Armées - Editoriaux - Politique - Santé - 1 septembre 2017

Policiers en colère : nouvelles manifestations nationales le 16 septembre 2017

La grogne historique des fonctionnaires de police ayant pris la forme de manifestations spontanées sur l’ensemble du territoire entre la fin de l’année 2016 et le début de l’année 2017 a donné lieu à la création d’une association-loi 1901, l’association MPC (Mobilisation des policiers en colère).

Ayant pour objet de structurer et de donner un cadre légal aux manifestations, l’association MPC annonce une grande journée de mobilisation nationale le 16 septembre 2017 à compter de 15 h 00, en coordination avec l’association des Femmes des forces de l’ordre en colère (FFOC), les lieux précis devant être communiqués depuis les réseaux sociaux.

Pour mémoire, les policiers étaient entrés en résistance et avaient, parfois en désobéissance manifeste avec les instructions de leur hiérarchie, organisé des rassemblements pour dénoncer leurs conditions de travail, avec un silence médiatique assourdissant.

Toujours dans l’expectative de mesures concrètes, le mouvement qui a pour particularité de se détacher de toute formation syndicale ou de tout bord politique entend donc réitérer son cri d’alarme, adressé cette fois au nouvel exécutif, avec l’espoir d’être entendu quant à leurs revendications qui ont pour particularité de ne concerner que leur capacité à exercer leurs missions.

Largement soutenus par la population, les policiers ont également fédéré autour de leur mouvement d’autres corporations participant à la sécurité des français tels que les pompiers, les douaniers, les policiers municipaux, l’administration pénitentiaire, mais également les professionnels de santé qui se sentent concernés par leurs revendications légitimes.

Il convient de souligner ici que l’un des porte-parole du mouvement, prénommé Guillaume, lequel avait été convoqué par l’Inspection générale de la police nationale (police des polices) où il avait été entendu pendant de longues heures, ne fera finalement pas l’objet de poursuites disciplinaires. Cette décision rarissime traduit nécessairement la prise de conscience par la hiérarchie du caractère pour le moins explosif du climat qui règne actuellement au sein des forces de l’ordre.

Ce climat pourrait bien perdurer, dès lors que la baisse du budget consacré à la sécurité est à l’ordre du jour, aussi incroyable que cela puisse paraître dans le contexte actuel.

La réaction du gouvernement à cette nouvelle manifestation sera donc à étudier de très près, mais il est à craindre qu’elle ne soit à l’aune de celle du président de la République face au chef d’état-major des armées, qui s’est limité à dire « je suis votre chef ».

Le 16 septembre prochain, comme lors des manifestations précédentes, les citoyens sont conviés à se joindre aux manifestants, la sécurité publique étant l’affaire de tous. Pour connaître les points de rassemblement, l’association MPC invite les personnes intéressées à suivre sa page Facebook.

À lire aussi

« Djihad judiciaire » du CCIF : et si on sifflait la fin de la récréation ?

Nombreux sont ceux qui ont dû répondre devant la Justice de la teneur de leurs propos jugé…