Les chaises étaient venues nombreuses assister au d'Anne Hidalgo, à Aubervilliers. Devant la scène, quelques irréductibles du PS les avaient accompagnées. À gauche, on ne laisse pas du mobilier sans défense abandonné à son triste sort. Le discours de la candidate s'annonçait ennuyeux, ils se devaient d'être là pour apporter tout le soutien moral qu'un meuble de bonne facture mérite.

BFM, qui a pressenti l'aridité de la réunion, a envoyé sur place une spécialiste des espaces désertiques. Une baroudeuse rompue aux pires conditions de survie en milieu socialiste. Face caméra, la journaliste-aventurière relate le changement de scénographie opéré en dernière minute. L'arrivée triomphale d' prévue par la porte arrière de la salle, suivie d'une marche dans la travée centrale jusqu'à la scène, a été annulée au profit d'une entrée plus sobre, directement sous les projecteurs.

Par cette nouvelle manière de se présenter, la candidate a souhaité éviter au téléspectateur de constater l'étendue de chaises vides, seules, coupées du monde. Certaines, prévues initialement pour le d'Éric Zemmour, crient à l'injustice. Réclament un transfert. Les renvoyer dans le magasin d'où elles proviennent serait trop cruel. En attendant de trouver une solution, rentrera donc de l'autre côté.

Dans la vidéo d'introduction au meeting apparaissent deux soutiens de poids : et Bernard Cazeneuve. L'une est absente et l'autre n'est pas là. Leur esprit rôde néanmoins dans l'arrière-salle. De légers souffles d'air glacial auraient été ressentis par la journaliste de BFM. Transhumanisme oblige, ils seront les avatars de la campagne. Représentés sous forme d'image 3D comme « Démerde-toi », ils apparaîtront fidèlement sur l'écran lors de chaque réunion et pourraient aller jusqu'à dire quelques mots et faire des gestes avec les bras.

Au terme de ce pensum, BFM interviewe quelques survivants. Sous le masque de l'anonymat, un militant PS se montre confiant : « On a encore trois mois pour convaincre » (si près du but, ce ne sera qu'une formalité). Une activiste déclare coller des affiches, distribuer des tracts dans les boîtes à lettres. « Je boîte », dit-elle. Le parti boiteux a trouvé sa porte-parole.

Un dernier témoin avoue son pessimisme quant à l'échéance à venir. Le ton du rescapé au milieu d'un champ de ruines ne sonnait pas plus triste. Plutôt que des chaises, le militant attend des prie-Dieu.

24 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 10 votes
Votre avis ?
47 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires