Après la du policier Éric Masson, « c’est terrible… terrible… », s’est lamentée la droguée dont la présence sur les lieux est à l’origine de ce drame ! Mais pourquoi de tels tueurs sont dans nos rues, sinon parce qu’il y a des drogués ?

Si le trafic de est quasi impossible à arrêter, comme l’a répété, dimanche soir, sur LCI, pour qui, depuis 1968, « il est interdire d’interdire », surtout drogues et autres pratiques devenues, depuis, « erreurs de… jeunesse »… Donc, si on l’écoute, il faut baisser les bras et arrêter toute lutte. N’y a-t-il aucune solution ? À savoir une lutte destinée à réduire le nombre de drogués par une désaccoutumance à la pratiquée à grande échelle : plus le nombre de drogués diminuera, plus le trafic s’affaiblira. Les consommateurs – actuellement intouchables – « récalcitrants » à tout sevrage seront passibles d’amendes correspondant à leurs revenus !

Acceptons ce truisme : s’il y a trafic de drogue, c’est parce qu’il y a des drogués telle cette femme après coup dévastée. Trop tard, Madame, le drame est arrivé et ce n’est pas un drogué qui est décédé mais un Français luttant contre la consommation de drogue ! Oui, si ce père de deux fillettes en bas âge restées seules avec leur mère est décédé, c’est aussi à cause de drogués… Oh, pardon, je ne voudrais pas offusquer « les personnes qui consomment par distraction des substances récréatives »

Tel cet animateur télé si populaire qui n’a aucune honte – lui ne risque rien, contrairement aux forces de l’ordre : sur les écrans, il fait la pub à la drogue jusqu’à déclarer à Purepeople (10 août 2018), entre autres magazines qui, eux aussi, sans honte, applaudissent à un tel point de vue : « Ça fait trois ans que je prends de manière très occasionnelle des ecstasy et je trouve ça génial, comme dope. Tu fais des câlins à tout le monde ! C’est pas parce qu’on est vieux qu’il faut arrêter de se droguer. […] Je fume depuis que j’ai 17 ans. […] Quatre ou cinq pétards par jour. Ça donne à la vie un peu plus de charme. Ça fait plus de 50 ans et j’en suis fier. » « Fier » d’avoir besoin de cela pour vivre ! Et que pense cet « homme honorable et fier » du meurtre du policier d’Avignon ? Sait-il… Non, la forme interrogative est inutile… Il sait parfaitement que l’argent de la drogue, donc son argent, alimente les circuits pédophiles avec des enfants martyrisés, la traite des femmes ainsi que les réseaux terroristes du monde entier. Et il peut vivre avec cela ? Ah, oui, la drogue l’aide à oublier !

Je sais : je n’ai pas aussi bien « réussi » que cet animateur, mais je préfère « mourir idiot » en n’ayant jamais, de ma vie, ne serait-ce que senti le « doux parfum » d’un joint : en mai 68, lui avait 19 ans et moi 22 ans… Lequel a succombé aux « libertés… fumeuses » d’alors ? Heureusement, petit à petit, on en revient. Mais, il restera des fans de Baudelaire et ses « Paradis artificiels » tels l’homme en noir et Dany le rouge…

12 mai 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 6 votes
Votre avis ?
47 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires