Audio - Editoriaux - Entretiens - 6 septembre 2019

Alexandre Pesey : « La Convention de la droite préparera les victoires intellectuelles et politiques de demain »

Le 28 septembre prochain se tiendra, à Paris, la Convention de la droite, à l’initiative du magazine L’Incorrect et des associations Racines d’avenir et Cercle Audace.

Pour Boulevard Voltaire, Alexandre Pesey, qui interviendra durant cette journée, explique l’intérêt et les attentes suscités par cet événement politique.

La Convention de la droite aura lieu à Paris le 28 septembre. Elle sera organisée par le magazine L’Incorrect, le collectif Racine d’Avenir et le cercle Audace. L’IFP y sera représenté. Pourquoi avez-vous choisi de vous rendre à cet événement ?

Cela fait 15 ans que les 350 formateurs de l’Institut de formation politique (IFP) travaillent pour aider la jeune génération à se former, à débattre, à se connecter et à s’engager sur tous les terrains associatifs, politiques et médiatiques. La Convention de la droite nous apparaît comme un prolongement formidable. Nous allons donc y aller pour écouter, rencontrer et échanger avec les centaines de personnes présentes. Nous tenterons de poser les pierres indispensables à la victoire intellectuelle et politique de demain.

La droite a fait couler beaucoup d’encre, surtout depuis la victoire d’Emmanuel Macron. Cette droite mérite-t-elle d’être sauvée ?

Il y a certainement une droite qui a exercé des responsabilités, qui n’a pas toujours été à la hauteur de ses engagements. C’est un doux euphémisme que de dire cela. Aujourd’hui, beaucoup de choses sont à reconstruire. Les principaux partis qui dirigeaient sont en train de se disloquer les uns après les autres. C’est une période de crise. La crise en grec, c’est à la fois une période d’incertitude et le moment du diagnostic. C’est le moment de poser ce diagnostic pour rebâtir une droite de conviction sur des piliers solides qui ferait ce qu’elle a dit.

Cette jeunesse de droite vient pour beaucoup se former à l’IFP. Quelles sont les attentes de ces jeunes ? Comment sentez-vous cette génération qui est en train de remonter et qui a très à cœur de s’engager en politique ?

On sent un sens de la gravité chez les jeunes générations. On est à un tournant de notre Histoire, à la fois sur les plans politique, culturel et moral. C’est une période de grands choix.
Ce sens de la gravité explique qu’ils sont beaucoup plus nombreux à vouloir se former pour s’engager à prendre leur responsabilité dans la cité, quel que soit le terrain. Ils sont beaucoup plus exigeants avec les responsables politiques. Ils sont moins dupes des effets de manche et soucieux – voire ils demandent de manière impérative – que ces droites s’entendent et se parlent au-delà des ukases médiatiques ou moraux de la gauche.

Vous ferez partie des intervenants présents à cette convention avec Marion Maréchal et Éric Zemmour. Pourquoi suscitent-ils autant d’intérêt voire d’admiration parmi cette génération ?

La droite se cherche une personnalité pour incarner la traduction politique de ce bouillonnement intellectuel que l’on peut observer depuis quelques années pour essayer de l’emporter. Éric Zemmour comme Marion Maréchal sont deux noms qui reviennent très fréquemment comme ceux qui demain pourraient incarner ces droites en politique, au-delà des médias.

À lire aussi

Alexandre Pesey : “Pour être un bon journaliste, il ne faut pas être un militant mais un professionnel rigoureux”

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleAlexandre Pesey, directeur de l’Institut…