Comme chaque année, Paris a été le de violences urbaines dans la nuit du 13 au 14 juillet : tirs de cocktails Molotov et de mortiers d’artifice, véhicules brûlés… au total, 170 personnes ont été interpellées à Paris à la suite de ces affrontements, selon une source policière contactée par Le Parisien.

Deux nuits de violents affrontements

C’est surtout dans le nord-est de Paris, dans les 18e et 19e arrondissements, que les scènes de violences se sont déroulées. 78 véhicules ont été brûlés – ce qui constitue une baisse de 39 % par rapport à 2020, précise Le Parisien. Poubelles et mobilier urbain sont également partis en fumée.

Des affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre et les pompiers venus éteindre l’, avec des tirs de cocktails Molotov et de mortiers d’artifice. Deux policiers ont été blessés, selon Le Figaro.

C’est la nuit suivante, celle du 14 au 15 juillet, qui a été la plus violente, rapporte CNews, et cela, malgré la saisie des stocks de mortiers d’artifice qui avait été annoncée.

Le syndicat des commissaires de a réagi

À la suite de ces événements, le syndicat des commissaires de s’est exprimé sur : « Ils n’ont donc de rien et aucun respect pour personne ! Pour ce 14 juillet, au lieu d’honorer nos soldats du feu dont la devise est “sauver ou périr”, ils sont pris à partie sous le feu de mortiers. Soutien total aux pompiers de Paris. »

Les deux nuits de violences se sont soldées par 170 interpellations à Paris, et 249 en France, selon Le Parisien.

15 juillet 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.