À la veille de Noël, une vingtaine de sénateurs Les Républicains (LR) ont déposé une proposition de loi visant à préserver les , « tradition immémoriale de la nation française ». Un moyen pour eux de rappeler que Noël, en plus d’être une fête chrétienne, constitue un fondement essentiel de notre identité.

Combat contre un mouvement wokiste

« On est en droit de se demander s’il y aurait encore longtemps des nuits de Noël, avec leurs anges et leurs bergers, pour ce monde féroce, si éloigné de l’enfance. […] Que viendra faire dans un monde tel que celui-ci un jour consacré depuis deux millénaires ? » Les mots de Georges Bernanos sont d’une étonnante actualité, 75 ans après leur écriture. Partout Noël, tradition séculaire qui forge le patrimoine français, est menacé. À Beaucaire (Gard), Béziers (Hérault) ou Perpignan (Pyrénées-Orientales), la Justice a ordonné le retrait des crèches de Noël. Saisie par la Ligue des droits de l’homme (LDH), le tribunal administratif s’est rangé, comme chaque année, du côté des laïcards qui voient dans les santons de la crèche une violation de la Constitution, voire une « instrumentalisation de la religion par l’extrême droite ».

Face à ces déconstructeurs, des sénateurs LR ont décidé de sauver Noël, ou du moins ses traditions. Dans une proposition de loi déposée le 19 décembre dernier, ces élus veulent modifier la loi du 9 décembre 1905. À l’heure actuelle, la loi de séparation des Églises et de l’État prohibe l’apposition de tout signe ou emblème religieux sur les monuments publics, à l’exception des monuments funéraires et des musées. Stéphane Rudelier, sénateur des Bouches-du-Rhône (LR), soutenu par une vingtaine de parlementaires, espère ajouter une nouvelle exception, à savoir « les dispositifs nécessaires à la présence temporaire de crèches et arbres de Noël, de santons, de galettes des rois et d’œufs de Pâques ». Pour l’élu, ce texte doit permettre de « défendre cet héritage [chrétien] qui appartient à l’histoire et au patrimoine de France ». Loin d’être un simple coup politique, le sénateur fait de sa proposition de loi une arme contre « un mouvement extrémiste et wokiste qui vise à déconstruire ce que nous sommes ».

Les crèches, une tradition française 

Cette proposition de loi, si elle est adoptée, permettrait de protéger de la menace juridique qui, chaque année, plane au-dessus de leur installation. Car les crèches, en plus de faire rêver les enfants, sont une tradition française. La légende veut que saint François d’Assise, au XIIIe siècle, soit l’un des premiers à avoir mis en scène la Nativité du Christ en Italie. Rapidement, la coutume se propage en France où des crèches mécaniques et à taille humaine voient le jour. Mais à la Révolution française, les églises deviennent propriétés de l’État et les crèches sont vouées à la disparition. C’était sans compter sur l’ingéniosité des Français, attachés à cette tradition chrétienne, qui se mettent à créer des crèches miniatures qu’ils installent chez eux. Depuis, chaque année, des Français ressortent leurs santons et reconstituent, en famille, la Nativité.

Les crèches sont également un savoir-faire français. En Provence, le ministère de la Culture lui-même le reconnaît au titre du patrimoine culturel immatériel. « L’artisanat du santon est fondé sur une somme de savoir-faire (sculpture, moulage, cuisson, peinture) transmise de génération en génération au sein de petites entreprises familiales », explique l’inventaire national. Les crèches sont enfin le reflet de la société française. Devant l’étable, le rémouleur côtoie le berger, le boulanger rencontre le notable du village et l’abbé discute avec le maire.

Avec leur proposition de loi, c’est donc tout un pan de notre patrimoine que les sénateurs LR tentent de préserver contre les attaques des adeptes de la déconstruction. Peut-être pouvons-nous espérer encore de belles nuits de Noël...

3509 vues

24 décembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

30 commentaires

  1. La France est un pays laïque. Un pays laïque est une nation dans laquelle il n’y a pas de religion qui procède de l’Etat : versus les nations qui revendiquent une religion officielle. Comme tous les pays, le nôtre bien que laïque draine des traditions de différentes natures, dont des traditions religieuses. Ces traditions religieuses se manifestent dans la vie publique (entre autres éléments) par la commémoration des fêtes religieuses (elles participent de la vie publique au point qu’elle sont chômées) et des processions dans l’espace public. C’est également le cas des sapins et des crèches qui sont installés dans cet espace public au moment de Noël. C’est enfin la tradition d’évoquer Noël dans les médias, publics ou privés. Nous avons le droit de préserver nos traditions et d’inviter ceux qu’elles indisposent à quitter notre pays. Et c’est très amicalement que, pour ma part, je les y invite.

  2. Et n’oublions pas qu’elle impliqua aussi, la visite des 3 Rois Mages venus d’ Orient ? Ainsi quoi de plus tolérant comme symbole d’ entente entre les peuples?

  3. Il faut sauver Noël, les crèches et la FRANCE !!!!
    Que ceux qui n’apprécient pas NOS traditions dégagent ….
    La FRANCE aux FRANCAIS !!!
    Bon Noël et la FRANCE libérée …..

  4. Comment se fait-il donc que tous ceux qui veulent interdire les crèches présentes depuis plus de 2000 ans dans notre pays de culture judeo chrétienne ne hurlent-ils pas pour faire interdire les menus halal exigés depuis quelques decennies par une immigration qui ne respecte pas notre culture ?

  5. Il n’est pas question de les sauver, elles y ont toujours été et elles doivent y rester. Chacun est libre de faire ce qu’il veut à l’intérieur de son lieu de culte ou chez soi. La laïcité doit être totale sur la voie publique et dans les lieux publics, aucun signe religieux d’aucune sorte. Ce qui signifie que toute infraction sera verbalisée, pas demain, tout de suite.
    Ça prend un gouvernement qui en a dans le pantalon, bien sûr.

    1. Pas tout à fait d’accord Boum 49 : notre pays a toujours célébré l’assomption alors qu’une partie significative de notre population est protestante et ne reconnaît donc pas la « sainteté » de Marie. L’assomption est devenue une fête qui fait partie de l’espace public puisque le 15 août est chômé. Je crois qu’il faut distinguer d’une part, la religion qui en effet ne doit être pratiquée que dans dans des lieux privés ou réservés à cet effet, et d’autre part, les manifestations du christianisme qui procèdent de la tradition. Pourquoi ? Parce qu’un pays se définit AUSSI par ses traditions historiques.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter