Parlez-vous le woke ? Vous, peut-être pas, mais la bulle bruxelloise le parle de mieux en mieux et de plus en plus, avec le Parlement européen et la Commission en fers de lance des nouvelles élégances linguistiques, donc idéologiques. Nous savons déjà, par exemple, que Mme von der Leyen a lancé un bras de fer idéologique et financier contre la Hongrie pour un crime de lèse-inclusion de drag queens dans les écoles. Nous avons eu vent, également, que les dogmes de la vulgate woke tels que « l’intersectionnalité », le racisme systémique, le « biais inconscient » sont ouvertement assumés et soutenus par cette Commission au point de les confondre délibérément avec les « valeurs européennes », l’alibi à la mode pour imposer cette idéologie délétère.

Mais ne sous-estimez pas l’ardeur sectaire de Mme von der Leyen et son équipe, ils peuvent faire bien mieux et pratiquer la foi woke avec le zèle des convertis et des coupables. La preuve ? Un document interne récemment adopté et sobrement intitulé « Lignes directrices de communication inclusive de la Commission européenne », en toute sobriété. Qu’est-ce que ce titre tout en novlangue woke nous cache ? Il s’agit du nouveau manuel de style auquel tous les eurocrates devront se tenir dans leur communication vis-à-vis de l’extérieur… et autour d’un café entre collègues, également.

Un fonctionnaire européen souhaite-t-il organiser une conférence ? Très bien, du moment que chaque séance est représentative de la « diversité de la société » sur les plans ethniques et sexuels. Voudraient-ils débattre sur des sujets familiaux ? Pourquoi pas, mais qu’ils prennent garde de représenter également les familles homoparentales et « autres familles diverses ». Et surtout, interdiction de montrer une mère qui aide sa petite fille à faire ses devoirs car cette image « perpétue des préjugés nocifs ». En revanche, veuillez bien utiliser une image de deux lesbiennes noires et utiliser le arc-en-ciel dernier cri qui fusionne également les couleurs trans, intersectionnalité oblige.

J’oubliais une règle obligatoire « à chaque instant » : ne surtout jamais entamer une intervention par le très rétrograde, clivant et insultant « Mesdames et Messieurs » ! Autant commencer son allocution par le plus neutre et officiel « Chers citoyens », non ? Surtout pas, bande de Blancs inconsciemment privilégiés, parler aux citoyens c’est exclure les apatrides et les immigrés illégaux ! Des personnes, il est notoire, qui lisent les documents et participent souvent aux réunions et séminaires de la Commission européenne.

Mais surtout, chers eurocrates, gardez-vous bien autour d’un café de proférer des énormités telles que « la période avant est vraiment stressante » car, ce faisant, vous assumeriez que tout le monde autour de vous est chrétien (surtout dans les couloirs de la Commission européenne !). Vous êtes donc priés de remplacer cette affreuses référence de l’arrogance occidentale par le plus présentable « vacances ». Aucune interdiction prévue pour le mot « ramadan » dans ce manuel de style. À noter que cette petite déconstructiviste n’est disponible qu’en anglais, pour l’instant. Attendez de voir la version française en écrite « inclusive ».

Tout ces exemples sont rigoureusement vrais et j’ai eu du mal à choisir les meilleurs, tellement ils abondent dans ce document. Grotesque ? Sans aucun doute, c’est même hilarant et consternant à la fois. Mais ces lignes directrices sont surtout extrêmement dangereuses car elles exhalent des relents totalitaires. La langue est l’expression d’une vision et sociale, et ce guide ne fait que confirmer la dérive idéologique d’une institution européenne censée représenter le « bien commun ».

Alors, n’en rions qu’avec modération et prenons ces signes avant-coureurs au sérieux. Et surtout, agissons. Je suggère donc une modeste initiative aux lecteurs. En ce moment même, la Commission organise une vaste consultation citoyenne sur « l’avenir de l’Europe ». Quelle meilleure doléance que d’exiger une Europe dans laquelle chaque citoyen ait le droit de dire haut et fort « mesdames et messieurs » et « Noël » ? Vous pouvez-vous inscrire ici (en une minute) et soutenir ces deux idées en cliquant ici, et . Autre option : envoyez directement un courriel à la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen ([email protected]), pour lui souhaiter, tout simplement, un Joyeux Noël. En profitant que Bruxelles n’ait pas encore proposé de l’interdire.

Mise à jour du 30.11.21 :
Suite aux nombreuses polémiques qui ont suivi cette annonce, ce manuel de communication de l'Union européenne, qui préconise l'usage ou de non de certains mots, a été retiré afin d'être réactualisé, a expliqué la commissaire européenne à l'égalité.

29 novembre 2021

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 8 votes
Votre avis ?
47 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires