« Ce qui s’est passé à Crépol soulève beaucoup de questions. […] Il y a beaucoup de questions légitimes qui se posent. Qui sont les agresseurs ? Le procureur donnera prochainement les premiers éléments de réponse. » Ce mercredi 22 novembre, à la sortie du Conseil des ministres, Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, assurait que le voile serait bientôt levé sur le profil des agresseurs de Thomas et de ses amis. Depuis, les heures défilent et seuls quelques éléments sur les casiers judiciaires des interpellés et de vagues informations sur leur nationalité ont filtré.

Connus des services de police

Le communiqué du procureur de Valence, révélé dans Le Figaro dans la soirée du 22 novembre, confirme une rumeur qui circule dans les rédactions depuis plusieurs heures. Les suspects sont connus des services de police. Sur les neuf individus interpellés et placés en garde à vue, trois sont mineurs (âgés de plus de 16 ans) et sans casier judiciaire. Sur les cinq majeurs actuellement entendus par la gendarmerie, quatre ont déjà eu affaire à la Justice. Le premier, âgé de 20 ans, soupçonné d’être à l’origine du coup mortel, a ainsi deux condamnations à son actif : l’une pour recel de vol, l’autre pour port d’arme blanche ou incapacitante de catégorie D sans raison légitime, assortie d’une interdiction de détenir ou porter une arme pendant deux ans. Un autre, âgé lui aussi de 20 ans, a été condamné par le passé à une peine de travaux d’intérêt général pour infraction à la législation sur les stupéfiants et à une amende pour infraction au Code de la route. Un autre suspect de 21 ans a, quant à lui, été condamné à une suspension de permis de conduire et à une peine de prison avec sursis probatoire pour violences aggravées. Le dernier interpellé, connu des services de police, est âgé de 22 ans. Il a écopé d’une peine de prison avec sursis pour outrage envers une personne dépositaire de l’autorité publique et de travaux d’intérêt général pour une infraction au Code de la route.

Hormis leur palmarès judiciaire, peu d’informations sont communiquées. Sur la question des origines des interpellés notamment, le parquet reste flou. À propos du principal suspect, le procureur s’est empressé, dès son interpellation, de préciser qu’il était de nationalité française, né de mère française, sans donner de plus amples détails. Aucune information n’est donnée sur le père : est-il inconnu ? Étranger ? Suspect ? Quant aux autres majeurs soupçonnés d’avoir pris part aux violences à Crépol, ce 18 novembre, le procureur précise que quatre sont nés à Romans-sur-Isère et un en Italie. Aucune nationalité ou origine n’est, pour le moment, précisée.

Profil ethnoculturel inconnu

Si la loi protège les mineurs et leur offre l’anonymat, il est en revanche étonnant qu’aucune information ne filtre sur le profil ethnoculturel (prénom ou origine) des suspects majeurs. « En règle générale, ces informations sortent rapidement : elles sont d’utilité publique, demandées par le public, et généralement, les très nombreux contacts qu’a la presse avec les forces de l’ordre permettent cette publication rapide », note Pierre-Marie Sève, directeur de l’Institut pour la justice, dans une tribune publiée ce 23 novembre sur le site de BV. En effet, après l’horrible meurtre de Lola en octobre 2022, il a fallu moins de 24 heures pour que les premières informations sur la suspecte – Dahbia B., d’origine algérienne, visée par une OQTF – soient rendues publiques. De même en août dernier, après l’annonce dans la presse du viol barbare subi par Mégane à Cherbourg, seules quelques heures ont été nécessaires pour connaître le profil du suspect. Mais dans le cas de Crépol, la Justice comme la gendarmerie ne laissent rien filtrer. Est-ce lié au mobile présumé raciste de cette attaque, comme le rapportent plusieurs témoins ?

Un journaliste de Valeurs actuelles affirme sur X que « les sept individus interpellés à Toulouse sont de type nord-africain, certains sont français ». Une information qui n’a pas été, à l’heure actuelle, confirmée par les autorités. Un silence sur la question qui devient de plus en plus suspect.

