Monmirel, la « remuante » suppléante LFI du député Coquerel

capture d'écran © Youtube Eric Coquerel
capture d'écran © Youtube Eric Coquerel

Manon Monmirel est la suppléante d'Éric Coquerel, candidat LFI de la 1e circonscription de Seine-Saint-Denis, pour les législatives anticipées. Son nom ne vous dit rien ? Pourtant, elle s’était tristement illustrée par un tweet inoubliable en réaction aux bons résultats du RN lors des élections européennes de 2019 : « Que la France et tous les Français aillent niquer leurs mères. Pays de fascistes. » La voilà néanmoins suppléante pour la deuxième fois.

Certes, elle s'était excusée. Puis cette tirade « fleurie » s’inscrit assez bien dans la prose de La France insoumise : son aînée Danièle Obono, porte-parole de LFI et députée de la 17e circonscription de Paris, lui avait montré la voie en 2017, signant une pétition en faveur de la chanson Nique la France du groupe ZEP, et l'assumant totalement sur le plateau de France 23. Lorsqu’on avait demandé à la députée de dire « Vive la France », les mots avaient semblé lui brûler les lèvres.

Récidive de la suppléante Monmirel

Comme si cela ne suffisait pas, la suppléante s’est illustrée lors de la Fête de la musique, ce 21 juin, où elle aurait fait montre de violence volontaire à l’égard d’un habitant de Saint-Ouen, de confession juive. C’est, en tout cas, ce qu’indique le procès-verbal de la victime présumée prénommée « Martin », consultée par Le Monde.

Selon des témoins du café-restaurant du Vallès, contactés par Le Monde, Manon Monmirel se serait précipitée vers les deux hommes et aurait interpellé Martin avec une grande agressivité. Après avoir été éloignée une première fois par des clients, elle serait revenue à la charge, selon une amie de la victime présumée. « Elle m’a alors poussé l’épaule droite en me disant "De toute façon, toi je te connais, t’es un raciste, t’es pour le génocide, t’as rien à faire ici" », écrit Martin, dans son procès-verbal. Selon d’autres témoins, une retraitée et une habitante cliente, Monmirel a réagi violemment à un reproche de Martin concernant un message de 2019. « Elle a attrapé mon col et cherché à arracher l’étoile de David que je porte autour du cou », poursuit Martin, dans sa plainte.

Éric Coquerel a une autre version des faits et assure être en train de collecter des témoignages attestant qu’« à aucun moment il n’y a eu le moindre contact physique ». Il n’empêche, LFI a un lourd passif.

LFI coutumier des sorties de route

Très coutumière de sorties virulentes, de la part de ses ténors et même de ses jeunes recrues, LFI offre un visage inquiétant : expressions antisémites, appels à la sédition - comme avec l’ambassadrice autoproclamée de la Palestine Rima Hassan, Sébastien Delogu, le député des jeunes des cités et de la Palestine, ou la dernière recrue de la Jeune Garde antifasciste Raphaël Arnault -, sans parler des altercations de Mélenchon s’interposant lors de la perquisition de son domicile en s’exclamant « La République, c’est moi » ou encore des déclarations virulentes de Mathilde Panot à l’Assemblée et sur les plateaux.

 

Gabriel Decroix
Gabriel Decroix
Étudiant journaliste

Vos commentaires

22 commentaires

  1. Chaque fois qu’un Français juif subit ce genre d’insulte, il serait souhaitable d’alerter systématiquement le dénommé Strauss Kahn grand défenseur des juifs !!! qui a encore l’audace de son exile au Maroc de s’occuper
    de la France et de donner des conseils de vote …un comble !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois