Aïd-el-kébir : le mouton à l’écoute des médias n’a pas été épargné

Cette année encore, les médias en charge de l’optimisme obligatoire sont venus comme un seul homme fournir la notice de l’aïd-el-kébir à leurs clients soupçonnés de n’y rien comprendre. À force d’expliquer et réexpliquer, le client peut finir par se familiariser et peut-être même avoir envie de s’entraîner sur un mouton de passage. S’essayer à la cruauté conviviale. L’adhésion au « vivre ensemble » passe par quelques actes symboliques toujours les bienvenus en ces périodes troublées par un populisme galopant.

Pour les besoins de cette démarche pédagogique auprès d’un public qui n’avait rien demandé, articles de presse, chroniques radiophoniques et reportages télé ont fusé de toutes parts. RTL s’interrogeait : “Que fêtent les musulmans à partir de ce mardi ?” L’auditeur totalement indifférent à cette problématique tournait le bouton de sa radio et tombait sur Europe 1, qui posait la question fatale : “L’aïd-el-kébir, qu’est-ce que c’est ?” Il s’agissait peut-être d’un jeu ? En téléphonant la bonne réponse, il y avait sans doute un mouton à gagner. Mais qu’en faire ? À la télé, l’origine du rituel était longuement développée. Dessins, gravures, mode d’emploi, service après-vente… tout s’éclairait. Quelques téléspectateurs frémissaient à l’idée que l’animal offert en substitution du sacrifice humain ait été un chat. Ou un hamster.

Après avoir subi ces leçons de choses offertes gracieusement par l’audio et le visuel, le personnage sort dans la rue et aperçoit, à la devanture d’un kiosque, le journal Le Monde qui, lui aussi, semble participer au grand jeu de l’été avec le titre : “Qu’est-ce que l’aïd-el-kébir, la grande fête des musulmans ?” Connaissant la réponse pour avoir suivi trois reportages sur le sujet, l’homme est tenté d’appeler les journalistes pour leur expliquer. Mais à quoi bon ? Ils n’ont qu’à regarder le site de Cnews : “Aïd-el-kébir, date, origine, sacrifice : tout ce qu’il faut savoir.” Ils n’ont aucune excuse.

À l’entrée du métro, le gratuit 20 Minutes informe les usagers que “la plus grande fête de l’islam commence aujourd’hui”. C’est pas possible ? Où faut-il aller pour échapper à ce matraquage ? s’est dit l’usager en montant dans la rame, juste avant de recevoir un coup de couteau parce qu’il venait de refuser une cigarette. Dans l’ambulance qui tressautait sur les ralentisseurs, il a demandé au personnel médical s’ils connaissaient l’origine du rituel dont il venait de faire les frais. Personne ne savait. L’absence d’historiens à bord des véhicules du SAMU est inadmissible.

À lire aussi

Plus de champagne pour fêter la Cup de football anglaise !

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleL’équipe qui remportait la Cup d’Angleterre av…