Ce 14 septembre, le Sénat dévoilait un rapport sur la sécurisation de la chasse. Dans ce document, fruit de plus de 48 heures d’entretiens et long de 140 pages, les sénateurs formulent trente pistes d’amélioration afin de réduire au maximum les accidents. Pour Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), « cet acharnement du politiquement correct, sous couvert de sécurité à la chasse, augure des heures sombres pour toutes les activités rurales », dont la chasse.

« Cette mesure est une catastrophe » pour la chasse

Onze mois auront été nécessaires aux sénateurs pour rédiger ce rapport « sur la sécurisation de la chasse ». Saisis après une pétition du collectif anti-chasse Un jour un chasseur, signée par plus de 120.000 personnes, les sénateurs ont rencontré les parties prenantes du sujet pour établir un diagnostic précis de la situation. Or, force est de constater que « la chasse représente une part marginale des accidents de sports ou de la vie courante », écrivent les sénateurs. Le rapport sénatorial va plus loin en affirmant que la chasse serait une activité bien moins meurtrière que les sports de montagne ou les sports aquatiques. Et l’Office français de la biodiversité d’ajouter : « Depuis vingt ans, le nombre d’accidents de chasse a baissé de 46 % et le nombre de morts de 74 %. » Malgré ces résultats encourageants, « les chasseurs doivent encore progresser », avertissent les sénateurs. Ils déroulent donc une liste de trente propositions censées permettre une réduction du nombre d’accidents liés à la chasse. Épreuve vérifiant l’habilité de tir au permis de chasser, développer une culture du tir, interdire l’alcool et l’usage de stupéfiants lors des chasses… Pour de nombreux chasseurs interrogés, certaines de ces pistes de réflexion « vont dans le bon sens » et sont « plutôt cohérentes ». « Sur le fond, il y a des choses qui sont intéressantes, ajoute Alain Belloy, président de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire. Mais nous n’avons pas attendu les sénateurs pour mettre en place certaines mesures, notamment pour l’interdiction de l’alcool. »

Si la possible création d’un délit d’entrave au déroulement de la chasse réjouit les chasseurs, la proposition 21 cristallise les tensions. Celle-ci entend « permettre aux préfets de limiter les jours et horaires de chasse pour assurer la sécurité des personnes ». Pour le président de la Fédération d’Indre-et-Loire, « cette mesure est une catastrophe ». Beaucoup parmi les chasseurs s’inquiètent qu’un préfet anti-chasse puisse se servir de cette prérogative pour simplement interdire la chasse le week-end, voire tous les jours de la semaine. « Ce rapport sur la sécurité de la chasse avec ses trente propositions liberticides a oublié d’en mentionner une 31e : interdire tout bonnement la chasse ! Ce qui reviendrait au même et serait plus sincère de la part de ces sénateurs sous influence des anti-chasse », s’agace également Willy Schraen.

Fin de la chasse populaire

Outre cette crainte d’une possible interdiction de la chasse dans certains départements, le volet financier, absent du rapport, inquiète les fédérations. Formations aux battues, audit de sécurité, formation pratique, développer une culture du tir… Ces propositions ont un coût que les chasseurs ne sont pas prêts à supporter. « Toutes ces mesures, si elles étaient appliquées, coûteraient des dizaines de millions d’euros aux chasseurs », estime la FNC, dans un communiqué. Avec de telles propositions, la chasse populaire, pourtant « acquis de la Révolution française », nous rappelle l’un des chasseurs contactés, ne sera bientôt plus accessible à tous.

À cette liste de propositions contraignantes pour les chasseurs vient s’ajouter une nouvelle interdiction : la fin des munitions à plomb à moins de 100 mètres d’un plan d’eau à partir de la mi-février 2023, en application d’un règlement européen. « J’aimerais connaître le bon sens de cette mesure, surtout quand on sait que le plomb blesse mais ne tue pas », commente Alain Belloy. « Sans les munitions à plomb, il va falloir changer les fusils et beaucoup ne pourront pas se le permettre. On va empêcher les moins nantis de chasser », s’inquiète le président de fédération d’Indre-et-Loire.

Alors que s’ouvre une nouvelle saison de chasse, les chasseurs sont de moins en moins sereins quant à l’avenir de cette pratique pourtant si nécessaire pour la régulation du gibier en France.

4200 vues

15 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

50 commentaires

  1. Prendre exemple sur les chasseurs catalans: faire la grève de la chasse. Quand les sangliers et autres chevreuils auront bouffé les récoltes, on changera d’avis.

  2. le but n est pas de supprimer les chasseurs mais de supprimer les armes en compliquant les procededures la derniere en date est eden , la chasse reste necessaire pour les gros gibiers comme les sangliers qui sont une vraie plaie , leur régulation est vitale

  3. Régulation du gibier ? Vous plaisantez… Il n’y a plus de gibier naturel, pratiquement, puisque ces chasseurs que vous défendez ont recours à des volatiles d’élevages ou des biches et sangliers contenus dans des enclos, ce qui est une véritable honte ! D’ailleurs, suite à tous les incendies de cet été ne pensez-vous pas que la chasse aurait dû être interdite, au moins cette année, les animaux qui ont survécu aux feux ayant besoin d’un minimum de paix !
    Si les chasseurs sont « à bout » sachez que les non-chasseurs le sont encore depuis plus longtemps ! J’espère que les jeunes gens prendront conscience de ce qu’est réellement la « chasse » et que cette vocation se tarira d’elle-même.

  4. Arrêtons de tirer sur les chasseurs. Il faut voir la prolifération des gros gibiers qui saccagent les récoltes ou qui n’hésitent plus à pénétrer dans les villes pour comprendre qu’un équilibre est rompu. Oui, la chasse doit être encadrée, mais par ceux qui la pratiquent et non des technocrates qui ne connaissent de la campagne que ce qu’ils en aperçoivent de la fenêtre du TGV ou de la vitre de leur limousine filant sur l’autoroute. Et je ne parle pas des aéroports où les lapins sont un véritable fléau. Et demain, faudra t ‘il interdire la pêche?

  5. Il y a grosso modo 100 accidents de chasse par an, dont moins de 10 mortels. Si 9 % sont dus à l’alcool, cela fait un mort par an dû à l’alcool..
    À comparer aux accidents de la route, aux attentats, aux agressions quotidiennes…….
    Je laisse Sandrine Rousseau réfléchir là dessus….
    PS: je ne suis pas chasseur!

  6. Les chasseurs à bout ? vous voulez rire ! avec toutes les largesses et les avantages dont ils disposent spécialement depuis la macronie : subventions accordées aux chasseurs passées de 27.000€ à …. 6,3 millions d ‘ euros , ce sont plutôt les ruraux qui subissent tous leurs excès …

  7. Messieurs les chasseurs pour le gibier , il faut se rapprocher de notre gouvernement car il y a là-bas de la dine et autres volatiles à chasser pour votre plaisir et notre bonheur.

  8. Je suis toujours étonné d’entendre cette vieille rengaine des « chasseurs grand régulateurs de la Nature » devant l’Éternel. Comment la Nature faisait-elle avant les fusils alors ? Les chasseurs et les politiciens qui les défendent se sont-ils posés la question seulement une fois ? Les mensonges des chasseurs sont hallucinants quand on pense qu’ils s’amusent à tuer des bêtes préalablement élevées dans des fermes d’agrainage, donc non sauvages et beaucoup plus faciles à exécuter, autrement dit une surproduction animalière uniquement destinée à être tuée par les chasseurs. Tout cela est d’une hypocrisie jamais soulignée. Par ailleurs on poursuit un malheureux particulier parce qu’il existe un tuyau en plomb dans sa maison, alors que des milliers de tonnes de plomb par an sont déversées dans les champs et les forêts. Donc le plomb n’est finalement pas si polluant que ça ?

    1. Avant les fusils, il y avais les arcs, puis les arbalètes. La régulation se faisait par les grands prédateurs, les loups et les ours oû l’homme servait assez souvent de cassedale. Les balades en forêt était nettement plus aventureuses. Cordialement.

  9. Quel article partisan, pro chasse. De moins en moins de gens, heureusement, voient un quelconque aspect positif à cette pratique. Dangereuse pour tout le monde, cruelle pour le gibier, nuisible à l’environnement…
    Les ruraux aussi en ont marre de se soumettre car ces gentils chasseurs usent souvent de procédés afin d’intimider les résistants.

