Ce mercredi 15 avril, à La Courneuve, un homme d’origine afghane a été abattu après avoir menacé des policiers avec un long couteau…

Réaction de Michel Thooris au micro de Boulevard Voltaire, qui s’interroge sur le maintien, sur le territoire national, de personnes auxquelles le droit d’asile a pourtant été refusé.

 

À La Courneuve, vraisemblablement un ressortissant Afghan armé d’un long couteau, voire une machette s’est rué sur des policiers. Il a été abattu par vos collègues. C’est un énième épisode et un énième déséquilibré…

C’est encore une affaire relativement sordide. D’après les informations que nous avons, cet individu âgé de 25 ans errait dans le parc de La Courneuve. Une première patrouille est arrivée sur place en demandant à cet individu de partir. Après s’être pris un refus, une deuxième patrouille est arrivée en renfort. L’individu était armé d’un couteau. Mes collègues ont essayé de ne pas en arriver à une solution létale, mais malheureusement il a poignardé un de mes collègues. On a donc été obligés de riposter et d’abattre cet individu. Pour l’instant, une enquête est en cours et nous allons essayer d’en savoir un peu plus sur cette situation.

Cela intervient quelques jours après cette sinistre affaire à Romans-Sur-Isère. France Inter avait déclaré que l’individu de Romans-Sur-Isère supportait mal le confinement, ce qui expliquerait son passage à l’acte. Un tel argument est-il audible ? Si cet argument est valable, ces événements risqueraient-ils de se multiplier ?

Pour l’instant, il est compliqué de se prononcer. Il faut évidemment séparer la dimension psychiatrique de la dimension terroriste. Il ne faut pas tomber dans «  les terroristes sont forcément des fous, donc il n’y a plus de terrorisme ». Il faut voir l’environnement de chacun de ces cas et voir les mobiles qui ont pu conduire au passage à l’acte. Les personnes véritablement atteintes de troubles psychiatriques ne respectent pas le confinement et sont dehors. Cet argument n’est absolument pas recevable pour nous.
Cet individu avait fait déjà fait l’objet d’une demande d’asile sur le territoire européen et en Autriche et avait été refusé en 2018. La question de fond est de savoir pourquoi un individu qui a été refusé n’a pas été expulsé de l’Union européenne et pourquoi il peut continuer à se maintenir sur le territoire européen et plus particulièrement dans notre pays. Ces questions nous interpellent notamment sur les problèmes liés au droit d’asile, surtout quand ce droit d’asile est refusé, avec le maintien sur notre territoire de personnes qui n’ont plus rien à y faire.
Pour l’instant, les pouvoirs publics ne prennent pas suffisamment cette question-là à cœur.

Si a insisté sur la nécessité de fermer les frontières européennes, il n’a toujours pas pris la décision de fermer les frontières nationales. La prévention de tels cas et le contrôle de tels individus pourraient-ils passer par une fermeture des frontières ?

Les fermetures des frontières européennes des pays à l’intérieur de l’Union européenne peuvent avoir un intérêt, mais je serais tenté de vous dire qu’ il faudrait surtout avoir des frontières extra-Schengen qui soient véritablement imperméables. Ce n’est absolument pas le cas, notamment à la frontière grecque et turque qui sont des portes d’entrée très importantes.
Il faut surtout expulser les personnes qui n’ont plus rien à faire sur le territoire français. Le problème est là. On n’expulse plus personne. Être en situation irrégulière a été dépénalisée et n’est plus un délit. On n’a donc plus de moyens de coercition. On a véritablement un problème au législatif. La Cour européenne des droits de l’homme a tout fait depuis des années pour retirer tous les moyens juridiques aux états membres pour lutter contre l’immigration clandestine. Par conséquent, cette situation n’est plus gérable sur le plan juridique puisqu’on n’a pratiquement plus aucun outil pour contrôler l’immigration illégale dans notre pays.

À lire aussi

Michel Thooris : « Les criminels sont galvanisés par un sentiment d’impunité totale et par la mise en cause systématique des policiers »

Deux policiers ont été très gravement blessés par balle dans la nuit de mercredi à jeudi à…