Un dictionnaire, quelle bonne idée ! La ville d’Issy-Les-Moulineaux en offre un aux élèves qui quittent le CM2. Un livre qui permet d’accéder à d’autres savoirs, de découvrir de nouveaux mots, les choses inconnues qu’ils désignent ou de nouveaux sens qu’ils ne soupçonnaient pas. S’ils aiment y musarder au gré du hasard, ils découvriront combien est fascinant et, plus tard, ils comprendront combien le langage qui décrit ce monde est lui aussi digne de toutes les études. L’initiative est donc louable, elle sert le bien public.

C’est une aubaine aussi pour l’éditeur (Flammarion) qui se voit commander un lot conséquent de ses dictionnaires. Bon prince, il a décidé d’offrir à ses frais un fascicule d’instruction civique, L’ABCdaire (sic) de la citoyenneté, écrit par Nicolas Rousseau. Là encore, l’initiative est généreuse. Sauf que…

Dans ce manuel, il y a une page dont le titre est « Intégrisme ». Voici son dernier paragraphe : “Les premiers mouvements intégristes sont apparus dans la religion catholique à la fin du XIXe siècle, en Espagne. Aujourd’hui encore, une part de la communauté catholique s’oppose à toute évolution de la société, notamment pour les questions relatives à la , au mariage et à l’. Ils ont par exemple pris une part active dans l’organisation des “Manifs pour tous” en 2014.”

Il faut louer l’exploit de concentrer dans un si petit paragraphe autant d’informations fausses.

Le wahhabisme, cet intégrisme musulman, est fondé vers 1740, soit un siècle et demi avant “la fin du XIXe. Le hassidisme Loubavitch (sans doute un intégrisme du judaïsme) trouve, lui aussi, son origine au XVIIIe siècle.

Ce n’est pas une fraction présumée intégriste de l’Église catholique mais tout son magistère, ses récents papes et la majorité de ses prélats, ses prêtres et ses fidèles qui professent une nécessaire stabilité anthropologique sur le mariage et la famille, et leur refus de l’avortement.

Les « intégristes » de Civitas ont, effectivement, manifesté contre le mariage entre personnes de même , mais sans être jamais intégrés dans l’organisation de la Manif pour tous, qui est et souhaite rester aconfessionnelle (même si des catholiques y militent ; j’en suis). Les deux mouvements vivent séparément une lutte dont ils partagent certains objectifs, et s’opposent sur les moyens d’y parvenir et le contenu des discours, en rien comparables.

L’âge d’or des manifestations de la Manif pour tous, c’était 2013, pas 2014.

Les intégristes et traditionalistes des Fraternités sacerdotales Saint-Pie-X et Saint-Pierre et leurs fidèles ne s’opposent pas à “toute évolution de la société”. Ils ne sont pas figés dans le jus d’une époque comme les Amish : certains surfent sur Internet, par exemple.

Les erreurs sont suffisamment nombreuses et grossières, la caricature assez exagérée pour y déceler une exception au rasoir d’Hanlon : ce n’est pas la bêtise qui a présidé à cette rédaction/édition, mais la malignité d’idéologues hostiles au catholicisme. Ce qui relève de leur d’opinion, mais ne devrait pas transparaître dans un livre à destination d’enfants.

La municipalité n’a pas bloqué la diffusion de cet opuscule digne de l’agit-prop d’un pays totalitaire. Carence de contrôle ou complicité assumée ? Je ne suis pas parent d’élève dans cette ville, mais si je l’étais, je tenterais d’obtenir des explications convaincantes face à ce scandale. Une explication de texte, dico à l’appui, quoi…

11 juillet 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Nous sommes en cyberguerre !

Des boucliers seuls n’ont jamais fait gagner de guerre, il faut aussi des épées ! …