Si vous avez la chance d’habiter , vous êtes vernis ! Chaussées défoncées, embouteillages monstres, travaux à l’arrêt, poubelles éventrées par les rats côtoient hordes de tour operators et broncas sociales régulières, qu’elles soient cégétistes ou jaune fluo. Dans ce paradis hidalguesque, du nom de l’édile qui fait rimer capitale avec enfer urbain mais solidaire et citoyen, fleurissent ses en libre-service, sorte de fers à repasser pour mobilités douces.

Vous avez apprécié l’assise des fauteuils défoncés d’Autolib’©, vous avez adoré les roues voilées de Velib’©, vous ne serez pas en reste avec l’anarchie qui règne sur les trottoirs parisiens grâce aux fous de la trottinette. Ces hédonistes faussement branchouilles s’affranchissent totalement des règles élémentaires de circulation mais, au fond, c’est dans l’ADN français de combler un vide juridique, fût-il à roulettes. Le pire, dans cette jungle, est le non-respect absolu d’autrui, toisant le quidam dans un slalom pathétique entre poussettes et piétons, casque vissé sur les oreilles, comme un index pointé à votre intention, index assurément estampillé écolo.

Quand notre bobo régressif aura terminé sa course d’obstacles, il prendra la peine de laisser son engin de torture urbain en travers du trottoir dans un accès de fainéantise mêlé à cette fausse rebellitude caractéristique de ces êtres supérieurs au commun des piétons.

Outre l’aspect ridicule de voir ces souvent trentenaires paresseux juchés comme des enfants sur des patinettes, c’est la justification verte qui en découle. Quand on observe que la durée de vie de ces chinoiseries n’excède pas trois mois, à moins qu’elles ne finissent prématurément dans la Seine, le législateur aurait tort de ne pas enfourcher le problème.

Votre serviteur n’est pas un ayatollah de la régulation, surtout au regard de l’inénarrable équipe municipale actuelle qui transformera bientôt le périphérique en piste cyclable, mais force est de constater que des mesures énergiques doivent être adoptées sur les chapeaux de roue. Dans le cas contraire, la chute de cet épisode sera douloureuse, voyant çà et là quelques vols planés bien mérités.

24 juin 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.