Le Monde titre : « À , donne la mairie du 12e aux écologistes ». Là, au moins, c’est clair. Les celles-zé-ceux qui croyaient que c’était les électeurs qui choisissaient leur maire vont peut-être comprendre, pour le coup.

Explications. Dans le 12e arrondissement, au premier tour, cinq listes étaient en lice : la liste hidalguiste, conduite par Emmanuel Grégoire, avec 33,39 %, ensuite la liste datiste de Valérie Montandon, avec 22,86 % des voix, puis Sandrine Mazetier conduisant une liste appelée Union du centre, qui a obtenu 16,54 % des suffrages. Enfin, l’écolo Emmanuelle Pierre-Marie n’avait obtenu que 11,95 %, précédant un certain Patrick Rebourg, divers centre, fermant la marche avec 7,9 %. 43,54 % des inscrits s’étaient déplacés pour ce premier tour.

Pour le second tour, la liste écolo fusionne avec la liste hidalguiste. Emmanuelle Pierre-Marie se retrouve donc numéro quatre sur la liste d’Emmanuel Grégoire. Liste qui l’emporte avec 54,98 % des voix et une participation magnifique de 38,13 %. Il faisait beau, ce dimanche, à Paris.

Et donc, on apprend, ce 2 juillet, que la tête de liste Emmanuel Grégoire, pressenti en toute logique pour devenir maire du 12e arrondissement, ne se présentera pas et qu’il laisse la place à Emmanuelle Pierre-Marie. Que du bonheur, au fond : échange standard d’une écolo contre un socialo, une femme contre un homme, Emmanuelle contre Emmanuel. Consolation pour le bonhomme : il sera quand même premier adjoint à la mairie de Paris alors qu’il espérait cumuler les deux.

À droite, bien sûr, on crie au scandale, au déni de démocratie, à la tromperie sur la marchandise. Et la mode, ils en font quoi, de la mode, la droite ? La mode est au vert et Hidalgo est à la mode.

Alors ceux qui prennent encore les écolos pour de doux rêveurs ou de furieux Khmers rouges devraient réaliser que, finalement, ces gens-là font de la politique à l’ancienne, comme n’importe quel radical-socialiste des IIIe et IVe Républiques. Ils mangent peut-être du quinoa ou je ne sais quoi issu du commerce équitable, mais ils ne crachent pas sur un bon vieux ragoût bien de chez nous. Quelque part, ça devrait rassurer.

Ainsi, Mme Emmanuelle Pierre-Marie va devenir maire d’arrondissement en ayant obtenu seulement 5,2 % des inscrits au premier tour de ces 2020. Une sorte de score soviétique à l’envers. On peut donc saluer une performance qui doit pouvoir entrer dans le livre des records de la démocratie française. De quoi donner de l’espoir à ceux qui font de petits scores. De quoi, aussi, à n’en point douter, donner envie aux abstentionnistes d’aller voter…

À lire aussi

Deux ans de prison, 30.000 euros d’amende

Au fait, à quand un « Défenseur des enfants à naître » ? …