Philippe de Villiers expose les raisons de la plainte déposée par son avocat Me Gilles-William Goldnadel contre MM. Castex, Véran et Blanquer au sujet des modalités du bac décidées pour les lycéens issus d’écoles hors contrat contraints de le passer en présentiel alors que c’est le contrôle continu qui s’appliquera pour les autres lycéens.

 

Les futurs bacheliers du hors-contrat auront un Baccalauréat plus ardu que ceux du sous- contrat et du public. C’est pourquoi vous portez plainte contre pas moins de trois ministres à savoir, Jean Castex, et . Que reprochez-vous à cette décision ?

 

Je reproche à cette décision d’être discriminatoire sur plan de l’égalité des droits et dangereuse sur le plan de la sécurité sanitaire pour les élèves de France qui n’auront pas droit au contrôle continu et qui devront se présenter en présentiel. Monsieur Castex et sa bande ont décidé de prévoir deux baccalauréats. D’un côté, ce que l’on pourrait appeler le bac du cocon, le bac protégé, le distanciel fondé sur le contrôle continu pour les lycées publics. Et de l’autre côté, le bac exposé au Covid pour les écoles indépendantes qui n’auront pas le droit au contrôle continu. C’est la raison pour laquelle, j’ai décidé de confier à mon avocat, maître Gilles-William Goldnadel, le soin de déposer une plainte à titre conservatoire contre Jean Castex, Jean- Blanquer et Olivier Véran, les trois ministres directement concernés, pour mise en danger de la vie d’autrui. J’appelle tous les parents qui veulent donner à leurs enfants une fondée sur la à ne pas accepter l’inacceptable et à porter plainte comme moi devant la Cour de justice de la République. On ne peut pas accepter de mettre la vie de nos enfants ou de nos petits-enfants en danger, sous prétexte que des syndicats veulent en finir avec le hors contrat. C’est d’ailleurs là où se trouvent les meilleurs élèves.

 

 

Pourquoi vous, fondateur du et co-fondateur du Vendée Globe ? Quel est votre « intérêt » ?

 

Je suis tout simplement un citoyen comme les autres. J’ai remarqué que la loi sur le séparatisme d’une part et le Covid d’autre part, qui sont des armes destinées à nous protéger, sont en réalité utilisés comme un fusil à tirer dans les coins. On s’aperçoit que la loi sur le séparatisme vise aussi le séparatisme catholique avec l’instruction à domicile.

 

 

Beaucoup de familles islamistes retirent leurs enfants de l’Éducation nationale pour les instruire à domicile.

 

Je peux vous dire que la cible est complètement ratée. Les islamistes se débrouillent toujours pour que ce soit dans les mosquées. Ils échappent absolument aux filets du ministère de l’Éducation nationale. En revanche, la cible authentique est les esprits libres qui représentent notre civilisation.

Il y a une civilisation qui n’est pas la nôtre et qui est arrivée sur notre sol. Comme nous ne voulons pas la nommer, on impose à ceux de notre civilisation des obstacles hostiles à leur survie. On voit bien que les élèves du hors-contrat viennent la plupart du temps d’écoles catholiques, mais pas uniquement, ont un enseignement  de très grande qualité. Si vous regardez toutes les prépas des grandes écoles, vous verrez que la moitié des élèves viennent du hors-contrat. Il faut permettre à ces gens-là d’avoir droit à l’égalité des droits.

 

 

Pourquoi, le gouvernement voudrait en finir avec le hors-contrat catholique ?

 

Le gouvernement veut imposer un enseignement fondé sur la nouvelle civilisation du paradis universitaire. Par exemple, la question du , une certaine manière de regarder l’, de faire repentance… On voit bien que l’Éducation nationale est en train de bazarder la civilisation française. On ne transmet plus rien de ce qu’est la civilisation française. Par conséquent, des parents en conscience préfèrent choisir des écoles hors-contrat où on transmet l’amour de la France.

La foudroyante des écoles hors-contrat, de même que de l’instruction à domicile, est le signe de la faillite de l’Éducation nationale. Que font Blanquer et les autres ? Il faut boucher la voie d’eau, donc en finir avec le hors contrat. Ils espèrent décourager le hors-contrat, les familles et les parents. Cela va se retourner contre eux. Beaucoup de parents vont se dire qu’il y aura un vrai bac dans le hors-contrat. L’enseignement supérieur préférera avoir de vrais bacheliers que les bacheliers du cocon.

 

 

 

 

24 février 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.