beaufs », c'est-à-dire les gens qui ont construit la France pendant mille ans, en ont marre qu'on se moque d'eux, qu'on les méprise, que les élites et les racailles aient les mêmes mots pour se moquer de leur « tête de Michel », de leurs pavillons et de leurs fins de mois difficiles. Ça suffit. Hors de question qu'on retourne le fric. Ils n'auront qu'à utiliser l'argent de la drogue, comme l'ont fait les dealers niçois pour organiser les festivités de l'aïd el-kébir. S'ils veulent la sécession (et, de fait, elle a déjà eu lieu), ce ne sera pas avec l'argent de ceux qui se sentent réellement français. Merci à Grégoire de Fournas d'avoir rappelé cette évidence.

10734 vues

21 juillet 2023 à 17:06

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

43 commentaires

  1. Bravo ! Ce que tous nous avons envie de dire, ce que tous nous ressentons ! Assez de ce triste cirque !

  2. Bravo! Ras le bol de payer alors que nous tirons le diable par la queue pour survivre. Que les grandes surfaces nous vendent maintenant des produits achetés à bas prix à des fournisseurs peu scrupuleux sur la qualité mais qui vont enfin pouvoir écouler leurs produits « bas de gamme » etc…RAS LE BOL!…

  3. Tout ça est bel et bien, mais… dans la pratique, comment ce refus de payer pour les vauriens va-t-il se dérouler ? Un impôt spécial, par exemple, sera prélevé directement sur les salaires et les retraites. On ne va donc pas nous demander notre avis. S’il faut saluer l’intervention de G. de Fournas, il faut aussi espérer que le RN livre bataille. Une bataille qui pourrait lui rapporter gros.

    1. Attendez ce qui va nous tomber dessus en Août! Je vois, je vois… dans ma boule de cristal….

  4. Merci Monsieur de Fournas de rappeler que la misère du monde est plus forte dans les pays d’Afrique ou d’Inde. Nous autres les Français besogneux toutes catégories confondues nous allons allègrement reconstruire ce qui l’était déjà ( faire et défaire c’est toujours faire) que cela nous plaîse ou non l’avenir des générations futures est en cause. Le plus difficile reste à faire à savoir la responsabilité Parentale des casseurs et des voleurs connu et potentiellement inconnu pour les faire payer ainsi que les parents pour les mineurs. J’appellerai cela la fameuse justice sociale chère à la gauche. Cela serait un vœu pieux et surtout une maigre consolation voire reconnaissance !!!

  5. Je propose que Mrs Mélanchon, M’Bappé, Omar Sy, Mme Sandrine Rousseau, tous les députés, sénateurs et encartés de LFI et des écolos et consorts mettent la main à la poche pour payer les dégâts puisqu’ils sont d’accord avec les casseurs et les soutiennent.

    1. Il faut pas pousser quand même, ils sont prêts à tout mais avec beucoup de limites, et surtout ,ne touchez pas au grisbi.

  6. Merci monsieur le Député de dénoncer cette vérité qui n’est que pure bon sens. ce n’est pas aux Français(les vrais) de payer la casse de cette racaille patentées.

  7. Enfin un député digne de sa fonction ! C’est devenu tellement rare (même au RN, parfois) que çà mérite d’être souligné et encouragé

  8. Pauvres dites ? gagner1000€ alloc compris mensuel en restant couché et ne rien avoir a payer tel que impôts soins transport scolaire cantine sport pour les enfants la liste est trop longue et gagner 2000€ en ce levant a 5h tous les jours et payer pour tous au bout du compte c’est qui le plus fauché d’après vous ?

Les commentaires sont fermés.