Mise à jour le 24/11/2023 : Dans un article du Figaro publié le 23 novembre dans la soirée, une source ministérielle confie : « Ils sont français, mais pas un seul n’a un nom à consonance française. Vous verrez ce que ça suscitera dans le pays… Cette affaire traumatise légitimement nos compatriotes. Il faut remettre des règles et de l’ordre, sinon le pays partira à vau-l’eau. »

38902 vues

23 novembre 2023 à 16:52

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

69 commentaires

  1. Crépol: Akabli Chaid, Zazane Ilyes, El Moujahid Yasir, Hemaizia Nassir, Maref Kouider, Boukmiri Canel Yanis, Ramdani Faycal, Chorfia Kais et 2 mineurs:

    Source: Damien Rieu & lejdd , réf. 139898

  2. Cette affaire de Crepol est en train de devenir une nébuleuse afin de conserver les bénéfices qui en réalité sont d’immenses pertes , de l’achat de la paix sociale. Le fait de ne pas donner tout de suite les noms des  » attaquants » , de transformer une expédition criminelle en rixe, de vouloir contourner la vérité par des mots qui deviennent des maux, de faire une minute de silence à l’assemblée nationale une semaine après contrairement à l’empressement du gouvernement pour le petit ange nahel et la déclaration ignoble de Macron portant fait inexcusable à l’encontre du policier qui pour faire son travail a eu sa vie risquée, est une machination politique qui tend à prendre les français pour des demeurés. Le peuple n’est plus dupe et Crepol est un tournant de l’histoire.

  3. On a compris. La gauche woke mondiale qui ne représente plus personne veut absolument que les blancs continuent à se faire assassiner sans se plaindre.

  4. La rétention d’informations sur l’identité des agresseurs de la France et des Français permet à la puissance mondialiste de faire progresser ses forces dans la discrétion subversive la plus absolue.
    Pour bien comprendre, il est urgent de faire le rapprochement entre ce comportement, les grandes manœuvres en cours pour intégrer les restes de la France dans l’Union contre-européenne et les négociations pour la création d’un fichier informatique européen de l’ensemble des populations.
    En ce moment, les choses vont vite. Elles vont, en tout cas, beaucoup plus vite que l’organisation de l’indispensable résistance.

  5. né de mère Française donc Français de papiers mais certainement pas dans l’âme ni lepalpitant le prénom seul est assez évocateur de l’origine du géniteur dont la nationalité d’origine est bien secrètement cachée

  6. Ce ne sont pas des agresseurs qu’ils sont mais plutôt une horde de PREDATEURS sortis tout droit de la préhistoire puisque leur objectif était de « planter des Blancs ».

    1. Ce sont tous simplement ce que personne n ose nommer , des musulmans profondément racistes qui sentent que la victoire est à portée de main et que moment est venu de déclencher le djihâd

  7. Surtout pas de vagues nous connaissons maintenant la musique, il ne faudrait pas que le gouvernement prenne les Français pour des truffes, la naïveté à des limites…

  8. Il y a longtemps que ce stratagème de complaisance pour ne pas dire de complicité ne fonctionne plus. Dès qu’il y a cachotterie sur les noms et profils les français savent exactement de qui il s’agit ! Par contre s’il s’agit d’un gendarme, d’un militaire ou d’un policier comme par hasard le monde entier est au courant ! Cherchez l’erreur !

  9. Le port d’arme blanche ou incapacitante de catégorie D sans raison légitime, assortie d’une interdiction de détenir ou porter une arme pendant …….. deux ans. Quelle lâcheté ! DEUX ans ! pourquoi DEUX ans ! c’est interdit, c’est interdit et ….. on va en tôle ! Pauvre France, qui préfère mettre le manteau de Noé !

  10. « Il faut remettre des règles et de l’ordre, sinon le pays partira à vau-l’eau. » Ah bon, parce que ce n’est déjà pas le cas ? Grotesques yakafocons, avec la complicité de l’UE !

  11. Comme récemment entendu sur certaine chaîne de télévision publique : « il n’y a pas de profil type »…Circulez !

  12. Leur présence sur le sol de France, avec les droits des Français n’est pas irrémédiable et éternelle.
    Il ne manque plus que la volonté.

    Le problème est que jusqu’à présent beaucoup d’hommes politiques ou de journalistes l’ignoraient ou voulaient l’ignorer…

    C’est fini !

    Dans son entretien de ce jour, le 11 juillet 2023, avec Apolline de Malherbe, visiblement très énervée, sur BFM TV, Éric Zemmour a levé le pot aux roses !!!

    « la législation de ces pays interdit à leurs ressortissants de rompre avec leur nationalité d’origine de leurs parents ou de leurs grands-parents. Ils sont donc algériens de père en fils, marocains… Donc ces gens-là ont tous une double nationalité ».

    C’est dit !

    1. Macron est allé faire allégeance au président Algérien, c’est d’une grande lâcheté, et d’une cruauté que vous payons aujourd’hui ! J’ai peur que le terrible assassinat de Thomas nous allons en vivre encore combien ? Monsieur Macron ? C’est insupportable, les Français en ont assez de tant de lâcheté ! ………………. les criminels qui ont assassiné THOMAS aucun n’ont un nom de consonnance française ! Alors nous attendons que la justice soit exemplaire, sinon ………… !!!

Les commentaires sont fermés.