Mercredi soir, Emmanuel Macron a longuement détaillé les nouvelles mesures pour limiter la pandémie. Un couvre-feu est décrété dans huit métropoles et l’Île-de-France pour une durée de quatre à six semaines.

Réaction de Nicolas Dupont-Aignan au micro de Boulevard Voltaire.

 

Le président de la République a annoncé plusieurs mesures notamment l’institution de ce fameux couvre-feu dont on parlait depuis 24 heures. Comment avez-vous jugé les décisions du chef de l’État ?

Je suis très triste pour mon pays d’avoir un président de la République aussi incompétent et dangereux. On veut tous lutter contre l’épidémie. Il faut prendre des mesures, mais des mesures efficaces. Or, qu’on m’explique comment cette mesure sera-t-elle efficace.
La vraie question est l’efficacité des tests. On devait avoir les résultats en 24 heures. Ce n’est pas le cas dans notre pays.
La vraie question est le doublement des lits de réanimation pour atteindre le niveau de l’Allemagne. C’est le seul moyen de pouvoir soigner nos concitoyens.
La vraie question est de contrôler les frontières avec des tests obligatoires pour ceux qui arrivent sur notre sol, pour éviter qu’ils importent le virus.
La vraie question est de permettre aux personnes vulnérables, qui ont une faiblesse de santé, de ne pas aller travailler sur site et d’être avec leur conjoint obligés de faire du télétravail, car ce sont eux qui ont attrapé davantage le virus. Les mesures du président ne touchent pas les clusters. Où sont les clusters ? Ils sont sur les lieux de travail, dans les universités et dans les transports. C’est de la gesticulation pour couvrir ses propres fautes et pour habituer les Français à porter une muselière.

Emmanuel Macron n’ a pas visé les écoles et les lieux de travail pour ne pas handicaper l’économie et les études des Français. Cette mesure pourrait être saluée…

D’accord, mais la question n’est pas là. Comment peut-on vaincre une épidémie en ne s’attaquant pas aux clusters ? Je ne dis pas de tout arrêter, loin de là. Mais je prends l’exemple de personnes vulnérables qui ont par exemple un diabète, qui étaient dispensées de travail et qui pouvaient le faire depuis leur domicile. Depuis le 1er septembre, ces personnes sont obligées d’y aller. Il était beaucoup plus intelligent de jouer sur ces personnes fragiles et sur les tests. Si vous laissez dans le milieu du travail des gens qui ont la Covid parce qu’ils sont testés trop tard, cela ne sert à rien. C’est de la gesticulation. C’est pour donner l’impression qu’il fait quelque chose. De surcroît, cette mesure est totalement inapplicable, au vu des forces de police et l’état de rébellion dans nos banlieues.
Cette mesure va une fois de plus pénaliser les gens honnêtes et laisser la racaille dehors.
Je suis effondré. Les journalistes n’ont pas posé une seule question sur les lits de réanimation en France.

La police va théoriquement vérifier combien de personnes sont présentes à la maison, mais derrière, il y a un problème d’efficacité policière sur certains quartiers. Pourquoi, le président ne s’est pas exprimé là-dessus ?

Le président est totalement incompétent et manipulateur. Je regrette que l’on ne prenne pas les mesures qui s’imposent. Je parle d’une filière de tests, des lits de réanimation calibrés à l’état du pays. On paralyse un pays que l’on est en train de ruiner uniquement parce qu’on n’a pas les lits de réanimations nécessaires. Nous avons 4400 lits effectifs de réanimation. L’Allemagne en a 15 000. On ruine entièrement un pays parce qu’on a fait des économies de bout de chandelle sur l’hôpital public et parce qu’on est incapable de mettre en réseau, les cliniques privées, la médecine de ville et l’hôpital public. On croit rêver.
Expliquez-moi en quoi les étudiants vont déjeuner dans des restaurants universitaires bondés et n’auront pas le droit de sortir le soir. Tout cela est ridicule. C’est du faux bon sens.

Selon vous, est-ce de l’action symbolique ?

C’est plus grave encore. C’est une volonté de punir les Français de sa propre incompétence. Cela ne va pas être fondamentalement utile. Il va peut-être résoudre 20 % des cas, mais il ne traite pas le fond des choses. Cette mesure va encore accroître la défiance des Français dans le pouvoir politique. Cette mesure va révéler la faiblesse de l’État. Cette mesure ne touche pas sa cible. Je veux lutter contre l’épidémie. Je ne veux pas que l’épidémie se propage, mais je veux que l’on prenne de vraies mesures efficaces. Pourquoi pas un couvre-feu dans certains endroits s’il y a une cohérence avec le reste. Comment mettre en place un couvre-feu, alors que tout le reste va permettre la propagation du virus. Combien de temps allons-nous vivre en couvre-feu ? Est-ce que le véritable objectif, c’est cela ?

D’après le président, le couvre-feu sera reconduit pendant six semaines. C’est l’objectif qu’il a affiché ce soir.

Et puis, jusqu’à la fin de son mandat… Et puis, il n’y aura plus d’élection.
Il y a une vraie volonté de se servir du Covid pour apprendre aux Français à se conformer à un mauvais esprit de l’éxécutif.

14 octobre 2020

À lire aussi

Nicolas Dupont-Aignan : « Il faut voir le torrent de haine que certains militants d’extrême gauche ont déversé sur les réseaux sociaux, tout ça trompé par Jean-Luc Mélenchon »

Samedi soir, un prêtre orthodoxe a été blessé par balles devant son église, à Lyon. À cett…