a réussi la performance de faire oublier le film dont il était venu faire la promotion au profit d’une polémique ridicule déclenchée par ses soins. Tour de force. Ou comment saboter le démarrage d’un film en quelques mots : Zemmour criminel, à interdire de médias…

L’acteur était de retour en France pour la promo et, surtout, remettre un peu d’ordre dans ce pays… « Le temps d’enfermer quelques journalistes et je suis à vous… De quoi parlions-nous, déjà ? De cinéma, d’accord. Rappelez-moi le titre du film dans lequel je viens de tourner… »

Et les producteurs de s’arracher les cheveux… Des millions d’euros, des mois de tournage mis en péril par les prises de position pitoyables de l’acteur vedette… « Ne plus jamais envoyer Omar Sy assurer la promotion d’un film ! » La consigne a déjà fait le tour du cinéma mondial. Il faut une doublure pour le remplacer dans les studios de radio et sur les plateaux télé. Un clone, un cascadeur, mais surtout pas lui !

Dans sa grande sagesse, Omar a décidé de mettre un terme à cette promotion qu’il a terminée KO debout, assommé par le crochet du droit d’Éric Zemmour : “Entre parenthèses, des criminels, il en a côtoyé, si j’en crois les médias, puisqu’il était très ami avec monsieur Weinstein.” Battu mais drapé dans sa conception très particulière de la liberté d’expression, le militant du cinéma s’en est retourné au pays de… aaargh… Donald Trump ! Enfer et damnation ! On n’est en sécurité nulle part.

Omar Sy suit tranquillement le chemin déjà emprunté par Yannick Noah. Après une popularité record, quelques prises de position anti-« extrême drouâte » vous vident les salles comme par enchantement. La recette est éprouvée. Dany Boon, qui n’en pense pas moins, a eu l’intelligence de ne pas tomber dans le piège, évitant ainsi de se couper d’une partie de son public. Le brave Omar plonge la tête la première… Noah est son modèle. Les admirateurs dudit Zemmour éviteront soigneusement le film en question dont tout le monde a, par ailleurs, oublié l’existence.

Le parcours fulgurant de cet énergumène demeure assez mystérieux. Sa prétendue drôlerie, sur Canal+, consistait essentiellement à s’écrouler de rire des blagues, souvent foireuses, qu’il concoctait avec son compère Fred Testot. Une filouterie artistique qui n’a en rien découragé le tout show-biz en mal de métissage. La blancheur de Fred Testot, acteur plus consistant, lui a valu de suivre un parcours plus modeste. Mais au diable le talent ! Black is beautiful!

Le public attend avec impatience le prochain film d’Omar Sy dans lequel il incarnera un héros bâtissant un monde de tolérance à coups de censure et d’interdictions diverses. Rires assurés…

18 octobre 2017

À lire aussi

Jean Messiha exclu de TPMP par le tout-puissant Booba

Marqué au fer rouge de l’infamie, Jean Messiha a beau répliquer « quand on hait la France,…