Rennes : le terrorisme islamique, un prétexte pour des malades mentaux

The,Man,With,A,Knife,In,A,Hand.,Closeup

Ce mercredi, une enseignante de Rennes a été menacée au couteau puis poursuivie par une collégienne de 12 ans. Cette dernière aurait déclaré : « Ça s’est passé à Arras, et je vais faire pareil. » Par chance, le personnel a pu désarmer la jeune fille dans les couloirs. L’élève, âgée de 12 ans seulement, est une réfugiée mongole déjà connue pour des problèmes graves de comportement… et notamment pour des faits similaires commis en janvier puis en juin !

Dans le débat public, chaque crime nécessite une réflexion : celui-ci était-il évitable ? Comment l’éviter à l’avenir ? En l’occurrence, plusieurs éléments posent question : l’âge précoce de l’auteur, ses antécédents, le fait qu’elle soit une fois de plus d’origine étrangère, etc. Mais quel est le prétexte de ce crime ? Comment l’auteur elle-même tente-t-elle de le justifier ? Et que cache ce prétexte ?

Une dimension psychiatrique dominante

La France abrite des milliers de radicalisés islamistes, et donc de potentiels terroristes. Depuis trente ans, elle connait des attentats liés à cette idéologie, qui ont coûté des centaines de vies civiles, près de 300 depuis 2014 seulement. Les terroristes sont, certes parfois des déséquilibrés, mais le plus souvent des personnes en pleine possession de leurs moyens et loin d’être des « malades mentales ».

Dans l’affaire de Rennes, force est de constater que ce n’est pas le cas. Selon BFM TV, il n’y aurait en effet pas de contexte de radicalisation ou d’islamisme. Surtout, l’âge de l’auteur, le prétexte initial de l’affaire (l’élève s’était fait confisquer son téléphone par l’enseignante) et, enfin, les déclarations du procureur de la République pointent vers une « dimension psychiatrique » qui « apparaît dominante dans le passage à l’acte ».

Visiblement (et ce sera confirmé par l’enquête), c’est bien la maladie psychiatrique qui est à l’origine des faits. Pour les malades mentaux, tout prétexte est bon pour justifier leurs pulsions violentes : le terrorisme islamique, des voix, des extraterrestres imaginaires donnant des ordres, etc. Car, pour ces malades dangereux, la pulsion violente précède toute justification.

Mais le fait que cette jeune fille déséquilibrée ait fait référence au terrorisme islamique n’est pas anodin : en France, le terrorisme islamique est devenu un des prétextes imaginaires de référence pour les malades mentaux. Mêlant mysticisme et violence, son omniprésence dans le débat public lui a donné cette place prépondérante dans les maladies mentales.

L’islamisme est ainsi un prétexte pour les passages à l’acte, mais devient également une cause. Il est difficile de ne pas croire que la reproduction du mode opératoire typique (l’attaque au couteau) n’en ait pas été inspirée.

Comment juger les fous ?

L’affaire de Rennes pose donc une fois de plus le problème du traitement des malades mentaux criminels. En France comme ailleurs, certaines personnes ont des troubles psychiatriques qui engendrent de la violence. S’il est illusoire de vouloir éradiquer ces profils en amont, il est tout à fait possible de les traiter convenablement, une fois détectés et passés à des actes répréhensibles pénalement.

Traditionnellement, depuis la Rome antique, la Justice ne juge pas les fous. En effet, une personne dont le discernement est réellement aboli n’a pas sa place dans un tribunal : l’accusé n’aurait aucune compréhension de ce qui se joue autour de lui. De même en prison, il poserait des problèmes à lui-même, aux autres détenus et aux surveillants. Pour ces malades mentaux, il est donc préconisé l’hospitalisation d’office plutôt que la prison.
Aujourd’hui, les choses ont légèrement évolué. Un des rares apports positifs du Code pénal de 1994 concerne, justement, l’irresponsabilité pénale.

Le discernement peut soit être reconnu comme aboli, soit reconnu comme altéré. Cette altération du discernement, nouvelle dans le droit, permet de retenir tout de même la responsabilité pénale de l’accusé tout en lui ajoutant une circonstance atténuante. Le problème, aujourd’hui, est que l’hospitalisation d’office n’est pas une mesure juridictionnelle. Il n’y a donc pas de durée d’enfermement prévue, qui peut donc se prolonger tant que les médecins estiment la personne malade.

Une des solutions pourrait être de conditionner la sortie du « malade guéri » à la décision d’un juge. Cela ajouterait un garde-fou, mais n’éviterait certainement pas d’autres drames.

Pierre-Marie Sève
Pierre-Marie Sève
Directeur de l'Institut pour la Justice

Vos commentaires

38 commentaires

  1. L’islam rend fou : c’est une évidence . Avez-vous remarqué que la majorité des « faits divers » : agressions physiques , sexuelles , violences de tout ordre , vols , viols , etc . sont le fait de migrants et d’immigrés et descendants . Est-ce être xénophobe et islamophobe que de le dire ? Non , regardez les statistiques de l’Intérieur . Quand on veut bien nous en donner .

