Avec ses 370.000 abonnés YouTube, Bassem est une voix qui compte dans la jungle d’Internet. L’influenceur est notamment connu pour ses prises de parole à contre-courant dans lesquelles il n’hésite pas à dénoncer les malfaisances de sa propre communauté. Mardi 21 novembre, il a réagi au meurtre de Thomas à Crépol et témoigné son soutien aux victimes. « Salam aleykoum, les gens, déclare le bloggeur, face caméra. C’est terrible, ce qui est arrivé au petit Thomas. Que dieu veille sur son âme ! J’ai un message à faire passer à sa famille, à sa mère et son père. Je suis anéanti et meurtri avec vous. Je suis peut-être de la même origine et de la même religion que ces gens-là, mais je suis meurtri pour vous. Et par respect pour votre fils, par respect à tout ce peuple blanc qui est respectueux et qui ne casse pas les couilles, cette fois-ci, on ne va pas s’excuser. On ne va pas s’excuser parce qu’on a honte de s’excuser. On dirait des ex-toxiques [toxicos, NDLR] qui disent "je ne recommencerai plus". C’est tout le temps la même rengaine… »

Du communautarisme à la guerre civile

Mais s’il compatit avec les proches de Thomas, Bassem ne s’identifie pas à eux. À rebours des discours prêchant un universalisme béat, l’influenceur envisage la France comme une simple addition de communautés partageant un même territoire. « Mais vous faites quoi ? Vous vous ennuyez et vous allez dans des soirées de Blancs ?, interroge-t-il en s'adressant aux jeunes de banlieues. Quand on vous dit que chacun et chaque chose doit rester à sa place... Les Blancs sont entre eux, ils font leurs soirées. C’est pas pour que vous veniez leur casser les couilles. Est-ce que ces gens-là viennent ivres dans nos mariages à nous ? Non, ils ne viennent pas. Il n’y a que vous. Vous vous êtes faits refouler de toutes les soirées, vous venez en survet’… Comment voulez-vous que les gens vous acceptent dans leurs soirées ? »

Le pronostic de Bassem n’est guère optimiste et rejoint peu ou prou l’analyse déjà proposée par les Onfray, Zemmour et Collomb : celle d’un affrontement ethnique imminent. « Mesdames et messieurs, ça va tourner à la guerre civile ! Moi je suis français, patriote […] mais je serai obligé d’être du côté de ma communauté. Donc, à contrecœur, on se clashera. » Entre les « Blancs » et le clan, l’influenceur a choisi son camp. Son allégeance semble couler de source. Il n’envisage pas un seul instant de combattre aux côtés de ses concitoyens « blancs », fussent-ils d’innocentes victimes. Voilà qui donne à réfléchir…

Sa solution : un « ménage » dans sa communauté

Davantage fidèle au clan qu’à la nation, Bassem n’en est pas pour autant favorable à un affrontement généralisé. L’homme redoute ce face-à-face et livre ses conseils pour nous en prémunir. Il préconise, notamment, de régler leur compte à ceux qu’il qualifie de « cafards ». « Faites ce que vous avez à faire, conseille-t-il à ses auditeurs. Croyez-moi, c’est pas moi qui irai pleurer ces jeunes-là parce que ce qu’ils ont fait, c’est très très grave. […] Il faut éviter toutes les vermines de nos communautés. Et il faut commencer à nettoyer chez nous, parce que trop, c’est trop. Wallah, j’ai honte ! » Que Dieu l’entende.

29879 vues

22 novembre 2023 à 19:45

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

76 commentaires

  1. Voilà qui devrait éclairer définitivement nos concitoyens! En cas de conflit plus accentué, des millions de gens se révèleront davantage musulmans que français. On ouvre enfin les yeux, les bisounours et les endormis?

  2. Il est grand temps de faire des expulsions massives et des déchéances de nationalité car la majorité a la double nationalité, la française ne leur servant que pour les avantages sociaux !!!

  3. Ah ce petit ange parti trop tôt. notre joueur de ballon nommé footballeur se prépare à nous le dit surement.

  4. Si cette fameuse « guerre civile », que j’appellerais plus volontiers, affrontement civilisationnels, devait se produire, il serait intéressant de savoir qui
    prendrait les armes côté Occidental. Autre question qui vient immédiatement après, avec quelles armes ? N’oublions pas que nos courageux politiques ont organisé le désarmement des Français, morts de peur que ces armes viennent sanctionner leur bonne gestion du pays.

  5. Je ne comprends pas les commentaires négatifs de certains ici. Certes, il se sent obligé de faire un choix à la fin de son discours, mais on ne peut pas lui retirer le mérite, voire le courage, de pointer certains « dysfonctionnements » dans sa « communauté ». On reproche souvent le silence des musulmans et même si son discours n’est pas parfait, j’apprécie sa lucidité et ses prises de position.

  6. Si certains avaient encore des doutes sur la loyauté des étrangers et « français » de toutes générations envers la France et sa population, ils sont avertis à moins d’être aveugles et sourds… Quelques-uns de ces idiots utiles vont encore crier au racisme et à l’amalgame lorsque le sujet est abordé en comptant sur la bonne volonté de gens qui sont là pour prendre leur revanche sur la France!

  7. Il n’y aura pas de guerre civile ;les Français, les vrais j’entends n’ont aucune raison de se battre entre eux… Mais il y aura une guerre avec les islamiques ;d’ailleurs n’est elle pas déjà commencée

    1. Tout à fait vrai, ceux avec qui se ferait une guerre intérieure, sont peut-être français sur le papier, mais pas de cœur, donc pas français.

    2. 100% d’accord. Ne peuvent être considérés comme Français que ceux qui aiment la France et qui le disent !

  8. Tous ceux issus de cette communauté et ils sont très nombreux retourneront en cas de conflit vers leur communauté , c’est valable également pour toute la diversité présente dans les administrations , armée , police , gendarmerie qui pointera les armes contre les patriotes , il est temps de réagir .

Les commentaires sont fermés.