Un homme , âgé d’une soixante d’années, a été décapité au moyen d’une arme blanche. L'auteur présumé des faits est son fils, relate Le Progrès.

Vers 2 heures, dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 août, les premiers appels sont arrivés au 17 pour signaler qu'un individu armé d'un couteau poursuivait un autre homme, rue Louis-Braille, à Saint-Priest, en banlieue lyonnaise. Quelques minutes plus tard, un équipage de découvrait le corps décapité d’un homme de 60 ans sur le parking, ainsi qu’un couteau de cuisine situé à proximité du lieu du crime.

Peu après la macabre découverte, la BAC (brigade anticriminalité) a repéré un homme qui  déambulait « avec une tête dans une main et un couteau dans l'autre », non loin de là, dans le parc Louis-Braille

Le meurtrier présumé aurait crié « Allah Akbar »

Selon les informations du Progrès, le meurtrier présumé tenait des propos incompréhensibles et aurait également crié « Allah Akbar » au moment de l’interpellation mouvementée. L’homme refusait en effet de se rendre, tentant à plusieurs reprises de frapper les policiers. Il était en possession de la tête de son père.

Il a été placé en garde à vue. Agé de 25 ans, il vivait au même domicile que son père à Saint-Priest.

Un Marocain en situation régulière connu de la

Le parquet de a confirmé que les premières constations « établissent la réalité d’un par décapitation ». L’enquête, confiée à la Sûreté départementale du Rhône, « devra déterminer les circonstances exactes de ce drame ainsi que son mobile et approfondir la personnalité de son auteur », précise le parquet.

Le suspect, un Marocain en situation régulière, est connu  de la Justice « pour des faits de droit commun, des différends familiaux sur fond d' et stupéfiants », selon l'AFP. Il n'est pas connu pour des faits de radicalité.

10594 vues

14 août 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter