Au commencement des réseaux sociaux, le débat politique était inexistant ou, plutôt, il se devait de rester conforme au cadre bien-pensant dans lequel les gourous de la start-up nation avaient voulu l'installer. Il fallait défendre l'irénisme vanté du côté de la Silicon Valley. En dévier valait bannissement et stigmatisation ; autant dire que le débat était largement orienté. En France, Twitter et Facebook étaient les repères de ceux qui pensent pareil et qui ne veulent pas être dérangés, mais depuis quelques années, à la faveur de la multiplication des émissions-débats sur les chaînes d'information en continu et du développement du Web, les choses ont bien évolué. Désormais, l'époque où les soixante-huitards décidaient de ce qui était bon pour le citoyen est derrière nous.

Si on est issu de l'immigration, il faudrait systématiquement se victimiser !

C'est dans ce contexte que les premières failles apparaissent : émergent des populations issues de la diversité, des personnalités qui vont tenir un discours à rebours de celui attendu par la bien-pensance. Parce qu'ils sont originaires ou descendants de l'immigration, ces vaillants défenseurs de la francité sont de facto accusés de flirter avec la droite dure quand leur « communauté » dénonce la sphère droitière. Et pourtant, aucun d'entre eux n'a jamais appelé à voter ni pour Marine Le Pen ni pour Éric Zemmour, mais que voulez-vous, en France, l'Arabe, le Noir ou le musulman n'ont pas le droit de passer outre la complainte victimaire. C'est dans l'ADN du système qui promeut la décolonisation. Ils vont s'appeler Patrice Quarteron, le combattant des cités, Zohra Bitan, la chroniqueuse qui dit haut ce que beaucoup pensent sans avoir le courage de le dire, Abdoulaye Kanté, le policier qui va démolir le mythe de la victimisation dans les banlieues, Fatiha Agag-Boudjahlat, la courageuse enseignante qui rappelle régulièrement que la France aime ceux qui l'aiment, Zhang Zhang, la virtuose violoniste qui va dénoncer les dérives de la discrimination positive, Rachel Khan, l'écrivain qui saura traduire une pensée française, Naïma M'Faddel, l'essayiste star des plateaux télé... Ces personnes sont régulièrement taxées par le système de lien avec l'extrême droite, argument habituel pour dénigrer celui qui est dans le vrai.

Amine El-Khatmi, la nouvelle « Erreur 404 » qui terrorise la gauchosphère

Il faut avouer que le jeune homme dérange. Fondateur, en 2016, du Printemps républicain, il est intelligent, cultivé, a de la repartie et ne se laisse pas impressionner : de quoi lui attirer beaucoup de « haters »*, surtout depuis le déclenchement du conflit entre le Hamas et Israël. En dénonçant les terroristes de la bande de Gaza et en critiquant les postures de La France insoumise, le chroniqueur est devenu l'homme à « abattre » du camp du bien. Comment un jeune homme d'origine maghrébine, musulman d'ascendance, peut-il ne pas soutenir le Hamas ?

Avoir le courage de dire qu'il ne faut pas confondre la cause palestinienne et les actes terroristes du Hamas démontre sa lucidité. Mais cela va irriter ceux qui ont fait de la victimisation permanente leur fonds de commerce. Subséquemment, une certaine presse sort des papiers assassins contre lui et suppute sur ses accointances avec l'extrême droite. Sur Twitter, des leaders de la NUPES ont lancé une véritable « fatwa » contre lui. Bref, Amine El-Khatmi est entré de plain-pied dans la lessiveuse qui broie les personnes issues de la diversité osant penser autrement que le système. Il va sans doute traverser des bourrasques, mais il lui faudra tenir, car défendre la francité est une cause noble.

Monsieur Amine El-Khatmi, continuez à dire ce que vous pensez, car comme l'a écrit George Orwell dans 1984, « le crime de penser n'entraîne pas la mort ». Ne lâchez rien !

 

 

* Littéralement « haïsseurs », personns qui passent leur temps à dénigrer les célébrités sur la Toile.

12585 vues

02 novembre 2023 à 16:57

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

29 commentaires

  1. Si tous les musulmans étaient comme Monsieur Amine El-Khatmi, nous pourrions tous vivre en harmonie mais LFI trouverait probablement une autre cause pour semer la zizanie et la haine car c’est leur raison d’être. Pour le moment, ils se servent des musulmans mais quand ces derniers seront assez nombreux pour les remplacer, car tout comme les moyens pernicieux pour imposer leurs croyances dans notre pays, ils s’introduisent dans les conseils municipaux … 54 % des LFI ne pensent pas que l’islamisme constitue une menace pour la France : ils l’apprendront inévitablement un jour à leurs dépends … j’espère pour eux que les partisans d’LFI ne font pas de projets à trop longues échéances. Monsieur Amine El-Khatmi, votre combat est celui de la plupart des français et je vous remercie pour votre courage.

  2. Cette bien-pensance de gauche – pléonasme – est politiquement à éradiquer ni plus ni moins par les bulletins de votes;: quant aux électeurs, ouvrez les yeux pour une fois!
    Courage Monsieur El-Khatmi et que les personnes issues de l’immigration à votre image vous soutiennent et le fassent savoir haut et fort

  3. Cause palestinienne, date de création : 1964, créateurs : KGB et Arafat.
    Raison d’être : faire combattre les juifs par les musulmans, comme l’URSS combattait les USA pour la main-mise sur le Moyen-Orient. Aujourd’hui, sert de prétexte au djiad anti occidentaux et à l’antisémitisme fondamental de l’islam.

  4. Un jour, un diplomate anglais disait : « On a toujours besoin d’un français dans une négociation internationale car il ne défendra jamais les intérêts de son pays ». Pour qu’elle fonctionne, qu’elle soit inattaquable et qu’elle procure une jouissance incommensurable à son auteur, l’autoflagellation doit amplifier et dénoncer des actes passés commis par ses compatriotes. Même si d’autres nations ont fait bien pire et beaucoup plus longtemps (traite arabo musulmane) on en parle pas car il est impossible de s’autoflageller avec les crimes des autres. Mais il n’y a que les français ou les occidentaux qui s’autoflagellent car au Sénégal personne ne dénonce le djihad d’El Hadj Omar Saïdou Tall (1857) qui massacra les populations de la sous région. Et comme l’écrit Laurent Obertone « La discrimination positive est un racisme institutionnel ».

  5. Nous sommes toujours très heureux de constater que les Hommes intégrés aiment la France et raisonnent intelligemment..Bravo à tous…

  6. Monsieur El- kathmi, je salue votre courage qui n’a d’égal que votre amour pour notre pays. Vous et les nombreux citoyens venus d’ailleurs chercher une nation, un pays, un idéal vous êtes sans doute le salut pour éviter à notre pays une confrontation sanglante inévitable dans les décennies à venir. Faites entendre votre voix, nous vous soutenons.
    Merci

  7. Si ceux qui pensent juste et expriment leur pensée sont accolés à « l’extrême-droite » (les guillemets dans l’attente d’une claire définition), il résulte que « l’extrême-droite » pense juste. D’où l’impératif pour les tenants de la bienpensance de dénoncer ceux qui pensent juste, et d’où l’absolue nécessité de soutenir fermement tous les gens courageux cités par Verlaine, ainsi que ceux, moins connus, qui leur ressemblent.

Les commentaires sont fermés.