  10. Allez, Clémence, arrêtez de nous faire croire que les chasseurs sont là pour réguler les populations de gibier ! Mon mari qui est chasseur depuis presqeu 60 ans se « transmute » dès début septembre à l’idée de l’ouverture de la chasse qui approche ! Je suis anti-chasse à fond, car je ne comprends pas que ce « truc » puisse être considéré comme un « loisir » ou une activité sportive ! En quoi tirer sur un joli chevreuil, un lapin ou un faisan peut-il être un loisir ? C’est aussi la raison pour laquelle les bergers ne supportent pas les ours, les loups ou les lynx ! Ils veulent s’approprier pour EUX SEULS ce que la nature a donné pour nourrir ces soi-disant prédateurs ! L’homme veut TOUT et POUR LUI SEUL ! Il fut voir comment les chasseurs, vitupèrent, s’indignent quand une buse mange les oisillons ou les oeurfs d’un nid de faisan ou de grive, voire s’en prennent même aux chats qui sont devenus, pour eux, les prédateurs favoris près des habitations ! Et pourquoi ces gibiers ne seraient là QUE pour les hommes ? Ne peuvent-ils partager avec les autres animaux ? Maintenant quand on voit le président des chasseurs ou DUPONT-MORETTI qui soutient chasse et chasse à courre, on devine qu’ls doivent être plus attablés devant leur repas de chasseurs et leur verre de pinard qu’à se poser des questions sur une méthode de se nourrir qui est d’un autre temps ! L’homme n’a plus besoin de chasser pour se nourrir, ni même de cueillir des baies, soyons sérieux !
    Pour ma part, ce sera encore une année de plus où, pendant presque 6 mois, ce sera batailles et engueulades avec mon mari car je ne cèderai jamais au pouvoir de la tuerie programmée par certains pour leur petit plaisir. Cela m’écœure chaque année un peu plus.
    J’espère que cette « tradition de m…e » disparaîtra très vite !
    J’ajoute que je ne suis pas membre d’une assoc’ d’écolos qui, eux aussi, me dégoûtent car plus enclins à faire de la politique gauchobobo qu’à vraiment défendre les VRAIS intérêts de notre planète !!!

    1. Bravo Madame ! Je pense comme vous. Personnellement, je n’aurais pu épouser un chasseur. J’espère que vous parviendrez à la convertir à vos idées qui sont les bonnes.

    2. « Et pourquoi ces gibiers ne seraient là QUE pour les hommes ? Ne peuvent-ils partager avec les autres animaux ? » Bingo! le voile masquant l’antispécisme s’est brièvement écarté. Restez dans votre paradis terrestre largement fantasmé, la nature n’est pas bonne, et l’Homme n’en est pas le seul prédateur. Vous vous dites non écolo, mais vous en avez le même discours qui peut se résumer dans votre dernière phrase : les VRAIS intérêts de notre planète, c’est d’être débarrassé de l’espèce humaine.

  11. Et d’ailleurs, on devrait pouvoir chasser à l’arbalète de chasse comme dans d’autres pays ! Certains gibiers prolifèrent au détriment des agriculteurs, les sangliers en particulier ! Je précise que je ne suis pas chasseur, mais que je suis favorable à cette pratique !

  12. La chasse est déjà très encadrée, il faut cesser ce harcèlement gauchiste envers nos chasseurs ! La chasse est indispensable à la régulation de certaines espèces, les agriculteurs le savent trop bien ! Assez de ces bobos gauchistes qui grignotent nos libertés ! Assez de ces infantilisations réductrices !

    1. C’est trop facile de toujours réduire les opposants à la chasse à des « gauchistes » ou à des écolo-dinguos !
      Les chasseurs suppriment les prédateurs qui sont les meilleurs alliés des agriculteurs ! Tels que les renards qui consomment les campagnols qui viennent attaquer les cultures. La Nature avait tout prévu pour que le monde tourne rond mais certains humains s’arrogent des droits exorbitants qui dérèglent sa bonne marche : les pesticides à outrance et le harcèlement des prédateurs naturels des rongeurs. Renseignez-vous auprès des ruraux et vous serez surpris d’apprendre qu’eux-mêmes ont de gros problèmes avec les chasseurs et non l’inverse. Il n’est jamais trop tard pour remettre en question les idées reçues !

  13. toutes les mesures prises hypocritement contre la chasse ne sont en fait que des subterfuges pour s attaquer a ce qui fait partie de nos traditions et n ont rien a voir avec la défense de la biodiversité . chacun des lecteurs de BV doit s opposer a ces mesures qui sont un faux nez des déconstructeurs chers aux EELV et a LFI

  14. Pardon, Mr Willy Schraen, mais si je me souviens bien, vous aviez bien appelé à voter Macron aux dernières élections, non ? En précisant même que Mr Macron était le seul à avoir fait quelque chose « pour » les chasseurs …..
    Ha oui, mais là c’est le Sénat qui va légiférer .
    Ben voyons ! ! !
    Cela s’appelle « se faire avoir » ( en politiquement correcte ), cher monsieur ….. mais n’ a rien d’étonnant de la part de Macron: c’est son style ….. hélas pour nous tous ! ! !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter