Qui est Pascal Canfin, cet eurodéputé conspué par les agriculteurs ?

Pascal Canfin

Son nom, jusque-là inconnu du grand public, est aujourd’hui sur toutes les lèvres. On parle de lui sur les barrages agricoles, sur les plateaux télé, dans les journaux… Pascal Canfin, eurodéputé Renaissance, membre d'Europe Écologie Les Verts jusqu'en 2015, est désormais celui vers qui tous les regards se tournent. Au cœur du mouvement de revendication des agriculteurs, il est en effet celui qui cristallise une bonne partie de leurs ressentiments.

Pacte vert

Et pour cause : celui qui, jusqu’en 2019, était président de WWF France ne s'est pas départi de son obsession écologique en rejoignant le groupe Renew. Loin s'en faut. Président de la commission de l'environnement du Parlement européen, il a même été l'un des artisans notoires du fameux « Green deal ». Dans la pratique, ce Pacte vert comprenait un paquet de nouvelles normes à faire appliquer par les agriculteurs, incluant l'interdiction de certains pesticides ou encore l'obligation de consacrer certaines terres à l'agriculture biologique. L'objectif : que l'Union européenne atteigne la neutralité climatique d'ici 2050.

Une cause noble, une écologie « ambitieuse », comme il la définit lui-même, pas peu fier. Aujourd'hui, cette même ambition lui est sévèrement reprochée par les paysans, pris à la gorge par des normes françaises et européennes toujours plus exigeantes. Auprès du Figaro, Pascal Canfin se défend : « Aucune des législations [du Green deal, NDLR] concernant l’agriculture, ni la loi sur les pesticides ni celle sur la restauration de la nature, n’est encore entrée en vigueur. La seule chose qui est entrée en vigueur, c’est la réforme de la politique agricole commune et il se trouve que les LR et les RN l’ont votée ! »

De la ferme à l'assiette

En 2021, déjà, l'eurodéputé défendait le projet « Farm to Fork » (« De la ferme à la fourchette ») qui visait à rendre « l'alimentation plus saine et plus durable en Europe », avec cinq objectifs pour atteindre cela : réduire de 50 % le recours aux pesticides, réduire de 20 % l’usage d’engrais chimiques, consacrer 25 % des surfaces agricoles au bio (contre 8,5 % en 2019), réduire de 50 % les ventes d’antibiotiques pour les animaux d’élevage, réviser les directives sur le bien-être animal. Selon différentes études, regroupées par l'iFRAP, ce projet mènerait à une forme de décroissance dont les chiffres sont très inquiétants : la baisse de la production agricole européenne se situerait entre 10 et 20 % quand les prix, de leur côté, exploseraient.

S'il se vante de mener la cause écologique de manière « ambitieuse », Pascal Canfin n'en demeure pas moins - selon ses dires - « pragmatique ». Prendrait-il donc en compte les conséquences de ses fastueux projets sur le monde agricole, par exemple ? Rien n'est moins sûr, si l'on en juge le petit accrochage survenu, en mai dernier, entre l'Élysée et le transfuge des Verts. Le 11 mai 2023, Emmanuel Macron exposait ainsi son projet pour « verdir » l'industrie et appelait en même temps à une « pause » dans la réglementation européenne afin que les acteurs locaux soient préservés de la concurrence avec les autres pays. « On ne veut pas seulement être un marché vert mais produire vert sur notre sol », avait alors expliqué le Président. Trouvant l'intervention peu à son goût, Pascal Canfin avait regretté « une phrase malheureuse qui ne traduit pas ce que la France fait. Il [Emmanuel Macron] a depuis précisé qu’il ne s’agit pas de revenir sur les législations en cours de négociation. »

Aujourd'hui, l'eurodéputé dit « comprendre » la colère des agriculteurs. « Quand je regarde un dossier PAC, c’est clair, c’est l’enfer », déclare-t-il même à nos confrères de l'Opinion. Culotté, pour quelqu'un qui n'est pas tout à fait étranger à l'importante crise qui déchire aujourd'hui le monde agricole.

Marie-Camille Le Conte
Marie-Camille Le Conte
Journaliste à BV

Vos commentaires

48 commentaires

  1. Je crois comprendre que Macron ne le porte plus aux anges cet ayatollah de l’écologie. RDV le 9 juin prochain …

  2. Encore un écolo islamo gauchiste dangereux !! hier soir sur CNews son discours était engoissant et hallucinant , sortons ces gens là de l’UE !!

  3. Mr CANFIN est un carriériste, idéologue très vert. Il a trouvé la solution au dérèglement climatique et à tous ses remèdes miracles. Peut on dire qu’il fait le d’alchimie verte pour faire blanc.
    Il est souhaitable qu’il ne rentre en France. Il n’est plus le personnage en qui Macron avait encensé

  4. Mais combien de temps encore devrons nous subir de la part des totalitaristes au pouvoir à la commission européenne et autres instances de la même, des décisions à prétention écologique, alors que toute action de l’Europe dans le « verdissement », la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et autres fadaises de la religion écolo, n’auront au niveau mondial qu’un effet dérisoire ? Et tout cela au prix de bouleversements des modes de vie, des indjonctions et interdictions de plus en plus contraignantes, sans compter les coûts extravagants qu’elles imposent.

  5. L’écologie est une nouvelle religion. Et comme toutes les religions, elle a ses hérétiques et ses inquisiteurs. Canfin en est l’exemple. Il n’ a jamais été foutu de faire pousser un radis mais se permet de donner des leçons à des gens qui ont 10 fois plus d’expérience que lui. C’est au consommateurs de décider si un proiduit lui plait ou pas et combien il est prêt à mettre pour l’avoir. Et non à des « yaquafautquon » qui sortent de l’école. « Un prince dans un livre apprend mal son devoir » (Corneille)

  6. « L’objectif : que l’Union européenne atteigne la neutralité climatique d’ici 2050. » Si un cerveau pouvait m’expliquer ce que signifie « neutralité climatique » , je serais preneur.
    « l’alimentation plus saine et plus durable en Europe » En bon Français, ça veut dire : que tous les Européens bouffent allemand.

  7. Le ci-devant CANFIN a t-il une fois dans sa vie travaillé en produisant quelque chose d’utile? Bien sur que non, comme son mentor

  8. Tout va s’arranger , le gouverneur se précipite à Bruxelles rencontrer la daronne illégitime qui va dispenser ses ordres à celui pour qui la France n’existe déjà plus , courage fuyons cet enfer carcéral .

  9. Le monarque a placé Confin pour qu’il réalise un boulot précis et il le fait !
    Il y a des décennies, ces mêmes accrocs européistes ont détruit notre industrie et expédié la pollution attenante en Chine…
    Aujourd’hui ils veulent éradiquer la pollution liée à l’agriculture en l’expédiant dans les « pays du sud »… et voilà le « vieux continent » pourra claironner avoir rempli ses « objectifs climatiques »…
    Mais que seront devenus les peuples ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois