Le 17 février 2022 est passé et la date à laquelle Vincent Bolloré, 69 ans, avait prévu de passer la main n'a pas vu disparaître comme par enchantement le Grand Satan de la gauche française. Il prend un peu de recul mais garde la main. Ses nombreux ennemis parmi les bonnes consciences hésiteront entre la rage et le soulagement. Car, avec Bolloré, la gauche tient son objet de haine. Son patron affreux, riche, méchant, exploiteur, antisocial, « sulfureux » comme on dit pour jeter un nuage de fumée toxique sur un personnage, bref, de droite. Au sommet de la tour qui abrite son siège social à Puteaux, près de Paris, ou dans ses bureaux au siège de Vivendi près de l’Étoile, l’homme d’affaires s’en amuse. Il rit d’être traîné dans la boue et écarte d’un revers de main les assauts régulièrement lancés contre lui. Ce qui agace plus que tout ses contradicteurs. On a donc vu passer Bolloré l’exploiteur de l’Afrique, Bolloré le catho intégriste (mais divorcé...), Bolloré riche et non repenti (un crime inexpiable en France), Bolloré fraudeur, Bolloré d’extrême droite, mais le pire, le plus sale, le plus méchant, le plus dangereux, c’est évidemment le Bolloré patron de médias.

À gauche, Bolloré a pris les dimensions d’un fantasme, d’un épouvantail à moineaux politiquement corrects. Il est partout, il voit tout, il finance tout, il manigance tout, jusqu’à cette élection présidentielle. Il y a un complot Bolloré pour saisir le pouvoir, c'est évident. Zemmour n’est-il pas son ancien employé ? Houhou, fais-moi peur !

Les titres consacrés à l’homme d’affaires par Libération résument la panique. Florilège : « Itinéraire d’un menteur gâté » (17 février 2022), « Le tentaculaire et redoutable empire Bolloré » (17 février), « “Stop Bolloré”, un collectif dénonce l’empire médiatique “réactionnaire” du milliardaire » (16 février), « Julia Cagé : Que Bolloré puisse intervenir sur les manuels scolaires a de quoi susciter des craintes » (5 février), « Fusion Editis Hachette : l’ogre Bolloré jamais rassasié » (26 janvier), « Bolloré au Sénat, l’audition lunaire d’un faux naïf » (7 janvier) ou encore ce titre « Vincent Bolloré, mini-Murdoch à la française » (21 octobre). On y revient. Passons sur les « méthodes brutales », un classique, ou sur ce titre tout en nuances consacré à CNews et Europe 1 en juin dernier, titré « Le spectre de la bande FN ». Les deux rédactions concernées s’étaient évidemment émues.

Libération se déchaîne nettement moins, on le remarquera, sur d’autres propriétaires de médias : leur ancien propriétaire et toujours actionnaire Patrick Drahi (SFR) - on ne mord pas la main qui nourrit -, Xavier Niel (Free, Le Monde, Télérama…), Martin Bouygues (TF1) ou la famille allemande propriétaire de Bertelsmann (M6, RTL). Pas de scandale, non plus, sur le poids ahurissant de l’État français dans les médias avec France Télévisions (10.000 salariés), Radio France (4.000 salariés), Arte, TV5 Monde, La Chaîne parlementaire, Public Sénat, RFI, on en passe. Du reste, parmi les médias de Bolloré, certains ne posent pas de problème. Canal+, par exemple, entreprise de 4,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, finance gentiment le cinéma français et donne des gages au politiquement correct dès qu’il le faut. Personne ne s’indigne de l’émission « Clique » présentée par Mouloud Achour, qui n’a rien d’un nervi d'extrême droite, ni du choix de la programmation ou des investissements de production pas très réactionnaires non plus. Non, là où Bolloré dépasse les bornes qu’on lui a fixées à Libération, c’est avec la chaîne de débats CNews (2 % d’audience...), avec Europe 1 et avec le Journal du dimanche, trois confettis qui doivent tourner ensemble autour de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires dans un empire Bolloré qui pèse plusieurs dizaines de milliards. La gauche a perdu le contrôle de ces miettes influentes et ne s’en console pas. Alors, on réveille le spectre des méchants, des vrais, des grands. Et du premier d’entre eux, donc, le fameux Rupert Murdoch.

Sauf que la comparaison avec Bolloré n’a aucun sens. Murdoch est un homme de médias, propriétaire via son groupe News Corporation de près de 200 quotidiens dans le monde, du New York Post aux États-Unis, du Times au Royaume-Uni et d’un réseau de télévisions parmi lesquelles la fameuse Fox News. Ce fils de patron de presse a commencé sa carrière et fait toute sa fortune dans les médias, la presse ou la télévision. Rien à voir avec le parcours d’un Bolloré qui a fait la sienne dans l’industrie et les coups de Bourse et ne s’est mis que très tard aux médias. Surtout, Bolloré n’a jamais pris parti pour un candidat en France tandis que Rupert Murdoch, eurosceptique et conservateur militant, n’a jamais fait mystère de ses affinités. Bolloré est pourtant devenu la bête noire d’une gauche française qui joint dans une même détestation l’industriel qui a réussi et le propriétaire de la seule chaîne d’information (sur quatre !) qui ne répond pas totalement à ses exigences. Il est le patron qu’ils adorent haïr. En ce sens, Bolloré leur est devenu indispensable. Il est l'un des rares piliers qui aident la gauche à rester ensemble et à tenir debout. Elle devrait lui en être reconnaissante, mais ces gens-là ne respectent rien !

7680 vues

17 février 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

27 commentaires

  1. libération contrairement à son titre n’a pas libéré la parole. Cnews l’a fait et çà suscite bien des inquiétudes. En fait libé devrait être rebaptisé, Doxa leur irait peut-être mieux ?

  2. Nous suivons fréquemment CNEWS et très satisfaits de cette chaine soutenue par Mr BOLLORE homme respectable et très grand chef d’entreprises, ce qui rend les gauchistes Français (de grands jaloux) en colère, les médias afidés de la gauche et pourtant vivant grassement avec nos impôts vrais procureurs contre cette chaine CNEWS et ZEMMOUR.

  3. Niels, ou naguère Pierre Bergé, ces milliardaires qui font ou ont fait financer la propagande gaucho progressiste par nos impôts sous forme de subventions à une presse qu’ils possédaient n’ont jamis fait l’objet du même tir de barrage que Bolloré….Ni Alexis Kohler, bras droit de Macron de chez Kohler, aucune enquête….Amusant ces gens qui couinent à la perte de pluralité quand la parole de gauche perd son monopole….

    Tellement révélateur de l’inceste entre gauche et finance progressiste

  4. Dommage qu’il n’y ait pas d’autres Bolloré pour la pluralité des médias, elles n’en seraient que plus crédibles et reconnues

  5. J’aurai toujours du respect pour les familles dont les membres se sont battus pour la France.Les Bolloré ne sont pas arrivée en débarquant à bord d’une embarcation clandestine mais d’une barge de débarquement en juin 1944 . Ses ancêtres faisaient partie des seuls et uniques français qui ont participé au jour J. (commando Kieffer)
    Mais il est vrai qu’aujourd’hui il faut tout oublier de notre histoire et ceux qui s’opposent à la pensée unique sont considérés comme des racistes et des fascistes,.

  6. Un peu de pluralité d’informations dans cet océan de manipulations et de sectarisme fait un bien fou.
    Ne pas oublier non plus d’autres chaines d’informations plus objectives que les médias du « service dit public ».
    Heureusement qu’il y a « Cnews » pour être mieux informé.

  7. Christine Kelly sur CNews à 19 H du lundi au Jeudi, et Y. Rioufol toujours sur Cnews en diverses émissions….A part cela, j’évite d’être compté en écoutant sur les autres chaines pour conforter leur audimat, à moins qu’il y ait Zemmour.
    Le ou la PDG de France Tv est nommé(e) par le Président E.M., de Gauche caviar pour la mondialisation….
    Les Réseaux Sociaux sont mieux pour avoir toute la vérité, ce qui n’est pas dit sur les Chaines du Pouvoir

    1. Christine Kelly est, en effet, une femme adorable et pleine d’esprit mais malheureusement il faut supporter le laïcard troisième république Menant et la faconde pesante de Bock-Coté.

  8. C’est marrant, ce texte en faveur de Bolloré, du CAC 40, de Davos, du Siècle (de l’Opus Dei?), qui a vu sa fortune personnelle passer de 4,3 milliards de dollars à 5,8 milliards grâce à la « crise pandémique » (magazine Forbès) et dont il me paraît difficile de croire qu’il est un « ami du peuple de France ». Mais est-ce parce qu’il a propulsé Zemmour que vous le soutenez?

    1. Tiens un écrivain qui tire a gauche, comme une voiture dont le pneu avant gauche serait dégonflé.

    2. Avant d’écrire un commentaire il faut lire l’article, c’est visiblement ce que vous n’avez pas fait car l’article ne mentionne ni le cac40, ni davos ou le siècle ! cet article relate l’aigreur de la gauche face à un homme qui a réussi à créer un empire grâce à ses qualités managériales, qualités qui manquent à bon nombre de bobos de gauche qui ont oublié le bon sens et l’intelligence au pas de la porte et crèvent de jalousie de la réussite des autres.

    3. Ah, l’obsession française de la fortune et de l’enrichissement personnel ! Un mec qui gagne des milliards en faisant tourner l’économie et qui donne du travail à des millions de personnes, c’est forcément le diable. Tandis qu’un État qui emprunte des milliers de milliards et épuise les classes moyennes pour un déficit commercial abyssal est forcément digne de votre respect, voire de votre admiration, c’est ça ?

    4. « Fortune personnelle »… c’est simplement l’estimation de la valeur des ses actions à l’instant t. Ce n’est pas une piscine de billets de banque dans laquelle il nagerait comme Oncle Picsou !

    5. Amusant de voir les initiés fantasmer sur l’Opus Dei en s’abstenant d’ évoquer jamais le B’nai B’rith. De même qu’évoquer une augmentation de 34% de sa fortune tandis que d’autres se sont envolées de 300% durant la même période, relève à tout le moins d’une analyse digne de de l’illustre Pareto. Quant à propulser Monsieur Zemmour que vous semblez affectionner, rappelez nous qui a « propulsé » sur le devant de la scène un illustre inconnu, tout comme les marketeurs lancent une nouvelle lessive ?

    6. et macron a touché combien avec la vente d’Alsthom et le labo Pfizer et tout ce que l’on ne sait pas

  9. Bolloré est un entrepreneur de qualité, un homme respectable et respecté par la majorité des citoyens intelligents et démocrates. La gauche qui sent son pouvoir maléfique disparaître ne sait comment atteindre cet homme qui les ignore et suit son chemin de chef de moult entreprises prospères dans divers domaines dont celui de la presse et médias télé en particulier Cnews, seule chaîne intéressante au pluralisme incontestable et non malade de gauchisme progressisme.

  10. Brillante analyse, toute teintée d’humour, qui nous révèle que 75% des chaînes d’information sont très marquée à gauche. La même gauche qui déplore les 2% d’audience de CNEWS.
    En tout état de cause et en bon français, qui est gauche est fondamentalement maladroit. Tout est dit.

  11. Qu’un média s’écarte de la doxia marxiste pour ouvrir les débats est inconcevable pour ces « démocrates » .

  12. Vous avez oublié Bernard Arnaud qui avec Drahi et Niel n’est pas pour rien dans l’élection de Macron en 2017, et dans la dézingage de Fillon (RMC et BFM)

    1. Vous oubliez GE qui a largement financé la campagne de Macron pour le remercier de la vente d’Alstom. Pour la prochaine campagne ce sera Pfizer qui va le remercier pour avoir acheté son quota de soit disant vaccins et pour avoir su désengager la responsabilité de Pfizer et de l’Etat ce qui va sérieusement compliquer toute procédure.

    2. je me demande effectivement pourquoi on ne parle pas (ou pas assez) de Drahi et Niel en décortiquant leurs actions et leur influence. On devrait évoquer leur nom tous les jours (y a-t-il une omerta?)

  13. La gauche actuelleme fait penser à Machais qui se félicitait de la progression du pC pendant son mandat (le PC passé de 30 à 5%)… On dirait que la presse officielle tremble… c’est bon signe. Vive Zemmour vite.

Les commentaires sont fermés.