Il est facile d'être prodigue avec l'argent des autres. Dans ce domaine, Macron est un champion et mériterait bien le sobriquet de « flambeur de l'Élysée ». Jugez-en donc. Il vient d'annoncer, sous l'appellation ampoulée de «  », une allocation pouvant aller jusqu'à 500 euros par mois pour les jeunes de 16 à 25 ans, sans formation ni emploi, en échange de 15 à 20 heures par semaine de formation ou d'accompagnement. « Il faudrait expliquer au chef de l'État que l'argent des Français ne sont (sic) pas des billets de Monopoly », a tweeté, non sans raison, la sénatrice Valérie Boyer.

L'intention est apparemment louable : Macron veut aider au retour à l'emploi de jeunes « sans ressources et sans perspectives ». Mais la « pensée de derrière », comme la nommait Pascal, semble moins noble : ne s'agit-il pas, pour lui, de faire son autopromotion, à l'approche de l'élection présidentielle ? Voyez comme il se réjouit de l'action gouvernementale dans sa lettre aux jeunes générations : « Le chômage des jeunes est plus faible aujourd'hui qu'avant la crise », mais il faut faire encore mieux ! Et de préciser qu'« il n'a d'ailleurs jamais été aussi faible depuis 2008 ». Une manière de laisser entendre que Sarkozy et Hollande étaient des glandeurs, des bons à rien, tandis que Bibi...

Cette allocation nouvelle, dont l'efficacité reste à prouver, suinte la démagogie. Si tant de jeunes sont sans emploi, c'est peut-être, avant tout, parce que le système de formation fonctionne mal et que l'enseignement est en faillite. Des diplômés ne trouvent pas de travail : l'ambition d'amener 60 % d’une classe d’âge à un niveau d’enseignement supérieur (après 80 % au baccalauréat), le manque d'exigence, l'inflation des diplômes ont conduit à les déconsidérer sur le marché de l'emploi. Que dire de tous les jeunes qui sortent de l'école sans qualification et, souvent, sans même savoir lire et écrire correctement ? Si l'on se soucie vraiment de leur avenir, c'est tout le système éducatif qu'il faut revoir.

L'assistanat permet aux politiciens de dissimuler leur impéritie et d'acheter une relative paix sociale. Ils feignent de s'inquiéter du sort des jeunes, du chômage qui les touche massivement, mais ne s'attaquent qu'aux symptômes et en négligent les véritables causes. Prétendant vouloir le bonheur des Français, ils cherchent surtout à les inhiber pour mieux servir leurs intérêts et mener à bien leurs petites affaires. L'annonce de cette allocation, à cinq mois de l'élection présidentielle, a quelque chose d'hypocrite, d'indécent et de méprisant pour ses bénéficiaires.

Ces flambeurs n'en sont pas à leur coup d'essai. Ce mercredi 3 novembre, sur CNews, Florian Tardiff est revenu sur les dépenses de communication du gouvernement : selon un rapport parlementaire, elles s'élèveraient à 30 millions d'euros, alors que la loi de finances en avait alloué 14,1 millions. Du simple au double, on dépense sans compter ! À Matignon, on concède que c'est « un budget anormalement élevé ». Mais tout est bon pour essayer de tromper son monde et promouvoir une politique dont la qualité, c'est le moins qu'on puisse dire, ne s'impose pas d'emblée. Avec l'argent des contribuables, comme de bien entendu !

6878 vues

3 novembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.