  2. Le terrorisme islamique est lié à la religion musulmane , plus il y a de musulmans dans un pays , et plus il y a d’attentats islamiques , et la France est le pays de l’UE qui a le plus de musulmans dans sa population et donc le plus d’attentats islamiques . Et on ne fait rien pour limiter cette population , pour limiter l’immigration.

  3. Tous des aliénés mentaux, ces agresseurs qui se précipitent sur autrui le couteau à la main…Soit. mais l’augmentation plus qu’inquiétante de leur nombre, et compte tenu de la volonté de ne pas faire d’amalgame avec une certaine religion, peut amener à chercher une autre origine à leurs troubles: la pollution atmosphérique! Et lorsque l’on possède encore un véhicule diesel, comble d’incivilité… Je vais me débarrasser sans tarder de mes couteaux domestiques! Ouf !

  4. Pour Noël, une idée de cadeau. Un peu de lecture : « L’Islam : Fabrique de déséquilibrés ?  » (11 novembre 2016) de Sultan Wafa (Auteur)

  5. En effet la justice ne trouvait plus d’excuses pour ces assassins , elle a dont fait appel à la médecine pour les exonérer de toute responsabilité , eux et leur religion.

  6. Cela me rappelle une histoire de fous : deux fous perchés sur le mur de l’asile regardent dans la rue et demandent à un passant : vous êtes nombreux là dedans ? J’en suis à me demander où sont les véritables fous et j’ai la réponse !

  7. De tous temps en toutes Civilisations il est vrai qu’une partie des citoyen(ne)s étaient dans le domaine de la folie ou invoquaient et plaident la folie digne de psychiatrie. Donc pas d’avantage côté blancs Europe, mais quand on les importe sans limite, et sous des prétextes fallacieux de Politique suicidaire, la Civilisation est destinée à disparaitre. Surtout quand ceux qui sont au Pouvoir restent aveugles, fermant leurs écoutilles d’oreilles d’idéal politicien…
    S’ils insistent pour faire de l’Europe toujours étendue en Empire avec au Sommet un ou une Empereur enfermé dans leur Idéal de Loge maléfique, sans Nations conservant qq souverainetés capitales, on va prendre la direction de tous les Empires qui se sont effondrés à travers les siècles…5 fois en Europe. Même aux U.S.A. les Etats conservent qq choix possibles

  8. Nos migrants comporteraient donc un pourcentage anormalement élevé de malades mentaux? Seraient-ils le fruit d’un calcul machiavélique de certains pays de culture musulmane? Personnellement, je n’en crois rien. Ces prétendus malades mentaux sont tout bonnement des personne fanatisées par une idéologie mortifère qui échappe à toute religion. Que certains pays soutiennent en « presque secret » cette idéologie est probable mais in fine ils s’en méfient comme nous devrions un peu mieux nous en méfier.

    • Ou les effets de la consanguinité… une des premières décisions de l’Algerie après l’indépendance a été de supprimer les tests et contrôles pour éviter les mariages consanguins….

    • Cette idéologie mortifère fait partie intégrante de la religion musulmane , le Coran réputé écrit directement par Dieu , le Coran code de lois (la charia) , le Coran mode d’organisation politique (la théocratie) , le Coran est sa liste d’appels aux meurtres sur les chrétiens , les juifs , les infidèles.

  9. Vu la façon dont la justice est rendue, par ces juges, je ne suis pas sûr que leur convier ce genre de décision, soit une bonne idée !

  10. Quelle que soit les causes du geste de cette jeune-fille, il est un fait avéré qui n’enlève en rien la responsabilité de l’état, donc de notre gouvernement qui a une fois de plus failli dans son devoir (je dis bien son devoir) à protéger ses citoyens. Oui, il est honteux, alors que cette adolescente connue pour des faits similaires ne fut pas mieux suivie. Et que ce gouvernement arrête d’expliquer que c’est par manque de moyens quand dans le même temps il sait où en trouver pour arrêter ceux qui osent dénoncer son impéritie.

    • Plutôt que de chercher à suivre des gens qui courent plus vite qu’eux, Ils feraient mieux de les expulser. Comme cela on saurait où ils ne sont pas.

  11. Que des déséquilibrés, c’est connus depuis longtemps. Quant un docteur d’équilibrés juge de libérer des déséquilibrés c’est à se poser les bonnes questions pour trouver le bon résultat.

  12. Cher Monsieur P-M Sève , pouvez vous nous éclairer sur les liens ou non entre foi,psychiatrie et violence mortelle ? Les psychiatres ont-ils les « bons outils » pour évaluer un croyant violent qui applique à la lettre les préceptes de sa religion , tels qu’il les lit ou croit les comprendre ? Que doit faire la société pour faire baisser ce « sentiment d’atrocité » qui inonde littéralement l’actualité et paralyse toute forme d’activité économique , politique, juridique et sociale ? L’un des premiers droit du citoyen étant paraît-il la sécurité ,si mal assurée qu’elle met à mal notre devise républicaine : liberté avant 22 heures, égalité oui mais pas partout et fraternité oui mais pas avec n’importe qui . Merci de votre réponse , vous avez 2 heures !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois