Aux Sables-d’Olonne, la statue de saint Michel condamnée à être déboulonnée et une statue de la Vierge vandalisée

20211216_162405

Le sort de la statue de saint Michel avait fait grand bruit, il y a un mois. Le jugement vient de tomber comme un couperet. Le tribunal administratif de Nantes a décidé d’annuler la décision par laquelle Yannick Moreau, le maire des Sables-d’Olonne, a refusé que la statue soit retirée du domaine public. La ville a six mois pour la démonter. Ce jugement fait suite à l’affaire initiée par la Libre Pensée choquée par ce saint qu’elle ne saurait voir - rappelons-le comme cela a beaucoup été repris - sur la place Saint-Michel, devant l’église Saint-Michel, devant l’auditorium Saint-Michel, au cœur du quartier Saint-Michel… Le verdict tombe, mais le combat continue. Le maire ne se laissera pas faire : « Au nom du bon sens et de la ville des Sables-d’Olonne, j’ai décidé ce matin de faire appel du jugement du tribunal administratif de Nantes et de demander, dans l’attente de la décision d’appel, un “sursis à exécution”. Les tribunaux de notre pays ont pourtant autre chose à faire que d’instruire les demandes abusives de laïcistes radicaux complices de la cancel culture qui cherchent à déboulonner un par un les attachements culturels millénaires qui ont forgé notre identité collective. Au lendemain d’un acte de vandalisme inacceptable sur une statue municipale de la Vierge Marie et à la veille des fêtes de Noël, ces attaques contre nos racines et notre culture chrétiennes sont insupportables. »

Un symbole fort qui s’ajoute à un autre aussi symptomatique de notre époque laïcisée, au mauvais sens du terme. Puisque, dans la nuit de mardi à mercredi, une statue de la Sainte Vierge a été descellée, jetée sur le chemin et brisée complètement. Celle-ci avait été offerte par des riverains qui venaient régulièrement la fleurir et la prier au pied du calvaire municipal du parc de la Jarrie. Malheureusement, cet acte de malveillance n’est pas le premier. Des excréments avaient déjà été retrouvés au même endroit. Pour Yannick Moreau, « c’est un acte barbare et inacceptable. Nos racines et notre culture chrétienne méritent le respect. » Il annonce déposer plainte au nom de la ville des Sables-d’Olonne.

À quelques jours de Noël seulement, s’attaquer à saint Michel et à la Sainte Vierge, que l’on soit croyant ou pas, est un symbole fort qui vient encore meurtrir les chrétiens. Acte de folie ou de christianophobie, si l’on ne connaît pas encore les ou l’auteur(s) de cet acte de vandalisme, le message envoyé est agressif, on ne brise pas une statue de Marie de manière anodine. Il est grand temps que la Vendée se réveille et défende farouchement ses racines, son Histoire et ses valeurs, qu’elle retrouve le sens de son double cœur.

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois