Economie - Editoriaux - Politique - 2 novembre 2018

Blocage des routes du 17 novembre : le mouvement fait-il tache d’huile ?

78 % des Français soutiennent l’appel au blocage des routes le 17 novembre prochain pour protester contre l’augmentation du prix des carburants, selon un sondage réalisé pour Le Figaro et franceinfo. Difficile, d’ores et déjà, de qualifier cette colère qui monte dans le pays de « petite jacquerie d’extrême droite« , pour reprendre les mots du site macroniste TEAM MACRON.

78 %, cela veut dire que 22 % des Français désapprouvent le mouvement, dirait M. de La Palice. 22 % : à deux petits pourcents près, c’est le score d’Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle. De là à en tirer une conclusion électorale, c’est peut-être aller vite en besogne. Mais bon. Il est cependant très rare qu’un mouvement social ait un soutien aussi massif de la population. À titre de comparaison, le mouvement des cheminots, au printemps dernier, n’était soutenu que par 39 % des Français.

Des chiffres à mettre en parallèle, d’ailleurs, avec le soutien des grandes centrales syndicales. La CGT, par exemple, était à fond les manettes dans le mouvement de grève à répétition qui emmerda les Français durant de longues semaines. En revanche, elle est debout sur le frein de parc face à ce mouvement du 17 novembre. « La colère peut s’entendre car le prix des produits pétroliers devient exorbitant et intenable. » Mais voilà : « Plusieurs partis d’extrême droite semblent être à la manœuvre. Ils se font le relais d’une action qui, au final, encouragera à mettre taxes, impôts et peut-être demain cotisations sociales dans une même logique… Nous sommes clairement dans une instrumentalisation de l’exaspération. » Comme le cholestérol, c’est bien connu, il y a les bons et les mauvais mouvements sociaux. À FO, on est plus subtil : « Si des membres de FO y participent, ils le feront à titre purement individuel. »

Quoi qu’il en soit, le mouvement semble faire tache d’huile, si l’on en croit une rapide revue de la presse régionale. Ouest-France relate que 2.400 internautes se sont inscrits sur le groupe Facebook « Blocage contre la hausse du carburant et taxes Pontivy 17 novembre 2018 ». Selon France Bleu, rien qu’à Mont-de-Marsan, dans les Landes, près de 300 personnes se disent prêtes à participer au blocage. La Dépêche titre : « Hausse du prix des carburants : le 17 novembre, ils veulent bloquer l’Ariège. » 1.400 personnes ont dit qu’elles participeraient au mouvement dans ce petit département. Tout cela se passe par Internet, reste virtuel, se rassureront certains. Voire. Car des réunions se tiennent avec de vraies gens, dans de vraies salles. Ainsi, lundi dernier, dans le Vaucluse, c’est plus de 300 personnes qui étaient rassemblées pour une réunion, au Pontet, près d’Avignon, selon Le Dauphiné. À Dole, dans le Jura, ils étaient 70, jeudi 25 octobre, selon Le progrès, qui rapporte les propos du Jacquou le Croquant du Net local : « Si nous sommes 300 à 400 à participer, ça suffira pour bloquer une ville comme Dole. »

Certes, de « petites jacqueries » ici et là ne font pas une révolution. Mais empruntons quelques instants la jolie machine à remonter le temps d’Emmanuel Macron, bloquée en double file dans les années 30, et allons plus loin dans l’Histoire. Arrêtons-nous en 1775, au début du règne de Louis XVI. La France connut alors des révoltes frumentaires qu’on appela la « guerre des farines », après que le prix de la farine, et donc du pain, avait fortement augmenté. Rien que dans le bassin parisien, plus de 120 émeutes ! Certains historiens virent même dans ce mouvement les prémices de la Révolution. Quatorze ans plus tard, vous me direz. Mais, aujourd’hui, tout va tellement plus vite avec les réseaux sociaux et tout ça… Bien évidemment, toute ressemblance, etc.

Commentaires fermés sur Blocage des routes du 17 novembre : le mouvement fait-il tache d’huile ?

À lire aussi

Bibi, Doudou et le Bololo

Pour les plus anciens, on connaissait les beaux lolos de Gina Lollobrigida, mais le bololo…