Editoriaux - Entretiens - Fiction - Société - Videos - 23 octobre 2017

“Un descendant de Cristeros m’a dit : vos Vendéens ressemblent à mon arrière-grand-mère !”

Depuis des mois, Daniel Rabourdin sillonne la France et même le monde pour montrer son film La Rébellion cachée… un périple riche en enseignement qui lui a montré à quel point ce thème de la guerre de Vendée entre aujourd’hui en résonance avec les maux de notre temps.

Depuis des mois, vous sillonnez la France pour promouvoir votre film. Quel public avez-vous rencontré ?

Il y a plusieurs genres de publics à mon doc-film La Rébellion cachée, sur la Vendée. Celui qui est le plus touchant est constitué de descendants de survivants d’autres gauchismes tyranniques à travers le monde. Par exemple, des survivants du goulag. Des dames sont venues me remercier en me serrant dans leurs bras de faire un témoignage sur cette idéologie qui a persécuté leurs ancêtres. Aux USA, ce sont des Mexicains, des descendants de survivants de Cristeros qui viennent me remercier. Ils me disent : “Vos Vendéens en France, je n’en avais jamais entendu parler avant, ils ressemblent à mon arrière-grand-mère au Mexique.” Il y a aussi des descendants de Russes. Un jeune homme, hier, est venu parce qu’il était conscient que c’était à peu près la même idéologie terroriste, un terrorisme d’État, cette fois.

D’après vous, cette idéologie fait-elle encore des ravages ? Ce parallèle entre la guerre de Vendée et le présent est-il volontaire ?

Lorsque j’ai commencé à produire La Rébellion cachée sur la guerre de Vendée, je ne voyais pas à ce point les répercussions non seulement dans le monde, mais dans notre temps d’aujourd’hui.
Il est spectaculaire de voir à quel point des techniques de terrorisme venant d’un gouvernement totalitaire soi-disant égalitaire sont inaugurées, créées et inventées, sous le règne de la Terreur de la Révolution française. Eux-mêmes, ces révolutionnaires français, ont décidé d’appeler leur ère, cette phase historique, le règne de la Terreur. Ils voulaient vraiment terroriser les Français qui ne voulaient pas renter dans le moule.

Y a-t-il donc une volonté de dénoncer, à travers ce film, des dérives largement plus contemporaines ?

Si on regarde La Rébellion cachée, on comprend énormément de choses sur notre place actuelle dans la société moderne en France et même dans la plupart des pays du monde. Dans La Rébellion cachée, je pense que, finalement, on met le doigt là où ça fait mal en désignant d’où viennent actuellement nos tyrans.
On comprend alors mieux les difficultés rencontrées quand on est quelqu’un qui ne cherche pas à aller avec le flot, la horde et le troupeau, et qui pense de lui-même, en contact avec la réalité.
On comprend, alors, mieux pourquoi il y a tant de difficultés à créer une entreprise et à éduquer ses enfants alors que cela devrait être si naturel.
On comprend, alors, mieux pourquoi nous sommes contrecarrés à tout moment par des règles, des lois, des impôts, le fisc, etc.
On comprend, alors, mieux d’où vient ce poids permanent qui est sur nos épaules chaque fois que nous nous retournons.
On comprend cette Matrix. C’est presque de la science-fiction, à un moment donné.

Ça pourra changer, mais actuellement, nos tyrans sont des tyrans qui ont une idéologie de gauche, d’extrême gauche, en fait. Ils ont régulé presque tout ce que nous faisons : la façon de bâtir une maison, la façon d’éduquer nos enfants et même la façon de penser. Ils sont à ce point-là !
Même s’ils le dénient, il y a effectivement une forte atteinte à la liberté d’être.
Il y a tant de poids sur nos épaules dès que l’on veut entreprendre quelque chose. On le voit chez les jeunes. Ils sont tellement déprimés : « C’est trop dur, c’est trop compliqué, j’abandonne, je vais devenir chômeur, je vais prendre un petit emploi, j’abandonne ceci et cela… » C’est la preuve qu’il reste actuellement très peu de liberté aux Français.

Vous avez quitté la France il y a trente ans pour les USA. La France vous faisait-elle peur à ce point-là ?

Dans ce doc-drame, je mène à une certaine conclusion selon laquelle, en France, les libertés sont de plus en plus réduites. Mais si je suggère que ce n’est pas forcément la même chose ailleurs, je ne veux jamais dire qu’ailleurs c’est mieux parce que c’est l’ailleurs. Je veux que l’on comprenne que, plus on recule en France, il y a cinquante ans ou soixante ans, plus on se rend compte que les gens étaient plus libres, pouvaient créer, pouvaient respirer. Il y a, désormais, le carcan de cet État qui pense pouvoir tout régler et tout réguler pour nous.

Comment demeurer libre en France ?

On veut tous être libres et être heureux.
À mon avis, en France, il ne faut pas s’en faire si on est rejeté par le système, si on perd son emploi si on était un fonctionnaire, dans l’Éducation nationale, etc.
Si on commence à penser par soi-même, on va avoir la vie difficile dans ce système. Si on en est exclu, on devrait presque bénir l’événement, parce qu’on va commencer une vraie vie libre ailleurs.
Tout d’un coup, on va donner à son pays. Tout d’un coup, on va commencer à apporter quelque chose à d’autres êtres humains. On va faire une différence.

À lire aussi

“Avec la Révolution, on a voulu tuer Dieu”

Daniel Rabourdin est un Français qui vit aux États-Unis depuis trente ans. Il vient de pro…