Non, MM. et , vous ne pouvez pas nous empêcher de préparer et fêter, en un mot de vivre, notre traditionnel ! Car plus de 606 000* Français, des bébés aux centenaires, mourront d’ici Noël 2021, et même des bambins, ados, mamans et papas (même si ces classes d’âge sont très heureusement minoritaires)… Et de tatas, tontons, cousines, cousins, sans oublier les mamies et les papis ! Ils décéderont de toute cause : accidents, meurtres, maladies dont une infime minorité du Covid-19 ! Peut-être serai-je moi-même parmi ces disparus ? Ou/et… l’un de vous ou même vous deux ? Ce que point ne souhaite, tant pour vous que pour moi !

Et donc, pour ces 606.000 Français qui auront rendu l’âme, ce Noël 2020 sera le dernier noël qu’ils passeront. Et, pour la majorité, ce sera en … Et, du fait de cette disparition en 2021, ce sera le dernier Noël que vivront, avec ces futurs disparus :
– son ou ses enfants encore mineurs s’il s’agit d’une jeune maman ou d’un jeune papa qui « ne les câlinera plus » ;
– leurs petits-enfants encore très jeunes si c’est leur mamie ou leur papi qui « s’est envolé(e) au ciel » ;
– sa maman et son papa ; sa ou ses mamies et son ou ses papis voire plus « aïeux » encore ; sa ou ses tatas et son ou ses tontons ; sa marraine et/ou son parrain si ce disparu est un enfant en bas âge ou un(e) ado qu’ils « ne consoleront plus » ;
– sa ou ses sœurs ou son ou ses frères s’il vit actuellement au sein d’une fratrie.

Non ! Messieurs, vous qui tenez entre les mains notre cœur qu’est notre Noël 2020, ne faites pas que 600.000 à 700.000 familles, et donc que plusieurs millions de Français vivent leur Noël 2021 en vous reprochant ad vitam aeternam — donc, bien au-delà de votre ô combien éphémère passage à l’Élysée ou à Matignon — de leur avoir supprimé le dernier Noël qu’elles ou qu’ils auraient pu passer avec leur proche qui sera décédé depuis « votre Noël 2020 de solitude » : à savoir son proche désormais absent qu’était son enfant en bas âge ou ado, sa maman, son papa, sa nièce ou son neveu, son petit ou arrière-petit-enfant, sa mamie ou son papi…

Pensez à vos compagnes, vos enfants, vos petits-enfants, vos nièces, vos neveux si vous disparaissiez en 2021 alors que vous leur aurez imposé de ne point fêter ce Noël 2020 avec eux.
Je ne vous le souhaite pas !

Et, avec moi, des dizaines de millions de Français… Ne faites pas des 600.000 à 700.000 d’entre nous les « absents pour toujours » de ce Noël 2020…

*source INSEE-2020 : 606.000 est le nombre de Français de tout âge, du bébé au centenaire, décédés toutes causes confondues en l’année 2017, dernière statistique.

13 novembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Quand tuer est banalisé, voire magnifié

Pour ces criminels, « tueurs de flics » ou d’un quelconque passant, la vie des autres ne v…