Le laboratoire franco-autrichien Valneva, installé à Nantes, annonce avoir « reçu un avis de résiliation » du contrat de la part du gouvernement britannique, alors même qu’il avait reçu une commande de 100 millions de doses, rapporte BFM TV.

La biotech exprime son incompréhension après ce revirement soudain

Valneva avait un accord avec le Royaume-Uni et travaillait sur un vaccin selon la technologie dite à virus désactivé, technologie plus classique que l’ARN, et qui était déjà utilisée contre des maladies comme la grippe.

Dans un communiqué, le laboratoire a annoncé ce matin que son contrat avec Londres avait pris fin. La biotech a précisé que l’une des clauses de ce contrat permettait qu’il soit rompu, mais elle proteste contre les raisons de cette résiliation. « Valneva SE spécialisée dans les vaccins, a annoncé aujourd’hui avoir reçu un avis de résiliation, par le gouvernement britannique (“HMG”), de l’accord de fourniture de son candidat vaccin contre le Covid-19, VLA2001. Le contrat inclut une clause permettant à HMG d’y mettre fin. HMG prétend, de plus, que Valneva a manqué à ses obligations, ce que Valneva conteste vigoureusement », déclare le laboratoire dans son communiqué. Valneva n’a pas donné de détails sur ce « manquement à ses obligations ».

Valneva proteste de son implication

Valneva rappelle, dans son communiqué, sa grande implications dans les recherches pour le vaccin anti-Covid-19 et indique avoir longuement travaillé, « notamment en engageant des ressources significatives et en montrant une très forte implication afin de répondre à [ses] demandes sur des vaccins adaptés aux variants ».

Le laboratoire avait soumis, en août, sa demande d’autorisation auprès des autorités de britanniques et attend actuellement les résultats de ses études de phase III, qui « sont attendus au début du quatrième trimestre ». Valneva espère que ces résultats pourront changer le cours des choses en prouvant l’efficacité du vaccin proposé, rapporte La Tribune.

Dès la publication de cette nouvelle, le titre plongeait de près de 6 % à l’ouverture de la Bourse de Paris, l’action a continué sa chute de 44 % vers 9 h 15 et à 9 h 30, la baisse était encore de près de -40 %, a précisé La Tribune.

 

13 septembre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.