Panique médiatique ? Marine Le Pen et Bardella caracolent dans les sondages…

© Geoffroy Antoine
© Geoffroy Antoine

À quoi ça sert, que les autorités morales se décarcassent, si c’est pour voir Marine Le Pen continuer de caracoler dans les sondages ? À croire que la reductio ad hitlerum peut désormais faire figure de 78 tours rayé à force d’avoir été trop longtemps passé sur un Teppaz™ rouillé, soit ce « théâtre » naguère dénoncé par un certain Lionel Jospin.

D’où ce sondage Viavoice selon lequel Marine Le Pen serait considérée par 33 % des Français comme « l’une des personnalités les plus compétentes de la scène politique française ». Ce qui lui vaut une deuxième place, juste derrière Édouard Philippe, qui convaincrait 44 % des sondés. Édouard qui ? Si, si, rappelez-vous. Celui qui fut le Premier ministre d’Emmanuel Macron, il y a quelques années ; lequel Macron descend au passage, à seulement 27 % d’opinions positives quant à sa « compétence ».

Il est évidemment licite de se poser quelques questions sur l’insolente bonne santé sondagière du maire du Havre, tant il peut évoquer d’autres champions en matière de popularité, mais qui échouèrent immanquablement à transformer l’essai dans les urnes. Pêle-mêle, Bernard Kouchner, Nicolas Hulot ou Simone Veil. Le premier ne parvint jamais à se faire élire député. Le deuxième était plus plausible lorsque affolant d’autres courbes, celles de l’Audimat™. Quant à la troisième, ayant voulu se lancer sous ses propres couleurs, lors des élections européennes de 1989. Elle pronostiquait alors, forte de ces mêmes sondages flatteurs, pouvoir réaliser un résultat à deux chiffres. Bingo ! Il fut même à trois chiffres : 8,43 %. Sauf qu’il y avait une virgule après le 8, tandis que Jean-Marie Le Pen confortait ses positions d’alors, avec 11,73 % des suffrages exprimés.

Tout ça pour rappeler que la cote d’Édouard Philippe peut paraître, sans faire offense à sa personne, singulièrement décalée quant aux réalités politiques du pays. Qui, d'ailleurs, connaît son parti, Horizons ? Et si peu de Français connaissent la nature de son projet pour la France ; en admettant toutefois qu’il en ait un.

Bref, un sondage, à l’instar de l’hirondelle, ne suffit pas à faire le printemps. Mais des sondages qui se suivent et se répètent, ça finit malgré tout par signifier quelque chose : une dynamique, par exemple, ascendante ou descendante. À ce titre, Marine Le Pen serait plutôt dans la première de ces deux configurations, elle dont l’accession à l’Élysée serait aussi tenue pour « bonne nouvelle » par 29 % des sondés.

Une position que vient encore renforcer un autre sondage commandé par Paris Match à l'IFOP. Lequel ne fait que confirmer la montée en puissance de Jordan Bardella, le jeune président du Rassemblement national, dont la cote de popularité égale presque celle de Marine Le Pen.

De quoi permettre à nos confrères d’alimenter la possibilité d’éventuelles rivalités internes sur le thème : Marine a tué le père, Jordan fera-t-il de même de sa mère ? La question peut être posée, mais ne paraît pas tout à fait d’actualité, Jordan Bardella connaissant mieux que personne le destin électoral réservé à ceux ayant imaginé pouvoir faire mieux que le RN, de Philippe de Villiers à Charles Millon, de Bruno Mégret à Éric Zemmour. Il n’est donc pas incongru de parier sur son intelligence politique, si ce n’est son intelligence tout court.

Ce, d’autant plus que ces deux vedettes, à en croire l'IFOP, seraient plus complémentaires qu’antagonistes. Car si Marine Le Pen, avec 36 % d’opinions favorables, devance Jordan Bardella (31 %) dans l’ensemble de la population tout en faisant jeu égal (29 %) chez l’électorat mélenchoniste, ce dernier prend l’avantage chez les électeurs socialistes (33 % contre 27 %), écologistes (30 % contre 24 %) et zemmouristes (68 % contre 29 %). En revanche, la tendance s’inverse chez le traditionnel électorat lepéniste : 68 % pour l’une et 29 % pour l’autre.

Pareillement, si Marine Le Pen enregistre ses plus hauts taux de confiance dans les catégories populaires (44 % contre 24 %), Jordan Bardella réussit une percée chez les diplômés de l’enseignement supérieur, catégorie jusque-là rétive au RN : 39 % contre 28 %. Bref, des jeunes aux vieux, des riches aux pauvres, à droite comme à gauche, la tenaille n’en finit plus de se refermer.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 27/05/2023 à 0:21.
Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

51 commentaires

  1. Le programme économique de Zemmour est plus réalisable que celui de MLP plus proche du mélenchonisme …. les LR ne sont plus de droite mais à la botte de Macron , n’existant plus electoralement!
    Nous ne sommes pas encore en 2027 mais je suis certaine que le meilleur candidat pour la France est E. Zemmour, par défaut je voterai MLP contre le candidat de gauche ou macronniste , sachant son programme économique de gauche irréalisable et ses ambitions personnelles plus fortes que l’avenir de la France qui doit rester la France !!!

  2. monsieur 80 km/h à 44 % ….???? ça y est , 4 ans avant , on commence à formater les moutons du cheptel ….

  3. c’est sûr qu’à défaut de Zemmour, pour la 1ère fois je serai obligé de voter R.N…..malgré toutes les gesticulations de L.R. dit de Droite qui nous a de si nombreuses fois cocufiés…Cela bien que je ne crois pas que MLP fera tout ce qu’elle dit..ou pourra faire ce qu’elle programme…

  4. Les chiffres de ce sondage ne sont pas rassurant quoi que l’on pourrait le penser en lisant cette chronique de l’excellent Nicolas Gauthier. En effet, voir le nom d’Edouard Philippe arriver en tête, tend à renforcer l’idée que les français ont la mémoire d’un poisson rouge ou sont les idiots qui regardent le doigt quand le sage montre la Lune. Il faut marteler que c’est ce personnage qui à la base de la colère des « Gilets jaunes », qu’il a supprimé la liberté élémentaire de libre circulation pour laisser s’infiltrer une peur inepte dont les ravages se feront sentir encore longtemps. Espérons pour notre pays, qu’un vent salvateur va enfin ouvrir les yeux des citoyens en dévoilant toutes les vérités et qu’enfin ces derniers auront le courage de mettre des hommes d’honneur aux plus hautes fonctions.

  5. Il faudrait se mobiliser rapidement et massivement pour faire savoir aux sieurs Philppe et Macron qu’ il serait temps que les E U cessent de faire la politique de la France. De même que leurs amis financiers. On ne va pas une nouvelle fois se faire voler l’élection .

  6. Elle ne fait pas peur au système. Elle ne veut pas sortir de l’union européenne et de l’euro et elle est contre un état social.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois