Sommes-nous donc à ce point devenus une nation de chochottes ?

pleurnicher

Il y a deux semaines, passant devant les fenêtres ouvertes d’un immeuble, sur le front de mer, j’ai entendu monter ce cri déchirant : « Libérez-nous ! »

Le vœu du malheureux est exaucé : aujourd’hui est enfin venue l’heure de la libération.

Nous allons sortir à pas menus du confinement. En principe. Si l’on veut bien. Ou pas.

Il paraît qu’après avoir tant râlé après ces mesures « dignes du Moyen Âge » et ces odieuses atteintes à nos libertés fondamentales, 35 % des Français ne tiennent pas à ressortir de chez eux. Ou, du moins, pas pour aller bosser ni mettre leurs enfants à l’école. Par mon proche entourage, j’apprends, par exemple, que l’école primaire de La Turbie – un joli petit village perché sur la montagne, au-dessus de Monaco – ne rouvrira pas. Ce n’est pas monsieur le maire qui renâcle, non, ce sont les instituteurs qui ont fait jouer leur droit de retrait. Dans un collège privé haut de gamme à Nice (1.000 euros de scolarité par mois et dix élèves maximum par classe), il n’y aura sans doute pas de reprise non plus, car sur la classe de sixième qui compte huit élèves, seuls deux ont l’intention de rentrer. Ce n’est donc pas la « distanciation sociale » et les fameuses mesures barrières qui sont en cause.

Et pourtant, que ne dit-on pas sur les ravages du confinement et les dommages psychologiques qu’il occasionne ! Ainsi ce papier du HuffPost, le 6 mai, intitulé « En confinement, deux mois à la maison peuvent traumatiser enfants comme adultes ». Notez bien, c’est le Président qui l’a dit dans sa visite à l’école de Poissy : « C’est très traumatisant. » Sûr, si l’on vit à huit dans 40 m2 ; dans une vaste maison avec jolie piscine, comme bien des enfants de La Turbie (nombreux y sont les enfants des footballeurs de l’AS Monaco), c’est moins stressant…

Nous sommes traumatisés par le manque de socialisation, disent tous les bons docteurs qui se penchent sur notre sort funeste. « Du fait de l’isolement et de l’environnement morbide actuel, on est dans une situation potentiellement traumatique, qui pourra entraîner des séquelles : problèmes de sommeil, inquiétudes, angoisse, etc. », affirme la psy de service au HuffPost. Ce qui nous guette tous, petits et grands ? L’horreur : « Symptômes de stress post-traumatique, confusion, colère, stress, dépression, baisse d’humeur, irritabilité et insomnies sont autant d’effets constatés lors de ces périodes d’isolement. » Ainsi, « dans une étude portant sur des enfants, ils ont constaté que ceux mis en quarantaine obtenaient un score de stress post-traumatique quatre fois plus élevé que ceux non isolés. À tel point que 28 % des parents signalaient des symptômes laissant présager un trouble de santé mentale lié à un traumatisme. »

Vous l’avez compris : deux mois de confinement, c’est pire que neuf ans de guerre en Syrie. Les réfugiés ne savent pas leur bonheur, eux qui courent sur les routes à la recherche d’un abri : au moins, ils sont au grand air !

Vous savez quoi ? J’ai honte. Nous sommes un pays de chochottes nombrilistes et pleurnichardes. Nous employons à tort et à travers les mots de la guerre et nous finissons par croire qu’elle est là. Nous nous gargarisons de verbe pompeux, glorifions chaque soir les héros mais n’osons plus sortir de chez nous.

Pire encore, quand cette lâcheté se drape dans les oripeaux de la vertu sociale et politique. Ah, ça, pour dénoncer, ça dénonce ! Mais pour se retrousser les manches et « reconstruire » – puisqu’il paraît qu’on sort de la guerre –, c’est une autre histoire. Entre la CGT qui saborde la reprise du boulot chez Renault (avec la complicité de la Justice !) et ceux qui dénoncent les intérêts du « grand Kapital » derrière le retour à l’école – on y renvoie les enfants pour remettre les parents au travail et payer des dividendes aux actionnaires, entend-on çà et là –, c’est le grand bal des tartuffes.

Il sera toujours temps de pleurnicher pour les millions de chômeurs à venir… La faute aux autres, comme toujours.

Marie Delarue
Marie Delarue
Journaliste à BV, artiste

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois