Editoriaux - People - Polémiques - 19 juillet 2019

Alexandre Benalla, le scout toujours prêt ?

Il n’en finit pas de nous étonner : quelle surprise, il y a quelques jours, lorsque Alexandre Benalla évoqua son appartenance au scoutisme. Sur son compte Twitter, il publie des photos de lui à l’âge de treize ans. Uniforme quasi impeccable, rangers aux pieds et gros sac sur le dos, Benalla a l’étoffe d’un scout. Fantasme ou réalité, imaginer que Benalla s’engagea – si promesse scoute il y eut – à servir la patrie… laisse songeur !

Lors d’un entretien accordé au Nouvel Économiste, Alexandre Benalla parle de son intérêt pour le scoutisme. Prétendant avoir été chef scout à 15 ans dans le mouvement des Scouts unitaires de France (SUF), l’ancien garde du corps d’Emmanuel Macron tire des bénéfices de cette école de vie créée par Baden-Powell. « Malgré mon jeune âge, dans les fonctions que j’ai été amené à assumer, j’ai toujours été un peu un leader. » D’ailleurs, il n’hésite pas à parler de sa « capacité naturelle à gérer des troupes » et de ses difficultés : « J’ai toujours été un battant, j’ai pris des coups mais je rebondis. »vEn effet, le chouchou d’Emmanuel Macron porte bien des coups, du moins traîne des casseroles derrière lui, et ce, depuis l’escarmouche de la Contrescarpe de mai 2018.

C’est un peu le jeu du chat et de la souris entre Alexandre Benalla et les responsables nationaux des SUF. Après que les médias ont relayé en gros titre « Alexandre, chef scout », Agnès Cerbelaud, chargée de la communication des Scouts unitaires de France, s’est empressée de démentir, sur son compte Twitter, le passé actif de Benalla dans le scoutisme. En s’appuyant sur les archives et les chefs de groupe de l’époque, elle affirme qu’« Alexandre Benalla a bien fait un camp d’été, mais à 12 ans. Surtout, il n’est resté que trois semaines au sein du mouvement. Bien trop court pour être chef scout et pour faire partager à ses petits camarades son “sens du lead assez précoce”. »

Récemment, l’ancien chargé de mission à l’Élysée d’Emmanuel Macron a créé un compte Twitter, l’occasion pour lui de prouver son passé dans le scoutisme. Sans doute en quête de glorification, il a tweeté hier des photos de lui en uniforme, agrémentées d’une explication : « J’avais 13 ans, retour d’un week-end en forêt à Saint-Evroult, six mois après le grand camp passé avec les Scouts d’Europe. Mes camarades de la Troupe de Sées et de la patrouille du léopard ne m’ont pas oublié, c’est le principal. »

Néanmoins, sur la photo, l’absence d’insignes sur son uniforme témoigne d’une entrée très récente dans la troupe, pas d’une ancienneté suffisante permettant d’être nommé chef. Chez les scouts, il faut faire ses preuves et gravir patiemment les échelons, l’avancement n’y est pas aussi rapide qu’à l’Élysée… Un an après l’affaire de la Contrescarpe et de ses péripéties judiciaires, Benalla tente, en vain, de se repentir. Ironie du sort, la promesse scoute engage à mettre son honneur à mériter confiance, à être loyal à son pays […], ses chefs et ses subordonnés.

À rappeler que le scoutisme, en France, connaît encore et toujours un immense succès avec, en 2017, plus de 177.250 scouts répartis dans dix mouvements. Jean Dujardin, Julien Clerc, Jean-Jacques Goldman ou encore le chanteur Grégoire ont, eux aussi, porté l’uniforme et campé en forêt. Reste à savoir si Benalla a toujours su servir Dieu, l’Église et sa patrie, conformément aux préceptes de ce mouvement vieux de 107 ans.

À lire aussi

L’école est finie… Macron à Brégançon

Jeudi 25 juillet, le couple présidentiel a plié bagage pour se rendre dans son lieu de vil…