Marine Le Pen devance la gauche en matière de féminisme, selon un sondage

MLP défend les femmes

Dans un récent sondage OpinionWay pour La Tribune Dimanche, Marine Le Pen arrive en tête des personnalités politiques défendant le plus les femmes. Avec 30 % des voix, elle est suivie de Sandrine Rousseau (15 %) et de Jean-Luc Mélenchon (12 %).

Des résultats, en première approche, étonnants alors même que le féminisme est supposément l’apanage de cette gauche qui prétend en détenir le monopole. Supposément. Souvenons-nous, en effet, de la réaction de la journaliste Léa Salamé, lors d’une intervention de Sandrine Rousseau sur son plateau : « Vous n’avez pas le monopole du féminisme ! », avait-elle lancé, un brin exaspérée par les propos de la députée EELV. En avril 2022, un sondage IFOP réalisé pour le magazine Elle révélait déjà que 49 % des femmes qualifiaient Marine Le Pen de candidate féministe.

Marine Le Pen répond aux préoccupations concrètes des Françaises

Un tel score de la figure emblématique du RN étonne et ombrage des personnalités de gauche qui revendiquent ouvertement leur combat féministe. D’autant qu'en 2022, Marine Le Pen déclarait, chez Brut : « Je ne suis pas néo-féministe, c’est-à-dire que je ne considère pas que le féminisme doive s’exprimer comme une haine des hommes. »

Ce score s’explique en comparant les principaux soucis des femmes et les grands combats politiques des personnalités en cause (Marine Le Pen, Sandrine Rousseau et Jean Luc Mélenchon). Un sondage réalisé par Ipsos met en lumière ce qui inquiète vraiment les femmes, en France, en 2024 : pour 48 % d’entre elles, c'est « l’avenir de leurs enfants et de leurs petits-enfants » (dans le top 3 de leurs préoccupations). Et, tandis que pour Sandrine Rousseau, « la baisse de la natalité est rassurante », Marine Le Pen déclarait déjà, en juillet 2022 : « Il faut en même temps mettre en place une véritable politique de natalité mais aussi accompagner les familles qui font le choix d’avoir des enfants. »

Ce pouvoir d’achat est, en effet, le souci principal de 47 % des femmes interrogées qui, par ailleurs (pour 39 % d'entre elles), s’inquiètent de leur sécurité. La sécurité et le pouvoir d’achat étant les piliers de la politique de Marine Le Pen. La lutte contre l’immigration, que le RN lie étroitement au problème d’insécurité, répond à ces 67 % des femmes qui estiment qu’il y a, en France, trop d’immigrés extra-européens (selon un sondage CSA réalisé pour CNews).

Cette gauche qui ne convainc plus en matière de féminisme

Sandrine Rousseau perd son influence, jugée trop clivante lors de ses prises de position, la frontière entre le buzz et le bide étant bien étroite, notamment sur X et dans les médias. Ses positions sont jugées trop extrêmes, selon la journaliste Alba Ventura : « Plus personne ne la prend au sérieux. » En effet, avec les néo-féministes dont elle se réclame, elle érige le combat féministe en un débat conflictuel, un mouvement hostile aux hommes. « On ne peut compter sur aucun homme », déclare-t-elle. Alors que les femmes cherchent des réponses concrètes à des questions réelles, la députée confond défense de la femme et wokisme déraciné : « Je ne fais pas confiance à des hommes ou à des femmes qui n’ont pas fait le chemin de la déconstruction. »

Quant à Jean-Luc Mélenchon, la crédibilité de son combat féministe s’est écroulé lors de son soutien à Adrien Quatennens, fils prodigue de LFI, accusé par son ex-compagne de violences conjugales, qu’il exprimait en ces termes : « Il a souffert, a été puni, le traitement qui lui est fait est répugnant. » De plus, son refus de condamner les atrocités commise par le Hamas en Israël, le 7 octobre dernier et son soutien indéfectible à l’islam interrogent sur son engagement auprès des femmes. S’ajoutent à cela les scandales mettant en cause des personnalités emblématiques de la gauche : Éric Coquerel, député LFI, visé par une enquête du parquet de Paris pour harcèlement et agression sexuelle, Julien Bayou (EELV), accusé de violences psychologiques par son ex-compagne, ou encore Gérard Miller – ancien ami de Sandrine Rousseau -, psychanalyste, proche des LFI, visé par de nombreuses accusations de viols et d’agressions sexuelles.

