« Une nouvelle d'éboueurs hier soir à Marseille, une équipe a été prise à partie par des riverains... Des agressions qui ont tendance à se multiplier. » Le journaliste de BFM TV chargé de lancer le reportage a clairement identifié le profil des agresseurs. Il s'agit de riverains. À Marseille, lors de la collecte des ordures ménagères, des retraités, des couples de trentenaires, des cadres, des ouvriers et toutes sortes de Français habituellement paisibles ouvrent leurs fenêtres et lancent des projectiles sur les éboueurs. Les plus hargneux sortent de leur domicile et les tabassent. En un mot comme en cent, le riverain est une plaie.

Habituellement qualifiés de « jeunes », les auteurs de ce type de délits seraient donc en passe d'être élevés au rang de « riverains ». Huit agressions depuis mi-juin dans la cité phocéenne. Le riverain ne chôme pas. « Un phénomène de qui se répète dans tous les arrondissements de la ville », explique la voix off du reportage. « Jet de pierres, de télévisions ou encore violences physiques ou verbales. » Le téléviseur fut lancé alors qu'un journaliste de BFM était à l'image. Le riverain ne respecte rien. Patrick Rué, secrétaire général FO de Marseille, livre son analyse : « On a l'écho de toute la difficulté, de tout le mal-être que ressent la population actuellement. » À Bordeaux, Roanne, Le Mans et autres agglomérations, l'habitant mal dans sa peau regrette d'avoir déposé son sac poubelle dans un container. Qui lui a pris ce qu'il avait de plus cher ? Qui a ramassé ces déchets qu'il comptait placer à 5 % dans une banque suisse ? Réponse : les sinistres personnages à l'arrière des camions-bennes. La colère s'explique.

Le jeune ne supportait pas la venue de SOS Médecins, des et du SAMU. Devenu riverain, le voilà également allergique aux éboueurs. Qu'en sera-t-il lorsqu'il aura été promu propriétaire ou châtelain ?

Certains résidents de pavillons et d'habitats collectifs ne supportent pas non plus la lenteur des véhicules balayeurs et collecteurs d'ordures ménagères. Le riverain est pressé. « On a une autre affaire où le chauffeur a percuté l'arrière d'une benne et le ripeur a eu la jambe écrasée », explique le sociologue syndicaliste FO. En proie à une crise de mal-être, le conducteur se rendait chez son médecin. Le drame était inévitable.

« La métropole déplore un manque de moyens pour arrêter ces incivilités. » Zut, alors ! Image du crâne ensanglanté d'un employé, une profonde entaille sur le front d'un autre... Le service médical de BFM diagnostique des « incivilités ». Circulez, la rédaction n'apprécie pas les tire-au-flanc.

Dieu merci, la métropole a mis en place trois armes fatales pour parer à ces sautes d'humeur de riverains déprimés. Dans un premier temps, l'employé agressé bénéficiera d'une aide au dépôt de plainte. Trouver le chemin du commissariat après avoir reçu une bouteille en pleine tête n'est pas à la portée du premier venu. Un guide de haute montagne accompagnera les victimes. Deuxième mesure choc : mise en place d'une cellule psychologique. À l'arrière des camions-bennes, un psy se tiendra aux côtés des employés. Il effectuera le tri sélectif des états d'âme de ses clients. Certains s'angoissent alors qu'il ne s'agit que d'incivilités. Enfin, fini de rigoler : une escorte encadrera les équipes durant les jours suivant une agression.

Récapitulons : un psy debout à l'arrière du camion, une voiture de police suiveuse et un guide pour le dépôt de plainte. À venir : un hélicoptère pour une surveillance aérienne, un soldat en arme derrière chaque container, des chiens de traîneau pour tracter les véhicules sabotés... Pour le progressiste, les ordures sont sacrées !

13827 vues

12 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

46 commentaires

  1. J’ai moins de complaisance que vous pour les éboueurs quand je pense au calvaire qu’ils infligent aux résidents lorsqu’ils font des grèves qui n’en finissent pas. En revanche, j’ai beaucoup de compassion pour les policiers, les pompiers les médecins qui se démènent pour nous protéger.

  2. Ce n’est pas peut être pas un camion-poubelle, mais un sous-marin de la police. Quand laisserons ces « chance pour la France  » s’amuser un peu ?
    Il faut les laisser en profiter un peu avant de les renvoyer de l’autre côté de la méditerranée. Là-bas, la tolérance est moindre. ils ne rigoleront pas tous les jours.

  3. Quel bordel ! La France est foutue … Je vis dans le Kreizh Breizh ( = Centre Bretagne) : on est content quand les éboueurs passent . Souvent le matin quand je vais à ma boîte à lettres chercher Ouest-France (par porteur) , je les salue : « Ça va les gars ? »  » — Salut x !  » (Ils connaissent mon nom et mon prénom . ) Ici , on se respecte … Pas comme dans ces « zones étrangères » .
    ?

  4. Bien venue dans le Monde de demain, et avec le soutien naïf d’un Pouvoir qui sait que le chaos et la guerre est le mieux pour Régner…Eux les Ediles et leurs sbires avec fortunes sont bien à l’abri, comme autrefois les Seigneurs dans leur Château Fort, mais le peuple avait droit à entrer pour être protégé.
    Pour mettre fin à cette inflation d’agressions, de crimes, d’empêcher les gens de bien de vivre sans angoisse, il fallait d’abord construire des prisons et appliquer la Loi, rien que la Loi. Sinon ILS peuvent mettre le Code Civil au feu…

  5. Je cite : « Pour le progressiste, les ordures sont sacrées ! » Autrement dit : Les progressistes sont des sacrés ordures !

  6. « Riverains » avant de devenir « citoyens défenseurs des libertés et de la république ».

  7. Solution simple et peu coûteuse: on leur enlève les services des pompiers, de la police, des éboueurs et on les laisse dans la m….. qu’ils aiment tant. Il faut juste bien cerner leur quartier pour les emp^cher d’en sortir.

  8. Toutes ces nouvelles mesures font-elles partie du plan Marseille 2030 annoncé par le pâle toqué élyséen lors de son mémorable voyage il y a quelques mois ?

    1. N’oublions pas que la ville avait été nettoyée et ripolinée avant son passage pour lui éviter d’affronter la triste réalité…

  9. Le Parti Animaliste du Conseil de Paris ne manquera pas de rendre hommage aux valeureux riverains pour leurs actions de défense des surmulots en tant qu’uniques et authentiques « éboueurs » . Nul besoin de psys ni d’escortes policières, encore moins de ripeurs ou de véhicules onéreux et polluants. Vivent les riverains et les surmulots!

  10. J’ai un ami qui habite le 9.3 et qui souvent me dit qu’il y a beaucoup trop de « riverains » dans le département. Il cherche à déménager dans un endroit plus calme avec moins de « riverains » mais ça devient difficile. Parait qu’il y en a partout.

  11. Allons, allons, soyons moins grinçants, il faut accepter le progrès…La Canebière de Pagnol est toujours là, comme le 9-3 du président ressemble toujours à la Californie…

  12. Et si c’était parce que les éboueurs font un boucan pas possible à 6h du matin en se gueulant dessus en pleine rue pour raconter leurs histoires de famille ? J’ai connu ça, et les Niçois ne me contrediront pas.

  13. Je comprends mieux pourquoi les éboueurs marseillais sont des adeptes du  » fini parti  » !!!! Mdr, c’ est pour limiter les dégâts !!!

  14. Dans certains quartiers les « riverains » ne veulent plus voir de policiers, de pompiers, de médecins ni d’éboueurs ? Qu’ils se débrouillent sans !

    1. 0n leur abandonne les quartiers et tant pis pour tous les « bons riverains » ? Autant leur abandonner la France dès maintenant.
      Résistons, c’est notre avenir et celui de nos enfants qui sont en jeu.

      1. Partez pour la Hongrie. N’oubliez pas qu’elle a des traditions monarchiques française car elle avait deux excellents rois Anjou du nom Charles Robert et son fils, Louis le Grand !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter