Vite, une manifestation monstre pour refuser le saccage de la France

champs-elysees-488903_960_720

La droite a des objectifs toujours, des convictions parfois. La gauche a des réflexes. Ils ont agi comme d’habitude. Après avoir fait semblant de s’entredéchirer sur les plateaux de télévision durant la campagne des européennes, les leaders de la gauche, toutes tendances confondues, ont donc rejoué Embrassons-nous, Folleville. Ils ont saturé les médias, montré les muscles, mis en scène leur réconciliation et leurs vraies-fausses divergences, expliqué qu’ils retrouvaient une dynamique d'union. Après le petit théâtre des oppositions sur les plateaux de télévision, la même gauche a construit un programme commun, programmé la ruine de la France et finassé sur l’antisémitisme massif qui mobilise auprès d'elle des banlieues islamisées, remontées comme jamais. L’alliance de la honte, celle de Rima Hassan (LFI), de Fabien Roussel (PC) et de Raphaël Glucksmann (PS), celle de Philippe Poutou (NPA) et de François Hollande - grassement rémunéré par les Français comme ancien Président -, celle de Jean-Luc Mélenchon et de Marie Toussaint - véritable cauchemar de nos agriculteurs -, a pris la rue, samedi. Houleuse, haineuse et triomphante, accompagnée de ses affiches, de ses mots d’ordre et de ses slogans révélateurs, elle a une fois de plus vomi sa haine des riches, de Le Pen, de Ciotti, de Zemmour, de Macron aussi, de la France surtout et des forces de l’ordre. « Un flic qui meurt, c’est un vote Le Pen en moins », avait fièrement écrit un manifestant, pas dérangé d’appeler au meurtre. On attend toujours les condamnations, à gauche, de cette affiche, de cette manifestation et de cette alliance honteuse. L’ancien ministre Bernard Cazeneuve reste désespérément seul, chez les socialistes, à prendre nettement ses distances, alors que les incendies et les destructions ont repris ici ou là. Un début.

Non à l’arrivée de Jean-Luc Mélenchon au pouvoir

La France a rarement été à ce point abandonnée. Le bilan de sept ans de pouvoir mondialiste oublieux des intérêts des Français est là, dans ce déchaînement de haine contre ce pays pour lequel nos anciens ont sacrifié leur vie. Les deux semaines qui viennent, avant le premier tour, seront déterminantes. Les Français affligés par le spectacle de cette gauche déchaînée doivent maintenant agir. Ils doivent calmement repousser le spectre de l’arrivée au pouvoir dans ce vieux pays à la civilisation si ancienne et si fine des bandes du Nouveau Front populaire. Au vu des sondages, cette perspective n’a rien d’une hypothèse d’école. Il reste moins de quinze jours avant le premier tour des législatives pour dire non à l’arrivée de Jean-Luc Mélenchon ou de l’un de ses affidés à Matignon. Non à ce qui serait une honte pour tout Français aux yeux du monde. Non à la prise de possession autoritaire de la rue par une faction dangereuse qui vise le pouvoir.

La situation actuelle a un précédent, mutatis mutandis. En 1968, une jeunesse rouge vif ralliait les syndicats pour « bordéliser » le pays. En mai, les grèves et les occupations d’usines ou d’universités durent depuis un mois. Les manifestations et les affrontements se multiplient, la situation semble échapper au pouvoir gaullien. Mais le 30 mai, entre 500.000 et un million de Français exaspérés envahissent les Champs-Élysées et la place de la Concorde à Paris. Une véritable marée - le mot sera souvent employé - dit son ras-le-bol d’une gauche irresponsable qui bloque, détruit, abîme et crache sur les valeurs qui ont fait la France. En quelques jours, la situation rentre dans l'ordre. Un an plus tard, le 20 juin 1969, les Français portent Pompidou au pouvoir et renvoient Cohn-Bendit (l'ancêtre de Mélenchon) à ses provocations.

Il reste quinze jours aux associations et autres forces mobilisatrices, hors partis politiques - ils limiteraient l’ampleur de la mobilisation -, pour inciter la France silencieuse, la France bien élevée chère à Gabrielle Cluzel, à montrer sur le pavé qu'elle n'est pas prête à se laisser piétiner. Pour dire à cette gauche indigne, à la France et au monde que non, le syndicat des démolisseurs n’est pas tout-puissant, en 2024. Que l’amour de notre pays est plus fort que la haine qui les anime. Et que nous savons, nous aussi, manifester massivement quand la cause est belle.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

45 commentaires

  1. Oh oui, vite vite vite, mais j’ai toujours peur d’être trop optimiste… ça fait si longtemps qu’on me fait ravaler ma France et ma fierté…

  2. Excellente idée ! une manifestation puissante comme un tsunami pour exiger en priorité l’expulsion de toutes ces peuplades qui causent la destruction de notre Nation depuis des décennies sans oublier d’exiler toutes les personnes qui les accueillent ou qui les encensent comme la gauche. Cela serait déjà un grand pas pour reconquérir la France afin de lui redonner ses couleurs et ses valeurs. Mais pour cela, il faudrait que notre jeunesse sorte de son sommeil léthargique pour réaliser l’état dans lequel se trouve notre pays.

  3. Très bonne suggestion. Mais en 1968 de Gaulle était alors au pouvoir et il pouvait s’appuyer sur Jacques Foccart qui a su motiver et rassembler tous ceux qui se souvenaient que de Gaulle avait rendu sa dignité à la France. Mais, en juin 2024, comment faire de cette manifestation une démonstration de joie festive qui puisse rassembler toute la droite, y compris Eric Zemmour et Marine Le Pen, les LR pro Ciotti et les non Ciotti ? Cela seulement permettrait, au delà de nos différences, d’enlever une fois pour toute cette image de gens repliés sur nous-mêmes qui nous colle à la peau et qui est savamment entretenue par les médias, l’extrême centre macronien et la gauche…

    • Malheureusement en 68 il y avait un cerveau dans pratiquement chaque tête, aujourd’hui les cerveaux individuels son remplacés par les bla bla des médias, alors ne soyez pas trop optimiste, le cirque Bruxellois va continuer de plus bel, histoire de donner une leçon au peuple

  4. Je verrais plutôt une grande marche de la victoire à postériori. Cela aurait de la gueule à l’international juste avant les jeux olympiques qui se passeraient sous de meilleurs augures ;Il faut opposer aux brailleuses hystérique de LFI lors de la manif de la honte , une démonstration de joie festive pour enlever une fois pour toute cette images de gens repliés sur eux mêmes qui nous colle à la peau et entretenu par les médias et la gauche . IL faut se débarrasser de ces horipeaux dont ils nous ont injustement affublé .Nous souffrons du deficit d’image entretenu par nos adversaires depuis des decennies . Montrons que nous ne sommes pas des frileux et pisse froids et au contraire les bons vivants et en cela les dignes représentants de cette France du bon vivre . Je me refuse à tomber dans le piège de la confrontation et du bras de fer avec des nervis gauchistes . Restons à notre place et donnons l’image de gens que nous sommes rééllement c’est à dire de braves gens, bien dans leur tête , et responsables qui veulent juste sauver leur pays du chaos annoncé .

  5. OUI! ! Comme pour à l’époque la menace de suppression de l’école libre, il nous faut 3 millions de manifestants anti LFI ou gauche d’aujourd’hui dans la rue avec un service d’ordre particulièrement musclé pour la quiétude der tous ceux qui seront présents Le tout complété par 6 ou 6 millions d’autres manifestants dans le reste de la France. Allez Français réveillez vous si vous ne voulez pas être engloutis et sous le joug des esclavagistes de gauche..

  6. BRAVO Mr Baudriller,
    Votre article devrait être diffusé tous azimuts par tous moyens susceptibles de secouer la léthargie des Français ‘trop bien élevés’ cf G. Cluzel) pour oser manifester avec force.
    Les lecteurs de B.V peuvent contribuer à cette oeuvre salutaire en transférant votre article au maximum, ce que je vais faire illico presto
    Bonne journée

  7. Bonjour, comment des gens qui prechent la democratie, se permettent de condamner ceux qui ne voteraient pas pour eux ???? Ils me rappellent certains hommes politiques de l’extreme nord de l’europe….Et c ‘est cela qu’ils veulent mettre en place chez nous… allons un peu de bon sens et votons LIBRES…

  8. Si les forces de l’ordre interviennent dans les manifs de gauche, la gouverne-ment va se mettre la goooche sur le dos et s’ils n’interviennent pas c’est bon pour la droite…Alors?… Manif ou pas pour la droite? réfléchissez bien…Un piège de plus?…

  9. Excellente idée que celle-ci. Merci Marc Baudriller. Vous êtes sauf erreur le seul à promouvoir ce projet d’énorme manifestation non violente qui m’habite depuis les Européennes. Mais, partis politiques et syndicats exclus, puisque le MEDEF et la FNSEA préfèrent la macronie européo-mondialiste, quels sont les organismes qui seraient en capacité de déclencher et de motiver une telle marée motrice pour gagner une plage sociétale enfin dépolluée ?

  10. On prends d abord le pouvoir ..et les purges viendront ensuite , pas besoin de defiler dans les rues avec des banderolles et des megaphones. On a enfin compris ..on y a mis 40 ans mais on a compris.

  11. Et dire que l’on vient de fêter avec force hommages, aux milliers de soldats débarqués sur les plages normandes, afin de libérer notre pays du joug nazi, pour en arriver là. Tous ces jeunes homme aux chemins de vie interrompus brutalement sur le sable buvant avec l’avidité d’une éponge leur sang, s’interrogeraient sans doute sur le véritable intérêt de leur sacrifice, s’ils revenaient à la vie au milieu de cette pétaudière qu’est la France devenue. Tout ça pour ça!

  12. Donner nous une date, une heure, des lieux dans toutes les grandes villes et nous irons. Nos pancartes : le drapeau français, merci aux forces de l’ordre qui nous protègent, vive la démocratie, …
    Pas besoin de patronage d’un parti pour défendre certaines valeurs et le refus ferme de la pression des « biens pensants ». La majorité silencieuse peut et doit se faire voir.

  13. « Il reste quinze jours aux associations et autres forces mobilisatrices, » J’apprends aujourd’hui que les associations seraient mobilisatrices. Jusqu’à maintenant, je ne les ai jamais vues que se mobiliser pour défendre leurs propres intérêts, financiers le plus souvent. Mais j’ai probablement une mauvaise vue, comme tout complotiste avéré.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois