Cette fois, on y est. Nos figures de politiciens des derniers mandats semblent bien dérisoires face à la vague. On est loin, désormais, des billevesées de Hollande, le sous-préfet gélatineux de la France post-mitterrandienne, qui déclarait à Davet et Lhomme, dans leur livre Un Président ne devrait pas dire ça..., que le danger de la partition menaçait la France. On est loin des prophéties de Gérard Collomb, le franc-maçon de province, parti de Beauvau pour ne pas voir ce qu’il avait vu, quand il prévoyait que, demain, nous vivrions face à face. Tous deux sont des figures du passé, presque des fantômes de la Troisième République, des avatars des petits affairistes rad-soc qui, parmi d’autres, sont responsables de ce qui se passe aujourd’hui.

Emmanuel Macron, avec ses éléments de langage frelatés, apparaît désormais pour ce qu’il est : un intrigant narcissique, un dragueur de veuves de thé dansant qui a confondu, pour son malheur et pour le nôtre, les numéros de charme pour boomers et le charisme qu’on attendait, en ces temps plus qu’en d’autres, d’un homme d’État. Lui ne parle pas de « partition » mais de « division ». Un de ces petits insectes interchangeables qui papillonnent dans la lumière de son cabinet a dû lui dire que c’était plus rassurant. C’est sans importance, désormais, car plus personne ne l’écoute, ni en France ni ailleurs dans le monde : voyez la guerre du Kippour qui se déroule sous nos yeux, sans nous.

Deux France, deux ambiances

Hier, jeudi 19 octobre 2023, avaient lieu les obsèques du professeur Dominique Bernard, tué par un jeune terroriste qui rigolait atrocement de « Marianne » (« Vas-y, appelle Marianne ! ») au moment de commettre son geste. Messe digne quoiqu’un peu pauvrette, sermon de grande qualité fait par Mgr Le Borgne : des cathos tristes, sans griffes ni crocs, et la nostalgie de ce que nous fûmes, c’est tout ce qu’il reste aux Français de souche pour se tenir chaud. Le même soir, place de la République (un autre nom de Marianne, après tout), avait lieu une manifestation de soutien à la Palestine. Toute une place bondée de Français scande « Allahu Akbar » (« Allah est le plus grand ») dans un quartier de bobos fortunés, en plein cœur de Paris ! Voilà qui est particulièrement symbolique.

Il y a, désormais, deux hymnes officiels de la partition qui vient. Il y a la pauvre « Marseillaise », jadis si triomphante, désormais murmurée, les jours d’obsèques ou de commémoration, par des patriotes timides qui ont peur de déranger. Et il y a cet « Allahu Akbar », le grand cri négateur de tout ce qui le précède, ce cri de guerre, noir et opaque comme la bannière des Abbassides dans Le prince d’Ommeyya, annonciateur de mort et de destruction, comme le drapeau de Daech, ce drapeau sur lequel ne figure, en guise d’idéal, qu’une chahada malhabile tracée d’une main inculte sur un drapeau qui absorbe la lumière. « Marseillaise » et « Allahu Akbar » : ce n’est pas ce que nous avions imaginé, mais c’est comme ça que la ligne de partage des eaux est tracée. La fracture n’est plus réconciliable.

Tant pis si le camp de la « Marseillaise » est aujourd’hui mièvre, fragile, naïf, désarmé, sous morphine à cause du « vivre ensemble », ce tragique oxymore. En face, c’est le couteau, c’est l’abaya, ce sont les drapeaux noirs et les têtes qui roulent. C’est l’ennemi qui vous désigne. Il nous a désignés, collectivement, et nous, nous allumons des bougies quand ils tirent des mortiers, nous taillons nos crayons quand ils graissent leurs AK-47. La république de 2023 est ridicule mais elle est tout ce qu’il nous reste de la France, et on ne sait même pas pour combien de temps.

8041 vues

20 octobre 2023 à 18:12

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

55 commentaires

  1. Les islamistes sont maintenant dans la rue , sur NOS monuments … Ils ne se cachent même plus : leur religion est au-dessus de nos lois . C’est au cri d’Allah Akbar qu’ils manifestent ! Mais qu’ils s’appliquent la charia àn eux-mêmes ! Les voleurs : on coupe la main qui a volé … Mais il y aurait beaucoup de manchots , donc inaptes au travail , ce,qui nous coûterait cher , à nous qui payons l’impôt (+ ou – 10 000 € /an dans mon cas ) . Et pour les violeurs , les femmes adultères , il, faudrait des camions de cailloux (pas trop cher) . et les homos seront jetés du haut d’un immeuble : prévoir de garer sa bagnole ailleurs … Ou alors qu’ils aillent retrouver Benzema en Arabie !…

  2. Impardonnable inconscience des politiques et des progressistes qui depuis cinquante ans nous ont amenés à une situation de possible guerre civile, par le biais d’une communauté religieuse dont ils ont favorisé l’invasion de notre pays! Ces gens au pouvoir devraient avoir la décence de la boucler et de déguerpir au plus vite !!! Avant un réveil populaire, malheureusement bien tardif, mais qui risque de leur être fort désagréable…

  3. Tu veux, en apportant le carnage et l’effroi,
    commander aux humains de penser comme toi :
    tu ravages le monde, et tu prétends l’instruire.

    L’intérêt est ton dieu, le mien est l’équité ;
    entre ces ennemis il n’est point de traité.

    Exterminez, grands dieux, de la terre où nous sommes,
    quiconque avec plaisir répand le sang des hommes !

    Ton esprit, fasciné par les lois d’un tyran,
    pense que tout est crime hors d’être musulman.
    ….
    Le doute est un blasphème pour cette religion :
    Je pardonne aux erreurs où Mahomet t’entraîne ;
    mais peux-tu croire un dieu qui commande la haine ?

    François-Marie Arouet, dit Voltaire.
    Le fanatisme

  4. On attend avec impatience la réaction des laïcards déboulonneurs des statues de Saint Michel et de la Sainte Vierge …

  5. « Le message de ces terroristes est clair . Ils nous disent : « Vos mots vos indignations ne servent à rien . On continuera à vous tuer . Vos juges , vos procès sont indifférents. Vos lois sont des blagues . Nous ne répondrons qu’à celles du Ciel ».
    Ils nous disent de renoncer à la liberté parce qu’un couteau et un hachoir seront plus fort que 67 millions de Français , une armée et une police. C’est l’arme de la peur pour nous faire abandonner un mode de vie construit au fil des siècles. Et évidemment cà ne s’arrêtera pas aux caricatures , ni même à la liberté d’expression . Ils détestent nos libertés . ils ne s’arrêteront pas parce que nous sommes un des rares peuples au monde à être porteur d’un universalisme qui s’oppose au leur  » Préambule + Le frérisme et ses réseaux , l’enquête. + Florence Bergeaud-Blackler.

Les commentaires sont fermés.