On ne sait pas comment va repérer et former les futures pépites LREM, puisque telle est désormais sa mission dans la toute neuve CNT (Commission nationale de talents). On ne sait pas, non plus, si les nouveaux cadres du macronisme auront de solides bibliographies à avaler. Ce que l’on sait, c’est que les cadres LREM actuels ont de graves carences langagières et conceptuelles. À commencer par le premier d’entre eux, depuis qu’il a qualifié, le 14 juillet dernier, d’« incivilités » des assassinats sordides qui, malheureusement, ne se sont pas arrêtés depuis… Même problème d’adéquation des mots aux choses chez Marlène Schiappa.

Malheureusement, cette terrible maladie gagne du terrain chez tous les cadres LREM, anciens comme nouveaux, d’ailleurs. La preuve par « l’affaire » Sira Sylla.

Les faits

Ce samedi 25 juillet, Génération identitaire déploie devant la permanence de la députée de Seine-Maritime des banderoles dénonçant son action pour obtenir une baisse des frais sur les transferts d’argent des Africains installés en France vers l’. On peut être pour, on peut être contre : démocratie. On peut aussi exprimer son approbation ou son désaccord : liberté d’expression.
Action spectaculaire : banderoles, fumigènes. Ni vitrine cassée. Ni insultes. Ni agression. Ni, même, fumier déversé. Les slogans : « Aidez les Français, pas les Africains », « Pensez à nos emplois, pas à la diaspora ». Débat sur les priorités. Dans le monde d’après, cela se défend. En tout cas, il n’y a ni mort d’homme, ni crime, ni délit, ni même « incivilité », ni même volonté de nuire, mais simplement de dire, d’affirmer un refus.

Les réactions

Jean Castex, Premier ministre : « Les attaques indignes dont a fait l’objet @SiraSylla76 appellent une condamnation unanime et sans aucune ambiguïté : je lui ai dit mon soutien et la solidarité de l’ensemble du gouvernement. Face à la haine, la République doit s’unir et agir. » Gérad Darmanin, lui, parle de « comportements ignobles ». Marlène Schiappa : « Venir à plusieurs prendre possession d’un espace, y brandir le portrait d’une députée pour tenter de l’intimider, proférer des sous-entendus racistes menaçants, tout ceci est abject ! » Marlène Schiappa est vraiment devenue la Jeanne d’Arc du macronisme nouvelle version : le langage et les voix n’ont plus aucun secret pour elle, elle est même capable d’entendre « proférer des sous-entendus ». Trop forte… Même Éric Dupond-Moretti y est allé d’une bonne rasade de langue de bois en parlant de « ces groupuscules qui, sous couvert d’un patriotisme dévoyé, répandent le racisme et la haine ».

Mais le César du meilleur orwellien de la saison Macron 2 est, incontestablement, un certain Vincent Ledoux, député Les Républicains, puis UDI, puis Agir et indépendants, puis Agir ensemble, qui a déclaré sans sourciller à BFM-TV : « Génération identitaire est complètement dans cet qu’il faut combattre. » Voilà un excellent futur cadre LREM, capable de récupérer le mot effrayant de Gérald Darmanin pour le retourner contre ceux qui dénoncent cet ensauvagement quotidien. Mais la concurrence fait rage chez les petits marquis de la Macronie : Hugues Renson, vice-président de l’Assemblée nationale, ex-LR, vient lui aussi de déposer sobrement son tweet « ensauvagement » sur une photo de Génération identitaire.

Nous voilà rassurés, nous qui avions encore un léger doute sur l’identité des « sauvages » du monde d’après.

26 juillet 2020

À lire aussi

« Vaccinez-nous, confinez-nous », crient certains, devant les tangages du gouvernement…

On assiste, ces jours-ci, à d'étranges renversements de la part des oppositions à la strat…