Alors que l’Assemblée nationale vient de voter en première lecture l’allongement à 14 semaines du délai pour recourir à l’, un sondage IFOP/Alliance VITA révèle que, pour 92 % des Français, l’ laisse des traces psychologiques difficiles à vivre.

En avril 2016, Boulevard était allé à la rencontre de femmes ayant vécu leur IVG comme une épreuve douloureuse et traumatisante. Enjointes de se taire, elles vivent ce tabou comme une double peine. Un témoignage plus que jamais d’actualité.

13 octobre 2020

À lire aussi

Témoignage : « J’ai appris avec le décès de ma mère que nous pouvons communiquer avec les agonisants jusqu’aux derniers instants »

Les soins palliatifs travaillent dans le lâcher prise, cherchent à rendre les derniers mom…