[Tribune] Rodéos urbains : oser la méthode forte

rodeo

Encouragés par l’impunité judiciaire, de nouveaux incidents liés à des rodéos urbains ont eu lieu, ces derniers jours. Cette situation, d’autant plus intolérable qu’elle perdure au vu et au su de tous, appelle l’utilisation d’une méthode « forte » contre les auteurs de rodéos urbains.

Phénomène longtemps considéré estival, les pratiquants de rodéos urbains sont aujourd’hui si nombreux qu’ils fleurissent toute l’année, même en plein février…

Ainsi, ce jeudi, l'un d’entre eux a renversé une mère et ses deux enfants, à Argenteuil. Comme le rapporte Actu17, le motard est monté sur le trottoir avant de percuter et de blesser la mère de famille au genou et à l’épaule, ainsi que les deux enfants, de 1 et 2 ans, au visage. Le chauffard, interpellé sans permis ni assurance, a été placé en garde à vue.

Mais quelques jours auparavant, un autre motard de 21 ans faisait du rodéo urbain à Cergy. Aussi maladroit que malchanceux, il a perdu le contrôle de son véhicule aux pieds d’une patrouille de gendarmes mobiles. Il a naturellement été placé en garde à vue…

Des forces de l’ordre démunies

En février 2023, la presse révélait l’existence de la note 89. Celle-ci encadre la doctrine d’intervention des forces de l’ordre en cas de course-poursuite. Et, surtout, elle organise l’impunité des rodéos urbains.

En effet, elle réserve la possibilité pour les policiers de poursuivre les délinquants qu’en cas de faits de grande gravité. Cette limitation est vite remontée aux oreilles des motards, qui s’en donnent depuis à cœur joie. Le secrétaire départemental Alliance du Rhône dénonçait ainsi, sur CNews, « des individus qui nous narguent sur des motos volées ».

Pour Céline Pina, la raison d’existence de la note 89 est tout simplement la « peur de l’émeute », une analyse confirmée par Jérôme Travard, maître de conférences à l’université Lyon III, pour qui, en cas de blessure du conducteur, « la police n’aurait plus à lutter contre quelques rodéos motorisés mais bien contre des émeutes urbaines menaçant encore plus la sécurité des personnes et des biens ».

Sauf au Royaume-Uni…

La police britannique a mis en place, de longue date, la méthode dite du « contact tactique ». Cette méthode n’est certes pas utilisée contre les rodéos urbains (qui sont quasiment inexistants, outre-Manche) mais, de manière générale, en cas de course-poursuite à deux roues. Elle donne une entière satisfaction et ne semble n’avoir jamais été un débat.

De fait, les chiffres confirment la sûreté de la manœuvre. Selon un document consulté par l’Institut pour la justice, entre avril 2022 et mars 2023, 11.102 véhicules ont été poursuivis en Angleterre et au pays de Galles, après refus d’obtempérer. Le contact tactique a été utilisé dans 6 % des cas. Sur l’ensemble des poursuites, aucun mort n’est à déplorer et 27 blessés graves ont été comptabilisés (police et délinquants compris). Ce nombre de blessés graves est très faible, surtout mis en rapport avec le nombre actuel de blessés, tant parmi les passants que parmi les délinquants.

Un gouvernement qui se cache !

Cette pratique, qui donne entière satisfaction chez nos voisins, est réclamée quasi unanimement par les policiers et surtout par la population. Un sondage CSA confirmait ainsi que 76 % des Français seraient favorables à ce que les forces de l’ordre effectuent « des courses-poursuites contre les auteurs de rodéos sauvages, même si c’est dangereux ».

En refusant d’utiliser une méthode forte, qui pourtant n’augmente a priori pas les risques de blessures, le gouvernement tente de se cacher derrière son petit doigt. Pourtant, sa responsabilité est précisément décuplée par cette lâcheté, qui a pour effet de laisser sciemment la population seule face aux délinquants. Par sa lâcheté, l’État porte indubitablement une part de culpabilité dans tous les blessés dus à des rodéos urbains.

Pierre-Marie Sève
Pierre-Marie Sève
Directeur de l'Institut pour la Justice

Vos commentaires

46 commentaires

  1. … « Le chauffard, interpellé sans permis ni assurance, a été placé en garde à vue. », mais gageons qu’il sera remis en liberté illico, après au pire un coup de règle sur les doigts.
    J’avais dernièrement témoigné sur Instagram avoir vu la police britannique user avec efficacité du fameux « tactical contact », avant de me faire insulter et dénoncer pour fake news.
    Le problème pour l’accusation, est que j’habite Londres depuis 29 ans, et me suis donc défendu en postant avec force details des faits vérifiables.
    Il n’y a pas qu’en Grande-Bretagne où la police use de cette tactique, plusieurs pays nord-européens, telle la Suède, en font usage également, avec succès.
    Ici à Londres, j’ai vu la foule en pleine zone commerciale (et) touristique, applaudir la police en pleine exécution musclée, lors d’une tentative d’attaque de boutiques de luxe au scooter bélier, c’était spectaculaire et extrêmement efficace.
    La France ferait bien de s’en inspirer.

  2. Mais ils s’ennuient ces pauvres petit choux. Alors à choisir entre rodéos urbains et destructions barbares d’édifices publics, d’écoles, de médiathèques, de magasins, il semblerait que nos ir-responsables préfèrent voir ces petits chérubins s’occuper à jouer à des rodéos urbains. D’ailleurs, eux ne risquent rien, on vide les rues à force de centaines de gendarmes et CRS avant leurs déplacements.

  3. Mais on mène là un débat à côté de la plaque: la vraie responsable, c’est la Justice, que les délinquants ne craignent pas, faute d’exemple. Pierre-Marie SEVE le sait bien, c’est le cœur du problème: la promesse d’une sanction dissuasive et menée jusqu’au bout refroidirait, croyez-moi, les auteurs de tels méfaits…

    • S’y rajoute ( reportage 20H de TF1 de ce soir ) la floppée d’avocats pourris-véreux qui se rémunèrent grassement sur  » la bête » ( le fameux Etat gratuit ; ou le financement marocco-quatari sur la TIPP) à coup de « vices de procédures » épluchés dans les 600 pages du code pénal, avec des bécasses employées qu’aucune conscience n’empêche, -non plus- , de dormir ( en attendant les prises de conscience de fin de vie..)

  4. La méthode anglaise est apparemment la seule possibilité mais en France le laxisme gouvernemental et judiciaire donne l’autorisation de la pratique de ces démonstrations dangereuses, il n’y a rien à attendre des politicouards de l’autorité. Les racailles s’en donnent à coeur joie. Comme pour le reste d’ailleurs.

  5. La méthode française? Tomber sur le flic, ou le douanier: si l’agent continue la poursuite en voiture (façon USA) et que sa voiture écrase un piéton, c’est sa faute: il fallait arrêter; s’il juge que c’est trop dangereux et que le poursuivi écrase un piéton, ce sera encore sa faute: il fallait poursuivre. Demandez vous pourquoi les forces de l’ordre désabusées ne font tout simplement plus de poursuites.

  6. Une seule équation pour comprendre toutes les situations où nous sommes en échec, une seule : nous reculons, ils avancent. Pas besoin d’être médaillé Fields pour comprendre cela. Aujourd’hui, la société se divise en deux camps, les victimes et les policiers, qui sont les perdants, les délinquants et les criminels qui sont les gagnants. Il est logique pour nos dirigeants que les victimes subissent et que les criminels violent les lois. Peut-on parler alors d’une société civilisée ? Quand c’est la loi du plus fort qui s’applique dans une société, c’est que la civilisation a cédé le pas à la barbarie. Pourquoi nos dirigeants défendent-ils un tel modèle ? Par lâcheté ? Par ignorance ? Par idéologie ? Par paresse ? Je n’ai pas la réponse.

    • Si, si, vous avez la réponse, elle est dans votre question. Et j’ajouterai qu’elle est surtout dans leur idéologie européiste.

  7. Par sa lâcheté, l’Etat porte indubitablement une part de culpabilité dans tous les blessés dus à des rodéos urbains et une responsabilité pour toutes les victimes de viols , vols et autres agressions . Oui de par sa lâcheté l’état est responsable de la situation de ce pays , de non assistance à personnes en danger .

    • Mourir est une chose. Mais si vous êtes handicapé par un rodéo et vous êtes sur le trottoir, là vengence, avec un grand V.

  8. Il serait peut être temps d’appeler ces individus des délinquants de la route et non des ‘motards’. Un motard (dont je fais partie), a le permis, roule assuré, ne roule pas sur les trottoirs, achète sa moto, etc……
    Eux ne roulent pas sur des motos donc ne sont pas des motards. C’est juste des bouffons qui méritent que les forces de l’ordre leur roulent sut la gueule.

    • Des motards, des jeunes, des individus de nationalité française … quels que soient les termes utilisés, on parle toujours des mêmes. Ne vous offusquez pas, on sait très bien faire la différence entre un jeune et un délinquant, entre un motard et un écraseur, entre un Français et un criminel qui se balade avec une carte d’identité française. La plupart des Français sont aujourd’hui capables de décoder une dépêche des médias bien-pensants et savent ne pas faire d’amalgame.

      • Leur présence sur le sol de France, avec les droits des Français n’est pas irrémédiable et éternelle.
        Il ne manque plus que la volonté.

        Le problème est que jusqu’à présent beaucoup d’hommes politiques ou de journalistes l’ignoraient ou voulaient l’ignorer…

        C’est fini !

        Dans son entretien de ce jour, le 11 juillet 2023, avec Apolline de Malherbe, visiblement très énervée, sur BFM TV, Éric Zemmour a levé le pot aux roses !!!

        « la législation de ces pays interdit à leurs ressortissants de rompre avec leur nationalité d’origine de leurs parents ou de leurs grands-parents. Ils sont donc algériens de père en fils, marocains… Donc ces gens-là ont tous une double nationalité ».

        C’est dit !

    • Donc il faut équiper les policiers et gendarmes de véhicules 4×4 destinés à ´bousculer ´ les idiots de rodéos… avec des lance-câbles pour déséquilibrer les contrevenants…?

  9. Mais non c’est une façon de s’exprimer dirait la réalisatrice chérie des médias gauchistes qui a pondu une « œuvre » cinéma sur ces délinquants multirécidivistes jamais punis mais parfois meurtriers voir assassins…

    • Vous confondez deux choses : les assassinats normalisés, pour ne pas dire rituels que subissent les citoyens français, ET… les actes de défense parfois violents des citoyens victimes de cambriolages, par exemple. Les premiers font partie des us et coutumes d’une communauté, les autres sont intolérables, car l’autodéfense ça ne se fait pas…

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois