Les sujets de papier, c’est comme les fruits et légumes, ça se consomme en saison et le mois d’août, c’est la saison des sujets people : Brigitte Macron aurait subi une opération de chirurgie esthétique (où ça ? Quoi ça ? Le mystère plane…), Emmanuel Macron bronze à Brégançon, Stéphanie de Monaco marie son fils, Charlotte de Monaco change de jules, Céline Dion a encore perdu un kilo…

À l’heure où la France des arpente en secret le port de Saint-Tropez, il faut lâcher du lest. S’élever au-dessus des manifestations et des lacrymos, des violences policières et des querelles subsidiaires. Traversons donc la Manche pour un peu plus de légèreté. Et non, je ne parle pas ici de l’exploit de notre ami Zapata chevauchant son flyboard.

Je parle de la famille régnant par-delà le Channel, grande pourvoyeuse de potins devant l’Éternel. Figurez-vous, en effet, que rien ne va plus chez les têtes en attente de couronne : on se tire la bourre chez les Windsor.

Sur le ring, le couple Kate-William versus le couple Meghan-Harry.

Voyons donc les faits tels que nous les rapporte le magazine Gala, seule lecture digne d’intérêt en cette période estivale : « Alors que Meghan Markle a célébré ses 38 ans ce dimanche 4 août, le site Internet de vente de produits pour la fête Party Pieces – propriété des Middleton – a profité de cet anniversaire pour vendre des bannières personnalisables. Une méthode moyennement appréciée outre-Manche. »

L’affaire est grave qui pourrait bien éclipser les déboires d’un Boris Johnson fraîchement mal élu sur fond de Brexit dur car cet anniversaire a été fêté, nous dit-on, par tous les membre de la couronne. La grand-mère, la queen Élisabeth II soi-même, avait d’ailleurs organisé une réception à Balmoral pour la maman du petit Archie Mountbatten-Windsor. Ombre au tableau : Kate et William étaient restés bronzer à l’île Moustique. Précision pour les ignorants dans mon genre : Moustique est une île privée de l’archipel des Grenadines, dans les Petites Antilles. On les comprend, les futurs roi et reine d’Angleterre : revenir d’aussi loin avec trois enfants en bas âge pour souffler les bougies de la belle-sœur, c’est moyennement tentant. On voit d’ici le tracas : les valises, les gamins qui braillent, la chaleur étouffante, les moustiques, l’aéroport bondé…

Et puis, il se dit que les amours ne sont pas au beau fixe entre les deux belles-sœurs, Kate et Meghan, l’épouse rangée et l’Américaine divorcée. Du coup, l’affaire qui nous occupe ne va pas arranger les choses. Elle est grave. Pour résumer, on reproche aux parents de Kate de s’être fait de l’argent sur l’anniversaire de la princesse en proposant, sur leur site, des banderoles personnalisables ainsi présentées : « Découvrez notre vaste gamme de bannières personnalisées, sur lesquelles vous pouvez ajouter un nom, un âge, un message personnel et même une photo de la personne que vous célébrez ! » Plus grave, cette publicité est accompagnée d’un support visuel : « Une bannière avec une jolie brune et le message “Happy Birthday Megan”. Même si le “h” a disparu, difficile d’y voir une simple coïncidence. »

Les Anglais ont toujours été des gens originaux et les déboires de la famille royale un constant dérivatif aux problèmes du pays. Les tabloïds en font leurs choux gras. Pendant ce temps, le pays s’enfonce dans une crise politique que l’arrivée de l’histrion Boris Johnson ne résoudra en rien. Du pain, des jeux, une famille royale… c’est sans doute la recette pour tenir un peuple sous cloche. Nous avons tué notre roi, et nous sommes toutes les semaines dans la rue…

NDLR : et puisque c’est l’été, nos lecteurs pourront relire ce papier paru, l’an passé, sur Boulevard Voltaire

5 août 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.