Sophia Aram dénonce la « koufarophobie » : bravo France Inter !

Capturé d'écran X
Capturé d'écran X

C’est assez rare pour être souligné : Sophia Aram vient de signer une chronique impeccable sur le meurtre islamiste commis à Bordeaux, la semaine dernière, par un Afghan radicalisé. Dans son « coup de gueule du lundi », l’humoriste de France Inter s’en est vertement prise à cet homme « tout de qamis vêtu, fraichement débarqué d’Afghanistan » qui a agressé deux musulmans qu’il avait attrapés en train de boire de l’alcool avant la fin du ramadan. « Plus attaché à ses convictions religieuses qu’à l’altérité, l’homme commença par les rouer de coups, puis s’en alla chercher un couteau dans le but à moitié accompli de tuer les deux mécréants selon un protocole bien établi et en vogue parmi certains individus de confession musulmane qui n’admettent pas que l’on puisse avoir des convictions différentes des leurs. » Les termes sont clairement dits, sans euphémisme ni pudeur sémantique. Un bon point pour la chroniqueuse !

 

 

Une liberté de ton rare sur le service public

 

Sur le même ton narquois, elle a évoqué la neutralisation par la police de l’assaillant, expédié « précipitamment au paradis des martyrs enturbannés qui luttent contre les buveurs de rosé le jour de l’aïd ». Pour une fois que l’islam est un sujet de plaisanterie sur France Inter, on ne peut qu’applaudir.

La chronique a encore gagné en pertinence lorsqu’est venu le moment de moquer le traitement de l’affaire par la gauche médiatique. Manifestement très agacée, Sophia Aram n’a pas épargné Pablo Pillaud-Vivien, la caution jeune et woke de BFM TV, qu’elle qualifie d’« endive recuite du commentaire misérabiliste ». Il faut dire que le jeune homme avait eu une interprétation toute particulière du meurtre commis à Bordeaux, y voyant moins le fruit de l’islamisme que la conséquence d’une « crise de l’accueil » et d’un manque d’intégration dont la France porterait l’entière responsabilité. « Un décérébré ayant la souplesse d’esprit d’un nazi poignarde un homme au nom de ses convictions religieuses et c’est un drame de l’accueil, voire un manque d’hospitalité de la France !, a judicieusement raillé la chroniqueuse. Le plus navrant, c’est qu’au-delà de cette propension à tenir la France pour responsable de ce qu’un abruti vient commettre ici, c’est qu’il ne fait aucun cas des deux Algériens dont un a perdu la vie pour avoir picolé le soir de l’aïd. » Un aveuglement qu’elle reproche également à l’AFP, qui s’était également illustrée en présentant l’attaque comme un « différend sur la consommation d’alcool ».

 

Un bel effort à saluer

 

Ne boudons pas notre plaisir. Certes, Sophia Aram n’en est pas encore à lutter contre le racisme anti-Blanc, mais elle dénonce l’islamisme dont sont victimes les « koufars ». C’est déjà ça. « Il serait temps, que l’on soit croyant ou non, de s’insurger contre cette discrimination que personne ne veut nommer. Cette discrimination, c’est la koufarophobie. […] Laissez-nous vivre notre koufarisme en paix ! » On ne saurait mieux dire.

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

19 commentaires

  1. A un moment donné, on ne peut plus s’interdire de voir ce que l’on voit et de le dire, surtout quand cela devient trop voyant. Les « décérébrés » qui nous arrivent par milliers, ne changeront pas d’idéologie et ne s’intègreront jamais. Leurs croyances et leurs modes de vie, légitimes (ou pas) dans leurs pays, sont à des années lumières des nôtres. Rien que leur « rapport à la femme » devrait leur interdire de poser un pied chez nous. On n’a pas finis de compter les victimes de leur obscurantisme, malheureusement.

  2. Le seul côté gênant c’est qu’il faut appartenir au groupe en question pour être autorisé à le critiquer, si une bonne française depuis de nombreuses générations, avait osé….

  3. Si maintenant les braves musulmans-islamistes se tuent entre eux, il ne va plus rester grand monde en France pour toucher les allocations.

  4. Ne boudons pas notre plaisir, mais on aimerait entendre de cette humoriste Dont le nom d’emprunt « Aram » signifie légal, autorisé) du « sévice » publique avoir les mêmes réactions quand ce sont des blancos qui se font suriner

  5. Comme un téléspectateur assidu de l’émission de Morandini à tel point que je modifie mon emploi du temps pour être libre à cet heure, je constate que les invités de gauche de plus en plus se posent des questions touchant l’actualité sur l’insécurité grandissante en France à tel point qu’ils ne cessent de répondre à côté du sujet. Vire la koufardisation de la société Française, ce ne serai ce qu’un début, la lutte continue.

    • Quand ca fera plusieurs décennies que tu supporte leurs coufarderies récurentes, tu feras comme d’autres : ZAP de bon sens !

  6. Peut-être qu’elle essaye de faire semblant de se racheter … A suivre aussi les réactions de sa « direction » de bien pensants impartiaux.

  7. Bravo France Inter ?
    j’ai un doute. Sophia Aram aurait-elle fait le même édito si les victimes avaient été blanches et non musulmanes ?

  8. Il serait temps que les « kouffars: qui nous dirigent est eux aussi le courage de dire tout ce que tout le monde voit au lieu de débiter des phrases creuses à la place du mot juste !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois