Pour ceux qui pouvaient avoir accès aux quotidiens nationaux le mercredi 22 mai 1918 (Action française, Le Journal, Le Figaro…), certains lecteurs auront été peu surpris d’apprendre que les avions ennemis, des Gotha, ont tenté d’attaquer Paris. "Des avions ennemis ayant été signalés par nos postes de guet se dirigeant vers Paris, l’alerte a été donnée hier soir à 22 h 40. Les divers moyens de ont été mis en action, de violents tirs de barrage ont été déclenchés et nos escadrilles ont pris l’air. L’ennemi a lancé un certain nombre de bombes sur diverses localités de la banlieue. On signale quelques victimes et des dégâts matériels", relate ainsi Le Journal du mercredi 22 mai.

Après tout, ce n’est pas la première fois que la capitale française et sa banlieue seraient attaquées. Le premier raid aérien n’a-t-il pas eu lieu le 30 août 1914, lorsqu’un avion Taube largua quatre bombes et une série de tracts sur la capitale. Il n’y a eu aucun dégât et aucun blessé. Un autre raid intervient le 29 janvier 1916 quand 17 bombes sont larguées depuis un Zeppelin. Le bilan est lourd : 26 morts et 41 blessés. Puis le 23 mars et le 29 mars 1918, c’est au tour de celle que l’on surnomme à tort Grosse Bertha (elle s’appelle, en fait, Pariser Kanone) de faire pleuvoir des obus sur et sa banlieue. Le vendredi 29 mars, pendant les vêpres du Vendredi saint, un obus perfore l’église Saint-Gervais-Saint-Protais, occasionnant le décès de 91 personnes[ref]Source : www.centenaire.org[/ref]

Ce 22 mai, de nombreux journaux ne font que reprendre le communiqué officiel du ministère de la Guerre.

Mais dans les éditions du lendemain, le nouveau communiqué revient quelque peu sur sa version précédente. Il affirme qu'"aucun appareil n’a survolé Paris. L’un d'eux a lancé quelques bombes sur la région parisienne. On ne signale ni dégât, ni victime." Les journalistes qui ont, semble-t-il, mené l’enquête précisent qu’il y a eu deux alertes : une première à 23 h 30, qui a pris fin à « minuit douze », avec la sonnerie des cloches des églises, précise Le Journal du 23 mai. Une seconde alerte est donnée à 1 h 30 le 22 mai, quand le tir de barrage a repris de manière plus violente. Les quotidiens précisent que "ceux des Parisiens qui ont eu la curiosité d’ouvrir leurs fenêtres ont pu entendre distinctement un ronron de moteur parmi le fracas de la canonnade"[ref]Le Journal du 23 mai 1918[/ref]. Cerise sur le gâteau : la DCA serait parvenue à descendre un avion allemand qui est tombé « près de la ferme de Lormon, à Chevrières, bourg de 1.000 âmes situé à 70 kilomètres de et 14 de Compiègne ». Finalement, il y a eu plus de que de mal…

Au total, ce sont 702 projectiles qui vont toucher Paris, provoquant la de 265 personnes, entre 1914 et 1918.

3608 vues

20 mai 2018

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.