Inutile de revenir sur ce désastre politico-militaire afghan, tout a été dit et en boucle. Les experts parlent de fiasco militaire, d’inconséquence américaine, de déroute de l’Occident et de l’OTAN. Mais est-ce bien vrai ? L’Occident doit-il, une fois de plus, faire un mea culpa ?

Réfléchissons : pouvait-on attendre d’une force d’interposition qu’elle résolve les problèmes intérieurs d’un pays ravagé par la corruption et les pouvoirs claniques ? Après vingt d’années d’efforts considérables et de milliards de dollars dépensés, n’était-il pas plus sage d’arrêter les frais ? Surtout, contrairement à une vision simpliste, l’ américaine n’a pas été vaincue et l’Occident n’a pas failli à sa mission. Pendant vingt ans d’une paix précaire, Afghans et Afghanes ont pu jouir d’une vie et d’une impensable auparavant.

La bonne question est : qu’en ont-ils fait ?

Le spectacle des dirigeants quittant leur pays et fuyant à l’étranger, des soldats troquant leurs treillis contre des vêtements civils et abandonnant sans combattre armes et matériels, foules se ruant à l’aéroport, s’accrochant aux avions en train de décoller, est absolument navrant. Honte à eux et pas à nous.

L’erreur occidentale – car elle est essentielle – est de penser que la Terre entière adhère à nos valeurs et que les bons sont les bons et les méchants les méchants. C’est une erreur fatale et que nos ennemis exploitent à l’envi.

Ces talibans, issus de la afghane formée dans les madrasas locales ou pakistanaises, et que nous traitons de terroristes et de criminels, sont persuadés d’être dans le vrai. Pour eux, ils possèdent la vraie foi du prophète, sont de respectueux observants et ne sont en aucun cas des intégristes ou des fanatiques. Ces Occidentaux arrogants ne sont que des mécréants et souvent même athées. Leur culture est impie. Il est du devoir d’un bon musulman soit de les convertir soit de les faire périr.

Aujourd’hui, la population afghane, du moins celle que les nous montrent, est affolée et nous demande asile. Si elle veut vivre à l’occidentale, ne doit-elle pas en payer le prix ? C’est-à-dire s’organiser et résister. Accueillir en masse des personnes déboussolées au risque de les décevoir, n’est-ce pas préparer une nouvelle guerre civile, cette fois sur notre sol ?

20 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.8 13 votes
Votre avis ?
60 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires