Israël fait pression pour que Trump dénonce l’accord nucléaire avec l’Iran

C’est le grand feuilleton que Donald Trump savoure depuis longtemps. Déjà, pendant sa campagne électorale, le futur président n’avait pas de mots assez durs pour dénoncer cet accord, « le pire » que l’Amérique ait signé. Il est vrai qu’avec lui, le pire est souvent atteint.

Depuis son élection, le discours a certes connu des variations, mais la tendance générale est à la dénonciation et, donc, au retrait américain de ce traité qui fut signé par les cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU, plus l’Allemagne et l’Iran.

Appelé JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action), il avait été très complexe à mettre en œuvre. La France y était opposée malgré les pressions des milieux d’affaires qui rêvaient de s’implanter en Iran. Laurent Fabius fit tout pour faire capoter les négociations. Israël également. Mais l’habileté de Lavrov, la détermination d’Obama et les concessions iraniennes aboutirent à une signature en juillet 2015.

Les fréquentes envolées de Trump sur le sujet laissaient penser que l’affaire était entendue et que le retrait américain était certain, comme pour le traité sur le climat.

Mais la détermination européenne (on croit rêver en accolant ces mots) a fini par peser sur l’obstination de Trump. La France et l’Allemagne lui ont rappelé qu’un accord, même imparfait, était préférable à l’absence d’accord. Macron a donc proposé de le renégocier pour y inclure des discussions sur les missiles balistiques et sur la présence iranienne en Syrie.

Les Russes ont doctement rappelé que l’accord était signé et qu’il n’y avait pas de raisons de revenir dessus. Quant aux Iraniens, furieux, ils déclarent qu’aucune nouvelle négociation n’aura lieu. Mais, en réalité, ils sont très inquiets et voient s’éloigner les levées définitives des sanctions qui empêchent le décollage économique du pays.

Israël est à nouveau entré en scène. Tout en rappelant, comme d’habitude, que sa sécurité était en jeu, Benyamin Netanyahou a affirmé que l’Iran violait l’accord de 2015 et qu’il avait des preuves. Mais, comme pour l’attaque chimique en Syrie, on les attend toujours. Personne ne l’a cru, et son mensonge a été finalement contre-productif.

C’est le 12 mai que Trump annoncera sa décision. En attendant, il jubile : « Personne ne sait ce que je vais faire le 12 mai. Je pense que nous aurons une super occasion de faire un bien plus gros accord, peut-être. » Voilà qui n’est pas limpide, mais rappelons-nous que Trump a ses propres règles du jeu.

En attendant le 12 mai, l’Iran ne se fait guère d’illusions et le président Rohani s’est permis une sortie étonnante. À la télévision iranienne, il a ainsi interpellé Trump : « Vous n’avez aucune expérience en matière de traités internationaux. Comment un marchand, un constructeur de tours peut-il émettre des jugements sur les affaires internationales ? »

Espérons que la raison l’emportera chez Trump et que l’on évitera le saut vers l’inconnu.

Commentaires fermés sur Israël fait pression pour que Trump dénonce l’accord nucléaire avec l’Iran

À lire aussi

Pour empêcher l’offensive syrienne, la Turquie fait pression sur les djihadistes d’Idleb

Poutine et Erdoğan sont parvenus à un accord, le 17 septembre dernier, à Sotchi. …