Entachée par ces scandales, la gauche recule et la droite gagne du terrain sur le champ du féminisme réel.

Raphaelle Claisse
Raphaelle Claisse
Journaliste stagiaire à BV. Etudiante école de journalisme.

Vos commentaires

13 commentaires

  1. 15% pour Notre Sandrine Rousseau nationale !
    Ça fait peur !
    15% de françaises qui manifestement sont atteintes de féminisme woke.
    C’est grave docteur ?

  2. Ce sondage va en mettre en colère !! C’est certainement la faute à CNEW et Laurence Ferrari !! Que fait le conseil d’état pour faire modifier ce sondage ???

  3. A la différence des féministes de pacotile, Marine Le Pen défend TOUTES les femmes : les occidentales mais également celles qui sont enfermées dans des camisoles vestimentaires et psychologiques par des régimes et des idéologies, des cultures barbares …

  4. Le résultat de ce sondage prouve que le féminisme n’est pas un combat mené par la gauche; tout au plus un moyen de récupérer quelques voix.

  5. Rien d’étonnant Marine le Pen reste dans une logique patriote , les gauchos, wikistes et autres trublions de la politicarcardise démentielle ne disent que des imbecilites. Ce sont des clowns qui profitent du système pour se gaver . Si on leur donnait le pouvoir la France serait pire que les républiques bananieres.

  6. Ah , les Femmes…. Ah , les Femmes….
    J’en connais pas de faciles…mais si graciles…
    Et puis, s’il n’y avait pas eu ma mère, je ne serais pas là… et puis elles sont belles, enfin celles que je connais… elles ne font pas toujours bien la cuisine (la mienne) … mais qu’est-ce qu’on s’ennuierait…! Alors, Grand Respect à Yolande, Maria, Anne Aurore Angélique, Tara, et toutes celles que j’oublie et qui écrivent un petit bout sur BV, et puis Laurence Ferrari, Sonia Mabrouk, Christine Kelly, Rachel Kahn… si vous saviez comme nous avons besoin de vous, nous, les Hommes, les Vrais…. qui respectent toutes les Femmes et les Jeunes Filles…. depuis toujours !

    • Merci pour votre commentaire. Vous avez besoin de nous, mais nous avons aussi besoin de vous, Vrais Hommes. Cordialement

  7. Le féminisme : l’apanage de la gauche ??? C’est tout le contraire. Je rappelle que la Gauche s’est opposée à donner le droit de vote aux femmes. Tant la Gauche se méfiait des femmes jugées trop catholiques. Le droit de vote fut accordée aux femmes …. en 1944 ! En Turquie Mustapha Kemal le leur avait donné en 1930. Il faut apprendre l’Histoire et lire les refus de la Gauche à chaque proposition d’accorder le droit de vote aux femmes !!! On comprend pourquoi on n’apprend plus l’histoire de notre pays à la jeunesse. La repentance ne s’exerce pas du bon côté. Il faut se méfier des donneurs de leçon.

  8. Dans la première vidéo, j’aime bien le plateau des intervenants. Ca au moins, c’est de la mixité idéologique !

  9. C’est qui qui laisse entrer les violeurs dans ce pays , qui qui autorise ces cours d’éducation sexuelle dont les petits sortent traumatisés , et qui encore qui offre des spectacles de drag quenn ou la femme est représentée comme un être affreux et vulgaire . 12 % et 15 % pour ces déstructeurs c’est énorme , beaucoup trop qui n’ont pas compris qu’ils sont capables du pire en ne protégeant ni les femmes ni les enfants .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois