Sa gueule, sa gouaille et ses poings. Jean-Paul Belmondo, l’un des derniers grands acteurs du français, s’est éteint, ce 6 septembre, à 88 ans. En cinquante ans de carrière, Bébel a tourné plus de 80 films et a attiré dans les salles près de 130 millions de spectateurs. Le Professionnel, Le Magnifique, Un singe en hiver, L’Homme de Rio : il se signalait dans tous les succès du français. À l’aise dans les rôles comiques, tragiques, dramatiques, il a campé des personnages de fiction complète mais aussi littéraires comme Jean Valjean ou Cyrano de Bergerac, et historiques, puisqu’il incarna à l’écran le fameux escroc Stavisky. L’acteur, fidèle en amitié et n’ayant pas des risques, est aussi apparu dans des films qui furent des désastres commerciaux comme l’incompréhensible Amazone, de Philippe de Broca. Cela ne l’a pas empêché de tourner avec les plus grands : Godard, Jean-Pierre Melville, Alain Resnais, Gérard Oury, Claude Chabrol, François Truffaut, Philippe de Broca, Louis Malle, Claude Sautet, Georges Lautner…

Sa dernière apparition cinématographique remonte à 2011, année qui le vit incarner lui-même dans un documentaire signé Lelouch. Belmondo est donc parti à un moment ou on ne l’attendait pas. Il est parti par la petite porte, en silence. « Un matador rentre toujours seul, plus il est grand, plus il est seul », clamait-il dans l’auberge de monsieur Esnault, à Tigreville. La France cinéphile, populaire et insouciante va sans doute se sentir légèrement orpheline, ce soir. Consciente d’avoir perdu un père, un fils, un frère, un ami qui a traversé le siècle précédent et ses générations. Un acteur à la croisée de deux mondes dont la gueule rappelait la France heureuse, celle des Trente Glorieuses et de l’insouciance. Une France qui appartient au passé tout comme Belmondo appartient à l’Histoire.

Bébel a tiré sa révérence, il aura vécu plus longtemps que le français. Plus longtemps que beaucoup de légendes parties avant lui et qui lui ont sans doute fait une belle standing ovation à son arrivée. Ciao, l’as des as !

 

 

6 septembre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 6 votes
Votre avis ?
18 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires