La vie a certainement existé sur Mars, estiment les exobiologistes. Mais y en a-t-il toujours ? Ô, pas des « petits hommes » ! Mais des animalcules ou des virus géants, comme dans notre permafrost qui décongèle ?

OK, ces « bestioles » martiennes peuvent être inoffensives pour nous ou même utiles à notre vie terrestre, à l’image des bactéries saprophytes qui… profitent de nos aliments pour améliorer notre flore intestinale.

Mais permettez une remarque : et si les prélèvements réalisés sur Mars pour une étude sur… Terre abritaient, disons, des « petits êtres verts » qui adoreraient « ressusciter » sur notre planète puis se réfugier en nos organismes : végétaux ou , jusqu’à l’humain ? Vous pensiez, comme moi, cela impossible ? Or, la NASA est si consciente de cette possibilité que l’une de ses directions a pour unique mission de veiller à éviter de polluer, certes, la Lune ou les planètes, dont Mars, visitées par ses engins, mais, surtout et inversement, à tout faire pour ne pas contaminer la Terre avec des éléments… extraterrestres ! Dont l’engin qui reviendra de Mars avec « les courses » commandées par la NASA…

Et pour moi, lorsque l’on veut éviter des risques, cela signifie que ces… risques existent et, donc, qu’ils peuvent nous tomber sur le bout du nez, même masqué, voire sur les mains, même hydroalcoolisées !

Nous prendrions donc le… risque d’offrir un billet aller Mars-Terre à des passagers sans billet retour, ni même une quarantaine à leur arrivée, puisque non visibles s’ils sont plus petits que nos tardigrades ! Mais, au fait, qu’est-ce, un tardigrade ? Notre tardigrade est un être très mignon. Si, si ! On le surnomme même « ourson d’eau » ! Un millimètre, adore le froid (-273 °C) et le chaud (+340 °C), les pressions quatre fois plus fortes que dans une fosse marine et, comme un gosse, se gausse des toxiques, de l’absence d’eau ou d’oxygène, des dangers des rayons X… D’ailleurs, les scientifiques veulent savoir pourquoi il est 1.000 fois plus résistant à ces rayons que l’homme afin de protéger les astronautes à ce danger…

Mais si lui n’est pas du tout notre ennemi, imaginons un « petit tardigrade vert » câliné sept mois au chaud par la NASA au point de se montrer, à l’arrivée, tout guilleret après des milliards d’années en déshydratation et en aérobiose – sans oxygène… Si celui-ci est comme notre gentil « ourson d’eau » ou nos saprophytes, OK ! Mais s’il est du virus virulent ? D’accord, pour une « covidphobie » à « 0,… » % de mortalité, mais pas d’accord s’il est du genre avec une mortalité de 70 % ! Mais ils ont dû y penser, à la NASA… Donc, pas d’inquiétude.

En écrivant cela, j’espère ne pas être catalogué « trouble-fête » ou « rabat-joie », cette fête et cette joie qui ont éclaté jeudi soir à l’annonce de l’« amarsissage » de Perseverance équipé d’un instrument essentiel à cette détection de la vie martienne : la SuperCam destinée à dénicher les biosignatures, ces indices de vie ! Un produit « fait en ».

21 février 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Sans drogués, pas de trafic de drogue !

Après la mort du policier Éric Masson, « c’est terrible… terrible… », s’est lamentée la dr…